LE DIRECT
Winston Churchill et Charles de Gaulle
Épisode 2 :

Officier mais rebelle

58 min
À retrouver dans l'émission

L’enfance du Général de Gaulle, ses années de service dans l’armée française et son rapport à la guerre sont les thématiques de cette deuxième émission.

André Malraux et le général de Gaulle le 1er octobre 1959 au théâtre de l'Odéon
André Malraux et le général de Gaulle le 1er octobre 1959 au théâtre de l'Odéon Crédits : Keystone-France - Getty

Alexandre Duval-Stalla, nous raconte le parcours du « petit Lillois » devenu propriétaire de l’Elysée. Ce cheminement est marqué par son passage dans l’infanterie au cours de la Première Guerre mondiale, le front d’Argonne et celui de Verdun. Le soldat de Gaulle n’est âgé que d’une vingtaine d’années lorsqu’il est enrôlé dans l’armée. Il se retrouve au cœur de la bataille d’Argonne, à l’Est de la France.

Dans l'ambivalence de cette relation si particulière entre André Malraux et Charles de Gaulle, il y a d'une certaine manière l'envie de Malraux de devenir de Gaulle et peut-être l'envie, chez de Gaulle, d'être Malraux. Il y a aussi chez Charles de Gaulle une période que l'on connaît moins, c'est celle avant la guerre et c'est celle paradoxalement qui est la plus intéressante, la plus riche car c'est celle de sa formation intellectuelle, extrêmement riche et variée. Sa première ambition était d'être écrivain et d'ailleurs, dans son imaginaire personnel, les grand philosophes et les écrivains occupent la première place et ensuite éventuellement les hommes d'état ou les chefs militaires. Alexandre Duval-Stalla

Premier jour de la bataille d'Argonne, 5 octobre 1918
Premier jour de la bataille d'Argonne, 5 octobre 1918 Crédits : DEA - Biblioteca Ambrosiana - Getty

Guerre 1914-1918 : la lamineuse

Les blessures physiques ne le marquent pas autant que celles qu’il a à l’âme et qu’il gardera toute sa vie. Cette expérience traumatisante est néanmoins une source d’inspiration pour de Gaulle, l’homme de lettres. Elle le guide dans l’exercice du pouvoir plusieurs décennies après. Il s’entoure d’éminentes figures, parmi elles, l’écrivain André Malraux, collaborateur dévoué et ami fidèle du Président-auteur :

En quelques mots, il apporte déjà ses solutions : « Faire un Etat qui en soit un, ça veut dire faire une Constitution qui en soit une. Donc, le suffrage universel est la source de tout pouvoir ; le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif sont réellement séparés, le gouvernement est responsable vis-à-vis du Parlement. Stabiliser la monnaie ne sera pas facile ; mais ce sera moins difficile qu’on ne le dit, si l’Etat est capable de continuité et de fermeté ; c’est-à-dire s’il est un Etat. L’affaire coloniale… Il faut que je dise à tous ceux qui forment l’Empire : les colonies, c’est fini. » Alexandre Duval-Stalla, André Malraux - Charles de Gaulle : une histoire, deux légendes : biographie croisée, Paris, Folio, Gallimard, 2016, p.257.

À 15 h 30, Jérôme Dupuis de l'Express nous rejoint pour la chronique littéraire.

À 15 h 55, Jacques Bonnaffé poursuit sa lecture d'Apollinaire avec le poème "Vendémiaire".

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction).

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat).

Chroniques

15H54
3 min

Jacques Bonnaffé lit la poésie

Apollinaire : un train d’avance (2/4) : Apo…
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......