LE DIRECT
Barbey d'Aurevilly photographié peu avant sa mort en 1889.
Épisode 3 :

Une si mauvaise réputation (les Diaboliques)

58 min
À retrouver dans l'émission

"Les Diaboliques" de Barbey d'Aurevilly : un recueil de nouvelles à la profondeur narrative, historique et littéraire, auquel nous nous intéressons aujourd'hui.

Barbey d'Aurevilly photographié peu avant sa mort en 1889.
Barbey d'Aurevilly photographié peu avant sa mort en 1889. Crédits : Photo by The Print Collector/Print Collector/Getty Images - Getty

Philippe Berthier, professeur émérite à l'Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, a édité les Diaboliques de Barbey d'Aurevilly chez Classiques Garnier en 2018, ainsi que les Lettres à Trebutien chez Bartillat en 2013, et les Lettres inédites à Trebutien en 2018. Il est également l'auteur de Barbey d'Aurevilly et les humeurs de la bibliothèque, paru chez Honoré Champion en 2014. 

La correspondance de Barbey avec Trebutien, d'une grande qualité stylistique et qui s'étend de 1832 à 1838, nous permet de comprendre plus précisément encore la singularité du projet romanesque du Connétable des lettres. 

C'est plus particulièrement aux Diaboliques que nous nous intéressons aujourd'hui - livre composé de six nouvelles qui ont fait scandale et ont entravé leur publication. Une jeune femme silencieuse qui meurt en plein acte amoureux dans le Rideau Cramoisi, une petite fille qui tombe mystérieusement enceinte dans Le plus bel amour de Don Juan, un empoisonnement passionnel sur fond de parties d'escrime dans Le bonheur dans le crime, les mensonges et les résédas des Dessous de cartes d'une partie de whist, l'horreur morbide dans A un dîner d'athées, et la terrible Vengeance d'une femme, au programme de l'émission du jeudi 18 avril. 

Les Diaboliques présentent un schéma narratif, un art du récit oral, qui entraînent le lecteur dans des "ricochets de conversation", titre auquel Barbey avait pensé pour son recueil. Les nouvelles nous plongent dans une atmosphère propice au récit et aux confidences inavouables, qui renforcent la profonde ambiguïté des positions aurevilliennes pour ce qui est de la religion, de la conception du mal et de la vision des femmes. 

A 15h30 : Alexis Brocas, du Nouveau Magazine Littéraire, nous présente la chronique. 

A 15h55 : retrouvez Jacques Bonnaffé pour la suite de ses lectures des Regrets de Du Bellay. 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)

Chroniques

15H54
3 min

Jacques Bonnaffé lit la poésie

Non sans Regrets. (3/4) : Passent les jours
Intervenants
  • spécialiste de la littérature du XIXème siècle, professeur émérite à l'université Paris III-Sorbonne Nouvelle
  • Romancier, critique et directeur-adjoint au nouveau magazine Lire-Magazine littéraire

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......