LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Henri Matisse (1869-1954) dans son atelier au Régina, Nice, 1952.
Épisode 2 :

Matisse à l'œuvre

59 min
À retrouver dans l'émission

Deux musées lui sont intégralement consacrés, à Nice et à Cateau-Cambrésis, et on trouve ses tableaux dans le monde entier, de New York à Saint-Pétersbourg en passant par Londres et Copenhague. Entre ancrage national et consécration mondiale, Matisse a construit une œuvre majeure du XXème siècle.

Henri Matisse, The Cut Outs exhibition. Tate Modern, Londres.
Henri Matisse, The Cut Outs exhibition. Tate Modern, Londres. Crédits : Rune hellestad / Corbis - Getty

Nous sommes en compagnie de Claudine Grammont, historienne de l'art, directrice du Musée Matisse de Nice qui a dirigé le dictionnaire « Tout Matisse », paru chez Laffont dans la collection « Bouquins » en 2018.

Claudine Grammont ouvre pour nous un certain nombre de perspectives sur l'œuvre de Matisse, à commencer par ce motif singulier de la fenêtre que le peintre affectionnait et qui lui permettait de penser son propre travail. Qu'est-ce qu'un tableau, en effet, sinon une fenêtre ouverte sur l'ailleurs ? Reprenant ainsi, avec ces fenêtres, une thématique des peintres de la Renaissance, Matisse interroge le lien du monde et de l'image. 

Le thème est finalement un thème assez classique mais que Matisse s’approprie pour en faire un des grands thèmes du XXème siècle, à sa manière. Et ça arrive, en fait, assez tôt dans son œuvre, du moment qu’il se révèle être Matisse. Dès 1897 la fenêtre apparaît […]. Je rêverais de faire une exposition sur la fenêtre, sur les fenêtres, au Musée Matisse. Ce serait fantastique. (Claudine Grammont)

Si ces motifs de fenêtres parcourent toute sa peinture, comme une perpétuelle promesse d'évasion, une perpétuelle invitation au voyage, on ne saurait réduire l'œuvre de Matisse à ce seul objet ou seulement au monde des objets.

Loin d'être un jeu de surfaces, de perspectives et de formes géométriques, la peinture de Matisse est une œuvre profondément humaine, traversée par une vitalité qui s'exprime avec force notamment dans les portraits. Matisse n'hésite pas à en faire un lieu d'expérimentation et d'invention, au risque, quelquefois, de déplaire, comme ce fut le cas quand il portraitura son ami Paul Léautaud ou le grand collectionneur de Cézanne, Auguste Pellerin.

Il y a eu toute une série de portraits que Matisse fait de Paul Léautaud. Alors là, Paul Léautaud est absolument furieux, il dit que c’est absolument nul ! Vous savez, c’est ces portraits qu’on connaît de Matisse, ces portraits au trait des années 1940, comme la série de portraits d’Aragon, qu’il fait en 1942. (Claudine Grammont)

Sont également abordées dans cette émissions les différentes périodes artistiques de Matisse, sa perméabilité ou au contraire sa distance vis-à-vis des grands courants artistiques comme le fauvisme, le cubisme et le surréalisme, ainsi que sa relation avec Picasso.

Je pense que l’un et l’autre se sont mutuellement construits […]. Pour Picasso la couleur, finalement, c’est secondaire, clairement secondaire. Il ne va pas faire de recherche de couleurs. Il va faire beaucoup plus de recherches dans le dessin ou dans les matériaux. Pour Matisse, la couleur est primordiale. Mais il n’empêche que certains dessins, parfois, de Matisse sont presque à confondre avec ceux de Picasso et inversement. (Claudine Grammont)

Au-delà de sa grande densité théorique, longuement concertée par Matisse tout au long de sa vie, l'œuvre s'impose à l'œil avant de s'imposer à l'esprit. Et, toujours, avec une forme de légèreté et d'évidence, une évidence de beauté.

Musée Matisse. Au premier plan, ruines romaines de Cemenelum. Nice, France.
Musée Matisse. Au premier plan, ruines romaines de Cemenelum. Nice, France. Crédits : Antonella Carri / REDA&CO - Getty

À la fin de cette émission, Étienne de Montety, directeur du Figaro littéraire sera avec nous pour notre chronique conclusive. Il nous parlera du livre de Philippe Sands, La Filière (Albin Michel, 2020).

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Bibliographie

Tout Matisse

Tout MatisseClaudine GrammontRobert Laffont, 2018

Matisse

MatissePierre SchneiderFlammarion, 2020

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......