LE DIRECT
Joseph Kessel (1898-1979)
Épisode 2 :

L'Œuvre colossale de Kessel

59 min
À retrouver dans l'émission

Grand reporter dans la lignée d'Albert Londres, Joseph Kessel puisait dans ses expéditions la matière de ses romans et savait mêler le souffle de l'aventure à un exotisme empreint de poésie.

Chevauchée de cavaliers afghans lors d'une compétition de bouzkachi, mars 2004.
Chevauchée de cavaliers afghans lors d'une compétition de bouzkachi, mars 2004. Crédits : Marc DEVILLE/Gamma-Rapho - Getty

Nous sommes en compagnie de Serge Linkès, maître de conférences à l’Université de La Rochelle, chercheur à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes, responsable de l’édition des deux tomes de Romans et récits, de Joseph Kessel, dans "La Pléiade".

Nous faisons avec lui un panorama de l'oeuvre de Joseph Kessel en nous penchant sur les grands auteurs qui l'ont influencé comme Dostoïevski et Tolstoï, ou qui présentent des affinités esthétiques comme Stendhal. C'est une oeuvre colossale et protéiforme que nous découvrons, véritable collection d'expériences et de vies humaines tirées des quatre coins du monde. À rebours des expériences formalistes du Nouveau roman et du structuralisme des années 60, Kessel reste attaché au récit "à l'ancienne" qui lui a valu un succès considérable et durable auprès du public, sensible à l'humanité profonde de ces textes, ainsi qu'à la sincérité d'un auteur qui a lui-même tout vécu, ou presque. 

À la frontière entre journalisme et littérature, Kessel ressent l'écriture comme un besoin, une évidence qui s'impose à lui et qu'il exprime avec simplicité : 

Je pense qu'un écrivain a besoin d'écrire comme un cultivateur a besoin de cultiver la terre.

Pour Serge Linkès, Kessel possédait surtout

une faculté d'émerveillement. Il avait la capacité de partager cet émerveillement.

Ce Kessel, solaire et optimiste cohabite cependant avec un autre Kessel, plus sombre. Pour Serge Linkès l'écrivain

a une fascination pour le mal et puis il a l'impression que [...] lui-même pourrait être celui qui a fait le mauvais coup.

Étienne de Montety, écrivain et rédacteur en chef du Figaro littéraire consacre sa chronique de fin d'émission au livre American Dirt de Jeanine Cummins.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • Maître de conférences à l’université de La Rochelle, chercheur à l’Institut des textes et manuscrits modernes, il a dirigé l’édition des deux tomes de Romans et récits, de Joseph Kessel, dans « La Pléiade »
  • écrivain et directeur du Figaro littéraire

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......