LE DIRECT
J. M. G. Le Clézio en 1992
Épisode 3 :

Absolument moderne

58 min
À retrouver dans l'émission

Les motifs de la modernité parcourent toute l’œuvre de Le Clézio. Nous évoquons ce que l’écrivain nous dit du monde d’aujourd’hui, en véritable « peintre de la vie moderne ».

Le Clézio à Montreal en 2008
Le Clézio à Montreal en 2008 Crédits : Pedro RUIZ/Gamma-Rapho - Getty

Marina Salles nous aide à comprendre la conception de la modernité de J. M. G. Le Clézio. Docteure ès Lettres de l'Université de Poitiers, elle a notamment consacré deux ouvrages au prix Nobel de littérature : Le Clézio, peintre de la vie moderne, paru aux éditions L'Harmattan en 2007, et Le Clézio : notre contemporain, publié aux Presses universitaires de Rennes en 2006.

Le Clézio est un grand poète de la ville contemporaine. – Marina Salles

Bien qu’il intente à la modernité un procès sans indulgence, Le Clézio n’est pas un écrivain passéiste qui prônerait le retour à un quelconque primitivisme. 

Le Clézio n’a pas la nostalgie du passé. Il dit avoir la « nostalgie du futur » - nostalgie de tout ce que l’on n’a pas fait pour préserver la planète et la transmettre à nos enfants. – Marina Salles 

Marina Salles nous parle du rapport de l’écrivain aux grandes villes, qui a évolué au fil de son œuvre.

A partir de Désert, on a l’impression qu’il trouve davantage de bonheur et de bien-être dans des sociétés qui ne sont pas totalement inféodées au progrès. Si on regarde les premiers livres, on est obligé de reconnaître que ses personnages, qui sont des marcheurs infatigables et hyperesthésiques, sont totalement agressés par le tourbillon de la ville, par les bruits, les mouvements, l’agitation incessante. Mais ils sont aussi capables d’arrêts pour percevoir la poésie de ce monde-là, même si c’est une poésie barbare. – Marina Salles

Le Clézio commente lui-même l’évolution de son rapport à la ville dans Quinze Causeries en Chine, son dernier ouvrage paru chez Gallimard en 2019.

Ce qui intéresse Le Clézio dans les villes, ce ne sont pas les monuments mais le « vortex » : le tourbillon des gens. Il aime les « villes plurielles », où les populations se croisent, se mêlent… Ce qui correspond d’ailleurs à sa recherche de l’interculturalité. – Marina Salles

L’auteur se fait alors « peintre de la vie moderne », ce qui est l’occasion d’évoquer ses liens avec l’art pictural et de grands artistes comme Georges de la Tour, Modigliani, Matisse ou encore Diego Rivera et Frida Kahlo. 

Le Clézio voulait être dessinateur. Il appréhende le monde en peintre avec un grand sens de la précision et du détail. – Marina Salles

En fin d'émission, retrouvez la chronique d’Alexis Brocas, écrivain et critique au Nouveau Magazine littéraire.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Bibliographie

Le Clézio : notre contemporain

Le Clézio : notre contemporainMarina SallesPresses universitaires de Rennes, 2016

Intervenants
  • Docteur ès Lettres de l'Université de Poitiers
  • Romancier, critique et directeur-adjoint au nouveau magazine Lire-Magazine littéraire

Partenaires

Le Nouveau Magazine littéraire - pour en savoir plus

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......