LE DIRECT
Portrait de Voltaire (1694-1778) tenant en main La Henriade, d'après Maurice Quentin de la Tour. 1728. 0,62 x 0,5 m, Versailles.
Épisode 3 :

Voltaire et les Lumières

58 min
À retrouver dans l'émission

Pour ses contemporains, il fut le phare des Lumières. Spirituel, brillant, étincelant même, Voltaire n'eut de cesse d'écrire pour faire triompher la raison, aussi bien dans les articles qu'il écrivit pour l'Encyclopédie que dans ses Lettres philosophiques ou dans sa défense du Chevalier de la Barre.

"La sainte cène du patriarche" ou "Le souper des philosophes" (scène imaginaire) par Jean Hubert. Huile sur toile, 60 x 80,5 cm. Voltaire foundation, Oxford
"La sainte cène du patriarche" ou "Le souper des philosophes" (scène imaginaire) par Jean Hubert. Huile sur toile, 60 x 80,5 cm. Voltaire foundation, Oxford Crédits : Fine Art Images/Heritage Images - Getty

Pour cette émission nous recevons Olivier Ferret, professeur à l'Université Lumière Lyon 2, auteur de Voltaire dans l'Encyclopédie (2016, éditions de la Société Diderot) , responsable de l’édition des Lettres philosophiques de Voltaire (Classiques Garnier) et coordinateur la Revue Voltaire n°18.

En compagnie de notre invité nous reviendrons tout particulièrement sur la contribution de Voltaire à l'ambitieux projet encyclopédique conçu par Diderot et d'Alembert, ainsi que sur les Lettres philosophiques et la défense du Chevalier de la Barre, trois coups de sonde dans une oeuvre immense, destinés à en souligner la portée critique et militante. 

Voltaire, pour les encyclopédistes, c’est le poète, et c’est l’historien. Il y a une sorte de rendez-vous manqué dans les relations entre Voltaire et l’Encyclopédie. Lui aspire à être reconnu comme philosophe, et on lui demande d’écrire des articles de morales et surtout des articles de littérature. Donc il y a un effet de décalage. Il le fait brillamment, mais ce ne sont probablement pas les sujets qui l’intéressent le plus. (Olivier Ferret)

Les Lumières telles qu'incarnées par Voltaire se révèlent dans toute leur puissance subversive et émancipatrice : si l'Encyclopédie a d'abord pour objet de résumer les savoirs d'une époque et d'en assurer la diffusion, les articles que l'on y trouve, notamment ceux de la plume de Voltaire, possèdent bien souvent quelque chose de l'ironie démystificatrice qui s'épanouissait déjà, et avec combien de verve, dans les Lettres philosophiques. Plus polémiques encore, les textes écrits par Voltaire au cours de « l'affaire du Chevalier de la Barre » parachèvent notre portrait d'un écrivain engagé.

La raison des Lumières, dont Voltaire apparut aux yeux de ses contemporains comme le chantre le plus brillant, rassemble tous ces enjeux : expansion et partage des savoirs, critique et démolition des préjugés, engagement concret dans les affaires de la justice, de la religion ou de l'État.

Si on considère que les Lumières sont un ensemble cohérent d’idées ou de valeurs, effectivement, on peut dire que Voltaire incarne ces valeurs-là : le pouvoir de la raison, la liberté d’expression, la tolérance. Si on considère que les Lumières sont aussi un projet destiné à mettre en œuvre ce programme, c’est-à-dire la lutte contre l’obscurantisme, contre les interdits de pensée, contre l’intolérance, dans ces cas-là on peut voire en Voltaire une sorte d’incarnation de cette définition-là des Lumières. Ce n’est peut-être pas la seule. (Olivier Ferret)

Avant d'en venir à ces temps forts de la longue carrière voltairienne, notre invité nous aide à situer Voltaire dans le mouvement des Lumières. S'il en est, incontestablement, l'un des symboles, le « patriarche de Ferney », ainsi qu'on l'a appelé de son vivant, fut trop souvent résumé, ainsi que les Lumières, à un anticléricalisme caricatural. Sans doute serait-il plus juste, à son sujet, de mettre en relief sa contribution à la promotion de valeurs modernes – la liberté de penser, la laïcité, la tolérance – par rapport auxquelles le combat contre « l'Infâme » (entendre l'Église catholique) s'est constitué dans un second temps, comme une conséquence. Olivier Ferret définit avec nous les caractéristiques de cet écrivain qui contribuent autant à le rendre irremplaçable aux yeux des uns, qu'irritant aux yeux des autres. Mais fut-il aussi provocant qu'un La Mettrie, ou un baron d'Holbach ? Concentrant la plus grande part de son agressivité sur le fanatisme chrétien, la raison voltairienne s'est accomodée sans mal des inégalités socioéconomiques de son époque ou d'une conception élitiste de l'éducation. 

Précurseur de l'intellectuel moderne, Voltaire apparaît comme un personnage contrasté et contesté. 

La contestation de Voltaire n’allant pas assez loin date plutôt du début des années 1770, où se constitue un groupe autour de Diderot, autour du baron d’Holbach, de matérialistes athées qui trouvent que le « patriarche de Ferney », puisque c’est aussi à cette époque-là qu’on l’appelle comme ça, est un peu gâteux, en tout cas ne va pas assez loin dans les propositions du côté du matérialisme, du côté de l’athéisme. (Olivier Ferret)

S'il fut en butte aux attaques des Lumières radicales en raison de son déisme, de son opposition au matérialisme ou de son républicanisme pour le moins tempéré, il fut aussi attaqué sur l'autre bord par les « Anti-Lumières », comme Joseph de Maistre qui voyait en lui l'incarnation d'un décadentisme moderne et le destructeur de l'ordre établi à l'origine de la Révolution de 1789. 

Du XVIIIème siècle jusqu'à nos jours en passant par les réactions, tantôt hostiles, tantôt admiratives, du XIXème siècle, la réception de Voltaire n'en finit pas d'alimenter des débats dont la résurgence démontre la propagation des principes chers aux Lumières (vigilance critique, examen rationnel des savoirs, démystification des superstitions et des idoles) et, en fin de compte, son « triomphe ».

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noiree

Intervenants
  • , professeur de littérature à l’université Lumière Lyon 2, et directeur aux PUPS de la collection revue Voltaire
À venir dans ... secondes ...par......