LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ray Eames dans sa maison en Californie
Épisode 2 :

Andrée Putman est une fête

58 min
À retrouver dans l'émission

Portrait d'une designeuse rebelle et insaisissable, Andrée Putman qui, entre extravagance et élégance, a su s'imposer dans le paysage artistique contemporain.

Andrée Putman en 1994
Andrée Putman en 1994 Crédits : Patrick Durand/Sygma - Getty

En compagnie aujourd'hui de Sylvie Santini, auteure notamment de Andrée Putman. La diva du design (Tallandier, 2020) nous parlerons de la vie et de l'oeuvre indissolublement mêlées de l'artiste Andrée Putman.

Née en 1925, Andrée Putman eut une enfance esthète et rebelle. À partir des années 1950, elle s'affranchit de son milieu bourgeois et prend fait et cause pour les avant-gardes. Sylvie Santini nous expliquera comment Andrée Putman est parvenue à affirmer une esthétique très personnelle dans le foisonnement artistique de l'après-guerre, avec par exemple ses damiers de carreaux noirs et blancs, devenus iconiques.

Ce dépouillement chromatique et formel, devenu la marque de fabrique d'Andrée Putman, s'enracine dans le passé de l'artiste. 

J’ai passé une enfance sans doute dorée mais assez étrange. A quinze ans sous l’Occupation, je vivais seule dans une abbaye cistercienne qui appartenait à ma famille [...]. C’est là que j’ai appris bien des choses sur le vide. Ombre et lumière, l’abbaye sous le soleil et sa silhouette immense allongée sur l’herbe comme un dessin à l’encre noire [...] les pierres et leurs craquelures, fissures, griffures que j’essayais de déchiffrer pendant des heures, me menaient vers des cimes, des voyages imaginaires. (Andrée Putman)

Séminale, cette expérience contribue à façonner un style qu'au gré de ses expériences l'artiste retouche, ajuste et complète jusqu'à sa mort en 2013. Un style dont l'artiste a marqué d'un même élan son oeuvre et sa vie.

J'étais considérée comme quelqu'un de très excentrique, d'assez difficile, qui défendait des idées indéfendables dans certains domaines et qui étaient parfois choquantes. (Andrée Putman)

Vous retrouverez en fin d'émission la chronique de George-Marc Habib, Libraire à la librairie l'Atelier (Paris, 20e), qui nous présente Héritage, un roman de Miguel Bonnefoy paru chez Payot et Rivages en août dernier.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Bibliographie

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......