LE DIRECT
Portrait au daguerréotype de Chopin dans les dernières années de sa vie, par Louis-Auguste Bisson.
Épisode 3 :

Chopin romantique

58 min
À retrouver dans l'émission

Le personnage de Chopin virtuose, figure de l’exilé et victime d’un destin tragique (mort à seulement trente-neuf ans) a suscité un véritable « culte » chez les Romantiques... culte qui perdure encore de nos jours.

Chopin en représentation dans le salon du Prince Radziville à Berlin in 1829 (Tableau d'Henryk Siemiradzki)
Chopin en représentation dans le salon du Prince Radziville à Berlin in 1829 (Tableau d'Henryk Siemiradzki) Crédits : Fine Art Photographic Library/CORBIS/Corbis - Getty

Pour nous aider à replacer Chopin au sein de l’époque romantique, nous recevons Cécile Reynaud, directrice d’études en musicologie à l’EPHE et spécialiste du romantisme musical. Elle a été organisatrice de l’exposition « Chopin à Paris. L’atelier du compositeur » au Musée de la musique en 2010 ; dans le cadre de cette exposition, elle a consacré à Chopin un article intitulé « Chopin et les salons parisiens » et a proposé une analyse du manuscrit inédit d’une « Polonaise en si bémol mineur » écrite par Chopin dans sa jeunesse. Avec elle, nous revenons notamment sur la virtuosité de Chopin, ses relations avec Liszt, son image de « musicien de salon » et ses liens avec les grands Romantiques… 

Chopin était un virtuose au sens où la difficulté technique du piano n’avait pas de secret pour lui, mais pas au sens où il jouait un personnage sur scène devant le public de l’époque. Ce n’est pas ça qui l’intéressait. Entre 1831 et 1848, il a peut-être donné quinze concerts publics à Paris. Il n’avait pas un personnage de virtuose à jouer : ce n’était pas comme ça qu’il gagnait sa vie, tandis que Liszt a fondé toute sa carrière sur cette représentation de lui-même. – Cécile Reynaud

On a souvent dit que l’univers pianistique de Chopin est un univers hautement poétique, mais il n’y a pas de pianiste qui ait davantage refusé le programme, le texte, l’allusion littéraire que Chopin. Ses pièces pour piano sont « abstraites », c’est-à-dire construites sur des modèles (les Polonaises, les Mazurkas, les Valses…) mais qui ne font pas référence à un argument extra-musical. – Cécile Reynaud

En fin d'émission, retrouvez la chronique de Maialen Berasategui, journaliste littéraire.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Bibliographie

Chopin à Paris : l'atelier du compositeur

Chopin à Paris : l'atelier du compositeurCécile ReynaudBibliothèque nationale de France, 2010

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......