LE DIRECT
Marcel Pagnol à sa table de travail
Épisode 1 :

Vie de Pagnol

58 min
À retrouver dans l'émission

Fils d’un instituteur marseillais, Marcel Pagnol (1895-1974) a connu le succès en tant que dramaturge, cinéaste et écrivain. Retour sur le parcours de celui qui a lui-même raconté sa jeunesse dans les quatre tomes de ses "Souvenirs d’enfance".

Marcel Pagnol en 1954
Marcel Pagnol en 1954 Crédits : Jean-Pierre Grisel/RDB/ullstein bild - Getty

Pour évoquer la vie de Marcel Pagnol, nous recevons Hélène Rivière, agrégée de lettres modernes et spécialiste de la représentation de l'école dans l’œuvre de Marcel Pagnol. Elle a consacré à l'auteur un article intitulé "Marcel Pagnol et l'école : La construction d’un ethos par le récit des souvenirs du temps de l’école" à paraître dans La part scolaire de l’écrivain. Apprendre à écrire au XIXe siècle, ouvrage collectif dirigé Martine Jey (Classiques Garnier). 

Marcel Pagnol nait en 1895 à Aubagne, pas loin de Marseille. Il aura dans sa vie une triple relation à l’école : fils d’instituteur, élève de la Troisième République, il commence sa carrière comme professeur dans le secondaire. Quand il meurt à Paris en 1974, il est académicien, riche et couvert d’honneurs.

Tombe de l'écrivain Marcel Pagnol dans le cimetière de la Treille à Marseille.
Tombe de l'écrivain Marcel Pagnol dans le cimetière de la Treille à Marseille. Crédits : Jean-Noël DE SOYE/Gamma-Rapho - Getty

Fontes amicos uxorem dilexit : Il a aimé les sources, ses amis, sa femme. (Citation de Virgile inscrite sur la tombe de Pagnol)

Féru de classiques, il traduit les Bucoliques de Virgile, ce qui lui permet de châtier son langage. En effet, en début de carrière, il tente de masquer son origine, de s’émanciper de Marseille : 

Au départ, il essayait de se détacher de cette image de marseillais, provençal, provincial. – Hélène Rivière

Il ne faut donc pas réduire Pagnol à son régionalisme, car ce n’est que plus tard qu’il reviendra à sa terre natale, avec une certaine idéalisation de ses souvenirs d’enfance et du passé. En effet, bien que passionné par le progrès technique (fascination qui fera de lui un pionnier du cinéma parlant), il sera toujours habité par une certaine mélancolie. 

Il y a des moments dans la vie où on se sent très seul, surtout dans notre couillon de métier […] On a eu tort de devenir célèbres, on n’a pas été assez amis.  – Lettre de Marcel Pagnol à Henri Jeanson

Cette mélancolie a toujours été présente, notamment si on pense à tout le cynisme et au côté désabusé, dès le début, de ses pièces, qui portent déjà une certaine mélancolie et une vision assez noire de l’humanité. En continuant, ça se traduit toujours plus en un retour nostalgique sur les souvenirs : plus il vieillit, plus il se retourne vers son passé. – Hélène Rivière 

Et en fin d'émission, retrouvez la chronique de Guillaume Le Douarin, de la librairie L’Écume des pages (Paris VIe)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Intervenants
  • agrégée de lettres modernes et spécialiste de la représentation de l’école dans l’œuvre de Marcel Pagnol
  • Libraire et chroniqueur littéraire

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......