LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Capitole, siège du congrès américain. Washington DC, États-Unis.
Épisode 2 :

De quoi Charles Lindbergh est-il le nom chez Philip Roth ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Réquisitoire contre le mirage du rêve américain ? Méditation sur la fragilité des valeurs fondatrices d'une nation ? Hommage inquiet mais passionné à la démocratie ? Le Complot contre l'Amérique de Philip Roth est, à n'en pas douter, un roman majeur, qui résonne encore aujourd'hui.

Charles Lindberg et son épouse, Anne Morrow Lindberg dans le cockpit d'un avion.
Charles Lindberg et son épouse, Anne Morrow Lindberg dans le cockpit d'un avion. Crédits : George Rinhart/Corbis - Getty

Pour cet épisode consacré au roman de l'écrivain américain Philip Roth, Le Complot contre l'Amérique (2004), nous recevons Paule Lévy, professeure de littérature américaine à l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle a notamment rédigé l'introduction de l’édition de la Pléiade des « Romans et nouvelles » de Philip Roth datant des années 1959-1977.

Ce qui rend Le Complot contre l'Amérique aussi visionnaire que glaçant, c'est l'hypothèse simple sur laquelle le roman est construit. Et si c'était l'aviateur Charles Lindbergh qui avait remporté l'élection présidentielle américaine de 1940 en lieu et place de Franklin D. Roosevelt ? Cette déviation historique que rend possible la fiction romanesque, c'est ce qu'on nomme l'uchronie, un scéario alternatif à l'histoire telle qu'elle s'est effectivement produite et qui fournit à Philip Roth la matière d'une méditation sur la politique américaine, sur le fascisme, ou encore le rêve fragile et peut-être illusoire du melting pot américain.

Le roman est aussi l'histoire d'une famille, les Roth, à laquelle appartient un narrateur dont la figure se confond avec celle de l'écrivain, rendant plus troublante encore l'expérience de pensée proposée au lecteur. En mêlant autobiographie alternative et Histoire alternative, Roth réussit un coup de maître, un récit à la fois captivant et profond sur l'incidence de l'Histoire et de la politique dans la vie des personnes ordinaires.

Je crois que ce qui ressort de tous les extraits qui viennent d'être lus, c'est la façon remarquable, j'ai presque envie de dire "magique" dont Philip Roth entremêle la grande Histoire - Georges Perec parlait de l'Histoire avec une grande hache -, la grande histoire donc et la petite histoire." (Paule Lévy)

Sur fond de Seconde Guerre mondiale et sous la présidence de Lindbergh, antisémite notoire et sympathisant déclaré du régime hitlérien, ce sont autant les bouleversements à petite échelle au sein d'une famille juive que les bouleversements de la société tout entière qui sont dépeints et analysés avec acuité. 

Ce qui m'a frappé c'est le réalisme avec lequel Philip Roth dépeint cette espèce de désarroi, de stupeur, de mélange de colère, d'incrédulité voire de sidération qui saisit ce petit monde des Juifs de Newark. (Paule Lévy)

A l'heure où, plus que jamais, la présidentielle américaine aimante nos regards, soulève les passions, exacerbe les antagonismes, la lecture du Complot contre l'Amérique nous offre l'opportunité de penser la société contemporaine : la radicalisation des clivages politiques, l'influence des médias dans la fabrique des opinions, la dégradation du tissu social, la tentation du bouc émissaire, l'éventualité d'un coup d'État, le spectre de la violence...

On peut presque lire Le Complot contre L'Amérique comme une variation, une approche oblique de la Shoah. Ces scènes où l'on voit les gens descendre dans la rue en pyjama, en pantoufles, errer, hagards, ça évoquerait presque des scènes de rafle. (Paule Lévy)

Si le roman de Philip Roth semble, à plusieurs égards, anticiper sur la situation politique contemporaine, il nous rappelle surtout que, depuis Tocqueville, on n'a pas fini de se poser la question de la démocratie en Amérique.

Vous retrouverez à la fin de notre émission la chronique de Mathieu Roger-Lacan de la revue Le Grand continent.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Bibliographie complémentaire : 

Alice Kaplan, Turbulences, USA (2016-2020) dans la collection Tracts/Gallimard.

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......