LE DIRECT
Edith Wharton en débutante
Épisode 4 :

Les révélations de Wharton

58 min
À retrouver dans l'émission

La dernière émission de la semaine se propose d'explorer des textes inédits d'Edith Wharton, avec leur traducteur Maxime Rovère.

Edith Wharton en débutante
Edith Wharton en débutante Crédits : Culture Club - Getty

Maxime Rovère est écrivain, philosophe et traducteur. Il a traduit et préfacé plusieurs textes d'Edith Wharton chez Rivages Poche : Paysages italiens (2012), La plénitude de la vie (2013) et Beatrice Palmato (2014). 

L'un des premiers livres publiés par Edith Wharton n'est pas un récit littéraire, mais un ouvrage intitulé La décoration des maisons en 1897 : la jeune femme voulait alors devenir architecte d'intérieur. On retrouve cet intérêt pour les maisons et l'architecture dans son oeuvre, à la fois dans un aspect de descriptions sociales, mais aussi sous un angle plus psychologique puisqu'elle écrit que "la nature d'une femme est comme une grande maison pleine de pièces". Nous revenons avec notre invité sur les trois premières nouvelles écrites par Edith Wharton, moins connues des lecteurs d'autant plus qu'elle avait refusé de les éditer en un volume : il s'agit de La vue de Mme Mantsey et de La plénitude de la vie en 1893, puis de La lampe de Psyché en 1896. On assiste dans ces œuvres de jeunesse, centrées sur des figures féminines, à l'éveil d'une conscience par l'observation de soi, voire d'une morale presque philosophique, ainsi qu'à celui de l'ironie. 

Dans Paysage italiens, on retrouve la passion d'Edith Wharton pour l'Italie, qu'elle a connue dès l'enfance puis avec son mari. L'art et la nature dialoguent dans ce que l'on pourrait traduire en anglais par scene, mot qui désigne tout à la fois la scène, le spectacle, le décor, le panorama... Edith Wharton, toujours à la pointe de la modernité pour son temps, y prend de nombreuses photographies. Maxime Rovère parle ainsi d'un "humanisme romantique", puisqu'Edith Wharton reprend la tradition du Grand Tour en Italie, initié par les grands écrivains depuis Goethe, tout en y trouvant une forme d'accomplissement personnel qui se ressent dans le texte. 

Pour aller plus loin : le journal d'un voyage de jeunesse d'Edith Wharton en Méditerranée, qui date de 1888, récemment publié pour la première fois en français par la maison d'éditions Invenit à Lille. Ce journal, intitulé La Croisière du Vanadis et qui comprend des notes, des croquis et des anecdotes, nous montre déjà le talent d'une écrivaine à l'oeuvre.

Enfin, nous évoquons Beatrice Palmato - Fragment érotique et autres textes, récemment traduit par notre auteur. On ne saurait dater précisément ces textes pornographiques et, selon son auteure, "impubliables"; mais elle en parle dans une lettre de 1935, en se targuant de pouvoir faire rougir les auteurs les plus provocants du moment, Céline en tête. Ces textes sont peut-être l'écho de ce qu'a ressenti Edith Wharton elle-même, puisqu'à 40 ans passés, avec son amant William Morton Fullerton, admiré également d'Henry James, elle découvre les plaisirs du corps. 

A 15h30 : la chronique littéraire d'Olivier Barbarant, poète, critique et essayiste. 

A 15h55 : les lectures poétiques de Jacques Bonnaffé, qui nous propose de parcourir les textes de Conrad Aiken (éditions La Barque). 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)

Rediffusion du 16/05/2019

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......