LE DIRECT
Une fête dans les locaux de BuzzFeed en Californie

L'éducation civique

4 min
À retrouver dans l'émission

Une heure de bicamérisme, de suffrage universel et d’assemblée sénatoriale renouvelée par tiers.

Une fête dans les locaux de BuzzFeed en Californie
Une fête dans les locaux de BuzzFeed en Californie Crédits : JONATHAN LEIBSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - AFP

Il y a toujours un professeur martyr. Un nom qui circule à travers le collège : celui-ci vous pouvez l’insulter, lui jeter des boulettes de papier dans le dos, refuser de lui obéir. Son sérieux imperturbable, sa dignité nazaréenne passera, imperturbable, à travers toutes les injures. S’il doit écrire au tableau il écrira, lentement, accroché à sa craie grasse comme au-dessus du vide — ses lettres grandes, anachroniques, opposées pour lui seul au néant de l’indiscipline. 

S’il doit parler il parlera, d’une voix lasse et régulière, les yeux perdus dans les paraboles que décrivent autour de lui le contenu entier d’une trousse un temps suspendu à l’air, comme à du fil de pêche, ou décrochant brutalement, comme le premier étage cylindrique d’une fusée, une fois les effets de la colle consommés.

Ce christ aux outrages, dans mon collège, s’appelait Monsieur Rouquet, et comme son modèle, il portait la barbe et nous délivrait les fondamentaux d’une vie vraiment bonne : c’était notre professeur d’éducation civique — une heure de bicamérisme, de suffrage universel et d’assemblée sénatoriale renouvelée par tiers.

Il n’avait aucune chance, et nous l’avions facilement sacrifié sans égard pour la République qui le tenait sur ses genoux comme une poupée de ventriloque.

Apprenant l’existence d’une navette législative entre le sénat et l’assemblée, j’avais voulu connaître un jour le type de véhicule chargé de cette mission : était-ce un tube pneumatique, une voiture banalisée, un rendez-vous secret dans les Jardins du Luxembourg ?

Je n’y avais vraiment pas mis beaucoup d’insolence, mais j’avais écopé, à ma grande surprise, d’une sanction. Quelque chose comme une heure de colle. Dans mon souvenir, c’était particulièrement injuste. Le collège était plein d’histoires d’élèves qui l’avaient insulté ou qui avaient coupé des morceaux de sa veste avec leurs ciseaux.

Mais je suis fier, au fond, d’être celui qui lui avait permis de rétablir pour quelques instants son autorité républicaine. 

C’est à peu près tout ce dont je me souviens de mes cours d’éducation civique, la plus mal aimée des matières enseignées au collège —  alors que le droit constitutionnel fait figure, en première année de droit, d’enclave intellectuelle raffinée, loin du gâchis cybernétique, plein de rectangles liés par des flèches de rétroaction, de la présentation rapide qu’il en est fait au collège.

On avait tout juste tenté d’y adjoindre un peu de contenu moral : respect d’autrui, égalité de chacun, tolérance, dignité de la personne. Apparemment en vain, au vue des supplices subis par notre professeur. 

Le site Buzzfeed a tenté récemment, lui aussi, de rendre l’éducation civique un peu divertissante. 

D’abord en étant excessivement facile à lire : Buzzfeed, est à peu à 20 minutes ce que 20 Minutes est au Monde — 2 minutes news, com’, quiz. Mais Buzzfeed n’a jamais pour autant négligé sa mission évangélisatrice : c’est la voix officielle du camp des progressistes, c’est la Pravda de la gauche libérale new-yorkaise. 

Et je le dis sans ironie : j’ai adoré Buzzfeed dès le début. Entre deux sujet légers sur les embarras de l’amour physiques et les meilleures recettes au Nutella, j’aimais explorer, au détour d’un article plus profond que les autres, les recoins mal connus de ma conscience d’homme blanc occidental. J’y trouvais, même si le terme est tabou, ma dose hebdomadaire d’exotisme : c’était moi, l’intéressant sauvage, le grand naïf, la brute écervelée, moi qui vivait en primitif. 

J’ai ainsi appris que je n’étais pas racisé, et que c’était un privilège — un privilège qui pouvait me rendre dangereux. Tout cela posait bien sur un certain nombre de problèmes philosophiques, mais je suis reconnaissant à Buzzfeed d’avoir permis de me les formuler : ce danger intrinsèque, lié à la fausse neutralité de ma position, faisait après tout de moi une sorte de cannibale, ce qui me rendait accessible, en droit, à la protection dont pouvait bénéficier n’importe quel peuple premier.

Buzzfeed aura ainsi permis à l’éducation civique de redevenir une discipline sexy et intellectuellement stimulante. Je revois, avec émotion, la façon dont mon professeur d’éducation civique commençait une longue phrase sur l’indivisibilité de la république en haut à gauche du tableau pour la finir pathétiquement, incapable de tenir la ligne, tout en bas à droite. 

Je suis vraiment désolé de voir Buzzfeed, qui vient d’annoncer la fermeture de son bureau parisien, suivre la même courbe.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......