LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait de Pierre Loti dans les années 1870
Épisode 2 :

Une œuvre au long cours

58 min
À retrouver dans l'émission

Dans la préface qu’il rédige pour une édition italienne d’« Aziyadé » (en 1971), Roland Barthes salue en Pierre Loti « une figure singulière d’écrivain marin voyageur, tout à fait à part dans le monde littéraire ». Retour sur cette œuvre au long cours.

Dessin de Louis Marie Julien Viaud dit Pierre Loti, intitulé « Aziyadé »
Dessin de Louis Marie Julien Viaud dit Pierre Loti, intitulé « Aziyadé » Crédits : Art Media/Print Collector - Getty

Pour commencer notre parcours dans l'oeuvre de Pierre Loti, nous recevons Bruno Vercier, spécialiste de l'écrivain et responsable de nombreuses éditions critiques de ses romans publiés chez GF-Flammarion et Folio classique. Il est lui-même l’auteur de Pierre loti, d’enfance  et d’ailleurs publié aux éditions Bleu autour en 2012 et de Pierre Loti, portraits : les fantaisies changeantes paru en 2002 chez Plume ; il s’apprête également à publier l’ouvrage Pierre Loti dessinateur : une œuvre au long cours aux éditions Bleu Autour. 

Selon Bruno Vercier, le charme de l’écriture de Loti réside dans « l’expression d’une sensibilité », comme en témoigne le texte qu’il place en exergue de son roman Madame Chrysanthème.

Bien que le rôle le plus long soit en apparence à madame Chrysanthème, il est bien certain que les trois principaux personnages sont Moi, le Japon et l’Effet que ce pays m’a produit. – Pierre Loti, « A madame la Duchesse de Richelieu », placé au début du roman « Madame Chrysanthème »

Dans sa création, Loti a abordé de nombreux genres : le journal, le roman, le théâtre, le dessin, la photographie… on évoque même sa passion pour la décoration intérieure. 

Sa maison de Rochefort est peut-être son œuvre sinon la plus aboutie, du moins la plus flamboyante. Chaque pièce est le résumé d’un voyage, d’un désir, d’une nostalgie. – Bruno Vercier

Et en fin d'émission, retrouvez la chronique de Jérôme Dupuis, de L’Express.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Bibliographie

Intervenants

Partenaires

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......