LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
H. Leivick, 1940.

Poésie yiddish et piano klezmer

58 min
À retrouver dans l'émission

"Tout est perdu, gardons la perte" (Hélène Cixous et Cécile Wajsbrot)

H. Leivick, 1940.
H. Leivick, 1940. Crédits : Inconnu

Aujourd’hui langue de personne et répertoire fantôme avec Rachel Ertel porteuse et passeuse de poésie Yiddish et le pianiste et musicien klezmer Denis Cuniot. 

Denis Cuniot, pianiste et musicien passé du conservatoire, de la musique savante à la musique Klezmer, qu'il pratique depuis plus de trente ans et neuf albums, imaginant une vie pour le piano dans un genre musical né dans la rue, qui ne lui avait donc fait aucune place faute de scène. Un genre musical aux contours flottants, avec dit-il instruments en plus ou moins en bon état et notes plus ou moins justes. "Langue fantôme" disait Isaac Bashevis Singer avec Rachel Ertel, qui a fait de la transmission et de l’enseignement du yiddish un impératif catégorique.  Impératif tenu à l’Université ou elle a fondé le centre d’études judéo-américaines, formant notamment des traducteurs, publiant traduisant les encore trop nombreux trésors de la littérature yiddish, à commencer par Isaïe Spiegel, Leib Rochman ou les poètes Avrom Sutzkever ou Jacob Glatstein. Elle signe aujourd’hui aux Editions l’antilope la traduction d’un monument de H. Leivick, poète américain de langue Yiddish qui en 1958 au terme de sa vie écrivit Dans les bagnes du tsar, récit testamentaire et mouvementé de ses années de forçat et récit de sa traversée de la Russie fers aux pieds au tournant des années 10. Une traduction qui s’accompagne de la parution de Mémoire du yiddish,un long entretien aux Editions Albin Michel dans lequel Rachel Ertel se raconte et raconte cette obsession des fantômes et cette quête de leur langue perdue par la traduction. « D’une part ont fait œuvre de témoignage, on témoigne de ce qui s’est créé dans cette langue en voie de disparition, écrit-elle, et d’autre part on fait le deuil de cette langue ».  

Dybbuk
Dybbuk Crédits : Ephraim Moshe Lilien (1874–1925)

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......