LE DIRECT
Les particules cosmiques ont mis en évidence une niche sur l’arête nord-est de la pyramide de Kheops

À quoi les rayons cosmiques peuvent-ils bien nous servir ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Grâce à un traqueur de muons, la mission ScanPyramids a détecté une cavité de 9 mètres carrés sur la face nord de la pyramide de Kheops.

Les particules cosmiques ont mis en évidence une niche sur l’arête nord-est de la pyramide de Kheops
Les particules cosmiques ont mis en évidence une niche sur l’arête nord-est de la pyramide de Kheops Crédits : Gianni Dagli Orti / The Art Archive / The Picture Desk - AFP

En 1912, Paul Valéry écrivait : « Les recherches insensées sont parentes de découvertes imprévues ». Il avait raison. À la façon des gouttes de mercure qui s’écoulent, les idées scientifiques suivent des chemins difficiles à anticiper. Qu’elles aient ou non des visées d’emblée pratiques, elles se répandent, se fragmentent, se retrouvent pour former de nouvelles confluences, ce qui rend leur destin imprévisible. Ainsi en 1915, Albert Einstein n’aurait pu deviner que la prise en compte des équations de sa nouvelle théorie de la gravitation, la relativité générale, serait un jour nécessaire au bon fonctionnement de nos GPS. Et dans les années 1920, les pères fondateurs de la physique quantique ne se doutaient pas que leurs réflexions, toutes très abstraites, finiraient par engendrer la plupart de nos produits de haute technologie, allant des transistors aux lasers en passant par les horloges atomiques.

C’est un autre exemple de cette incapacité à prédire de destin des idées scientifiques qui va nous occuper aujourd’hui. En 1911, le physicien Viktor Hess découvrait ce qui sera appelé le rayonnement cosmique. On comprit par la suite que ce rayonnement est constitué de particules qui pleuvent littéralement sur nous. Parmi elles se trouvent des « muons ». Les muons sont des sortes d’électrons, plus lourds que les vrais électrons, capables de traverser de grandes épaisseurs de matière avant d’être stoppés. Or il fut tout récemment démontré que ces muons permettent de scanner les pyramides d’Egypte, d’une façon si originale et si novatrice que cela a permis de découvrir dans la pyramide de Kheops une chambre secrète qui n’avait pas été repérée par les égyptologues.

Invités : Sébastien Procureur, physicien nucléaire à l’Institut de Recherche sur les Lois Fondamentales de l’Univers (IRFU/CEA) et Mehdi Tayoubi, vice-président stratégie et innovation chez Dassault Systèmes et président de l'Institut Heritage Innovation Preservation (HIP.Institute) et co-directeur de la mission Scan Pyramids.

Intervenants
  • Physicien nucléaire, responsable scientifique à l'Irfu (Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers) du CEA
  • vice-président stratégie et innovation chez Dassault Systèmes et président de l'Institut Heritage Innovation Preservation (HIP.Institute)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......