LE DIRECT
Dans le Jardin alpin du Museum d'Histoire naturelle de Paris prospèrent plus de 2000 espèces de fleurs alpines et méditerranéennes.

Comment la nature est-elle entrée dans l’âge de la fleur ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment les plantes à fleurs sont-elles apparues à la surface de la Terre ? Avec son équipe, François Parcy est parvenu à percer ce mystère "abominable". Entretien.

Dans le Jardin alpin du Museum d'Histoire naturelle de Paris prospèrent plus de 2000 espèces de fleurs alpines et méditerranéennes.
Dans le Jardin alpin du Museum d'Histoire naturelle de Paris prospèrent plus de 2000 espèces de fleurs alpines et méditerranéennes. Crédits : Manuel Cohen / MCOHEN - AFP

Comme tous les êtres vivants ou inertes, les plantes sont constituées de molécules, qui sont elles-mêmes constituées d’atomes, qui sont eux-mêmes constitués d’électrons tournant autour de noyaux, qui sont eux-mêmes constitués de protons et de neutrons, eux-mêmes constitués de quarks et de gluons…

Pouvoir dire cela, pouvoir affirmer qu’on sait cela, c’est déjà impressionnant, mais ce n’est pas tout dire des plantes, notamment des plantes dites « à fleurs ». D’énormes questions continuent en effet de se poser à leur sujet. Comment ces dernières sont-elles donc apparues au cours de l’évolution ? On sait que les végétaux ont colonisé la terre il y a plus de 400 millions d’années, mais que les plantes à fleurs n’y existent que depuis 150 petits millions d’années et qu’elles se sont très rapidement diversifiées. Il n’y a qu’à voir l’abondance de leurs dénominations : Crocus, hortensia, Eupatoire, Hellébore, Marguerite, Clématite, Agapanthe, Edelweiss, Gentiane, Onopordon, Orobanche, Joubarde, Solidage, Pétunia, Jonquille, Phalangère, Dame d’onze heures, Linaigrette, Liseron, Lotus, Mélampyre, Lisymaque, Tournesol, Stellaire… On connaît aujourd’hui près de 400 000 espèces différentes de plantes à fleurs, dont l’origine et l’évolution fulgurante étaient un motif d’étonnement pour Darwin lui-même. En 1879, dans une lettre à son ami Joseph Hooker, il parla même de l’« abominable mystère » que constituaient à ses yeux l’apparition, la colonisation et la diversification très rapide des plantes à fleurs à la surface du globe.

Ce mystère est-il toujours aussi abominable ? Y aurait-il du nouveau sous la pluie ?

Invité: François Parcy, généticien, Directeur de recherche au CNRS, chercheur au Laboratoire de physiologie cellulaire et végétale de Grenoble.

Choix musicaux

  • Ghinzu, Do you read me
  • Sophie Hunger, Le vent nous portera
Intervenants
  • généticien, directeur de recherche CNRS au Laboratoire de Physiologie cellulaire et végétale à Grenoble
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......