LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Alfred Hitchcock (1899-1980) à l’aéroport d’Heathrow (Londres) en 1964.
Épisode 1 :

Icône du mystère

58 min
À retrouver dans l'émission

François Truffaut disait de ses personnages qu’ils étaient « innocents dans un monde coupable ». Il avait une silhouette mythique, un caractère parfois étrange, et une maîtrise incontestée du suspense… Retour sur la vie d’Alfred Hitchcock (1899-1980), « icône du mystère ».

Alfred Hitchcock en 1964
Alfred Hitchcock en 1964 Crédits : Tony Evans/Timelapse Library - Getty

Pour évoquer la vie du cinéaste anglais, nous recevons François Rivière, critique littéraire, romancier et traducteur. Il est notamment l’auteur d’Epitaphe pour Alfred Hitchcock paru chez Payot en 2018.

Hitchcock est un obsessionnel qui mesure tout ce qui fait peur dans la vie quotidienne des gens. – François Rivière

Alfred Hitchcock est né à Londres le 13 août 1899 dans une famille catholique. Il reçoit une éducation soignée et parfois très sévère à partir du moment où il est inscrit dans un pensionnat jésuite à Londres. Il expliquera d’ailleurs que c’est chez les Jésuites que s’est développé en lui le sentiment de peur teintant la plupart de ses films. 

Son éducation chez les Jésuites a été assez douloureuse pour lui. Le catholicisme lui a laissé des traces, au point que Claude Chabrol et Eric Rohmer, qui ont écrit le premier livre sur Hitchcock, parlaient de lui comme d’un cinéaste catholique. Et il est vrai que l’on retrouve des traces de la religion catholique dans le cinéma d’Hitchcock, mais plutôt dans le côté mystérieux, intrigant et inquiétant de la religion. – François Rivière 

Après des études supérieures à la « School of Engineering and Navigation » où il a étudié la mécanique, l’électricité, l’acoustique et la navigation, Hitchcock commence à gagner sa vie en travaillant à la Compagnie télégraphique Henley, qui fabrique des câbles. Parallèlement, il suit des cours à l’Université de Londres, dans la section des Beaux-Arts, ou il veut apprendre le dessin. Remarquant déjà ses qualités artistiques, l’un des directeurs de Henley lui propose alors de le transférer au département publicité, où il excellera. Mais Hitchcock se passionne déjà pour le cinéma et particulièrement pour les films du réalisateur américain D. W. Griffith ou encore pour les premiers chefs-d’œuvre de l’expressionisme allemand que sont Le Golem ou L’Etudiant de Prague

Après la Première Guerre mondiale, il est engagé dans la société américaine de distribution de films Famous Players-Lasky qui vient de s’implanter en Grande-Bretagne. Son travail consiste à écrire les intertitres illustrés qui constituaient les dialogues des films muets. Puis il devient chef de section des titres, commence à travailler dans les studios et va alors exercer tous les métiers du cinéma : adaptateur, dialoguiste, assistant metteur en scène, et même décorateur. Dans ce cadre, il participe à la production du film Woman to Woman de Graham Cutts en étant assistant réalisateur. C’est à cette occasion qu’il rencontre Alma Reville, script-girl sur le tournage, qui deviendra son épouse et la compagne de toute sa vie. 

Alfred Hitchcock et sa femme Alma Reville
Alfred Hitchcock et sa femme Alma Reville Crédits : Bettmann - Getty

Hitchcock commence à réaliser lui-même ses premiers films muets dans les années 1920 : Les Cheveux d’or (The Lodger), Le Ring, Champagne… A la fin des années 1920, il réaliste son premier film parlant : Chantage

Son aventure américaine commence en 1938, année où il signe un contrat avec Hollywood. Dès 1939, il tourne Rebecca, qui recevra l’Oscar du meilleur film en 1941. Après de nombreux films dans les années 1940 (L’Ombre d’un doute, Lifeboat, La Maison du docteur Edwardes…), Hitchcock franchit une étape en devenant son propre producteur pour le film La Corde, qui sera aussi son premier film en couleur. 

C’est dans les années 1950-1960 qu’Hitchcock tourne ses films les plus connus : L’Inconnu du Nord-Express, Fenêtre sur cour, Mais qui a tué Harry ?, Sueurs froides, L’Homme qui en savait trop, Les Oiseaux, Psychose… En 1976 sort Complot de famille, qui sera son dernier film. Hitchcock meurt quatre ans après, le 29 avril 1980 à Los Angeles.

Et en fin d'émission, retrouvez la chronique de Guillaume le Douarin, de la revue Page des Libraires.

Pour aller plus loin : 

  • La Cinémathèque française (Paris) organise une grande rétrospective Alfred Hitchcock du 29 novembre 2019 au 19 janvier 2020. Rendez-vous sur le site internet de la Cinémathèque française pour plus d’informations.
  • Les éditions E/P/A font paraître l'ouvrage Hitchcock, La Totale, proposant une analyse des 57 films et 20 épisodes télévisés réalisés par Hitchcock (plus d'informations dans l'onglet "bibliographie"). 
  • L'Upopi (Université populaire des images) a consacré un numéro spécial à Alfred Hitchcock, consultable en ligne

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Intervenants

Partenaires

Page des Libraires - pour en savoir plus
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......