LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Carte de la lune par Johannes Hevelius (1647)

Pour quoi la Lune ?

1h01
À retrouver dans l'émission

Cinquante ans plus tard, que savons-nous sur la Lune ? Par quoi continue-t-elle de nous inspirer ? Des hommes y retourneront-ils ? Pour quoi y faire ?

Carte de la lune par Johannes Hevelius (1647)
Carte de la lune par Johannes Hevelius (1647) Crédits : Johannes Hevelius

Comparée à la planète autour de laquelle elle orbite, la Lune est le plus gros satellite connu du système solaire. Avec un rayon orbital de moins d’un demi-million de kilomètres, elle domine nos cieux quelle que soit sa phase, sauf à la nouvelle lune. Son visage a inspiré les poètes, les amoureux (avec qui ils de confondant parfois), les astrologues, les inventeurs de calendriers, les prêtres et les chefs de guerre. Elle habite nos pensées, illumine nos nuits et rôde dans nos rêves.

En s’imposant à nos regards, la déesse de la nuit que les Grecs appelaient Séléné a fécondé notre imaginaire et, sans doute, modelé notre Psyche

Mais ce n’est qu’au début du XVIIe siècle que l’idée d’aller sur la Lune sembla envisageable, lorsque Kepler rédige Somnium, ouvrage qui raconte le voyage d’un jeune homme jusqu’à l’astre.

Deux siècles plus tard, en 1865, Jules Verne publie De la terre à la lune. Dans ce roman, trois hommes d’affaire s’envolent vers la Lune grâce à un canon géant baptisé le Colombiad, mais ils sont laissés à un destin incertain. En 1901, c’est au tour de H. G. Wells de rédiger Les Premiers hommes dans la Lune. Le vaisseau spatial qu’il invente est une sphère en fer recouverte d’une peinture antigravifique qui permet à ses passagers de rejoindre la Lune. Mais une fois là-bas, ils sont confrontés à des vaches lunaires encombrantes, à des plantes très dangereuses et à une race d’insectes humanoïdes guère sympathiques que Wells nomme les Sélénites.

Chacun connaît la suite de l’histoire, qui transforma les romans du XIXe siècle en un mélange de science, de technologie, de courage et de politique. Le 21 juillet 1969 Neil Armstrong descendit les échelons du module Eagle pour poser le pied sur la Lune, et même les deux pieds. En France, il était 3h56 du matin. 

Cinquante ans plus tard, que savons-nous sur la Lune ? Par quoi continue-t-elle de nous inspirer ? Des hommes y retourneront-ils ? Pour quoi y faire ?

Empreinte de la botte de Buzz Aldrin sur le sol lunaire
Empreinte de la botte de Buzz Aldrin sur le sol lunaire Crédits : NASA/ Buzz Aldrin

Nos invités :

Sylvain Bouley, planétologue, maître de conférences à l’université Paris-Sud.

Jean-Philippe Uzan, astrophysicien à l’IAP

Intervenants
  • planétologue au laboratoire GéoSciences de l’Université Paris Sud, a dirigé l’ouvrage « Impacts, des météores aux cratères », ed. Belin.
  • Physicien théoricien au CNRS, spécialiste de cosmologie et de gravitation.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......