LE DIRECT
"Judith et Holoferne", tableau du Caravage peint en 1599 (Rome, Palazzo Barberini)
Épisode 4 :

L'expérience intérieure du Caravage

58 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons l'écrivain Yannick Haenel, qui nous fait part du bouleversement esthétique ressenti face à la peinture du Caravage.

"Judith et Holoferne", tableau du Caravage peint en 1599 (Rome, Palazzo Barberini)
"Judith et Holoferne", tableau du Caravage peint en 1599 (Rome, Palazzo Barberini) Crédits : Photo by DeAgostini/Getty Images - Getty

L'écrivain Yannick Haenel est notre invité du jour. Il a publié en février 2019 chez Fayard un ouvrage intitulé La Solitude Caravage : la rencontre d'un peintre et d'un écrivain. Dans son ouvrage, comme il l'explique au cours de cet entretien, l'écrivain s'attache à plusieurs aspects fondamentaux du travail du peintre : la couleur, d'abord, mais aussi le regard des personnages, leur posture, et cette manière qu'a le pinceau d'offrir à l’œil des moments dans leur irréductible singularité. 

L'écrivain parle plus précisément de sa rencontre avec Le Caravage par le biais d'un tableau en particulier : le passage biblique où Judith décapite Holoferne, dont il ne connaissait qu'un détail, centré sur la jeune femme. Yannick Haenel évoque également au cours de cette émission L'âge d'homme de Michel Leiris, lecture qui a beaucoup compté dans sa jeunesse et où l'on retrouve Judith au milieu d'autres figures féminines qui ont marqué l'apprentissage sexuel et émotionnel de l'écrivain. Yannick Haenel, lui, retrouve en elle ce mélange de "crainte sacrée", d'effroi, et en même temps le regard d'une créature "merveilleusement offerte" - une ambiguïté profonde. 

Ce qu'a trouvé Yannick Haenel dans l'oeuvre du Caravage ? Le lieu d'un refuge, d'une expérience intérieure en clair-obscur : 

Quelque chose entre lumières et ténèbres, où le noir n'est pas seulement le lieu de la fermeture. Les toiles du Caravage ont cette vélocité sensuelle de s'arracher sur fond de néant. Il s'agit d'un point irréductible de solitude en chacun de nous, un lieu âpre mais que l'on aime plus que tout, dont personne n'aura vu la face - et pour moi, le Caravage habite là. - Yannick Haenel. 

A 15h30 : Nathalie Froloff, professeure en classes préparatoires au Lycée Louis le Grand, nous présente la chronique littéraire. 

A 15h55 : Les lectures poétiques de Jacques Bonnaffé, avec cette semaine le recueil Théorèmes de la nature de Jean-Patrice Courtois, paru aux éditions Nous en 2017.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)

Chroniques

15H54
3 min

Jacques Bonnaffé lit la poésie

Théorèmes de la nature - Jean-Patrice Courtois (4/4) : Longtemps la chimie s'est couchée de bonne heure.

Bibliographie

Je cherche l'Italie

Je cherche l'ItalieYannick HaenelL'infini / Gallimard, 2015

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......