LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait de George Eliot (1819-1880).
Épisode 2 :

L'âge d'or du roman

58 min
À retrouver dans l'émission

L'œuvre de George Eliot nous apparaît aujourd'hui comme le point culminant de la littérature victorienne, la synthèse aboutie du roman de mœurs et du roman psychologique. Elle est annonciatrice, en cela, de tout un pan de notre modernité, d'André Gide à Virginia Woolf, en passant par Proust.

George Eliot, gravure d'après un portrait de Frederick Burton.
George Eliot, gravure d'après un portrait de Frederick Burton. Crédits : Universal History Archive - Getty

Pour cette émission nous retrouvons Alain Jumeau, professeur émérite de littérature et civilisation britanniques à la Sorbonne, traducteur de Stevenson, Trollope, Conan Doyle, Thomas de Quincey, ainsi que de George Eliot dans un volume de la Pléiade rassemblant deux chefs-d'œuvre, Le Moulin sur la Floss et Middlemarch (Gallimard, 2020).

En compagnie d'Alain Jumeau nous irons contre quelques idées reçues selon lesquelles le roman victorien serait ennuyeux, d'une écriture trop descriptive, trop détaillée et trop diffuse, aujourd'hui passée de mode. Au contraire, George Eliot se révèle à la lecture absolument moderne, de par la synthèse accomplie qu'elle réalise entre la tradition du roman de mœurs, du roman historique et du roman d'analyse psychologique. Si son ascendance littéraire remonte à Walter Scott et à Jane Austen, au réalisme historico-social de l'un et au réalisme psychologique de l'autre, George Eliot franchit un cap dans ces deux voies, et ouvre vers la modernité d'un Gide, d'un Proust ou d'une Virginia Woolf. Cette dernière n'aura d'ailleurs de cesse d'adresser de vibrants hommages à celle qui lui apparaît, à maints égards, comme une précurseur de la littérature féminine.

Alain Jumeau nous guide au sein d'une œuvre foisonnante et dense, de la peinture rurale d'Adam Bede (1859) au très politique roman Félix Holt le radical (1866), en passant par la fable morale et sensible de Silas Marner (1861) ou l'étonnant feuilleton historique Romola (1863). Enfin, deux chefs-d'œuvre résument à eux seuls la fin de cette remarquable carrière d'écrivain : Middlemarch (1872) et Daniel Deronda (1876). 

En fin d'émission vous retrouverez la chronique de Pierre Benetti, du journal en ligne En attendant Nadeau. Pierre Benetti nous présente Fragments sur Aby Warburg, de Gertrud Bing paru en janvier 2020 aux éditions de l'INHA, mais également de Sandor Ferenczi : l'enfant terrible de la psychanalyse, de Benoît Peeters, paru chez Flammarion en 2020.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Intervenants
  • Alain Jumeau, professeur émérite à la Sorbonne, spécialiste de la civilisation victorienne.
  • journaliste (Le Monde), critique littéraire (En Attendant Nadeau) et doctorant en anthropologie (EHESS)
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......