LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Couverture "Alma, le vent se lève", Timothée de Fombelle et "Ickabog", JK Rowlinf

Littérature jeunesse : avec "Alma, le vent se lève" de Timothée de Fombelle et "L'Ickabog" de JK Rowling

26 min
À retrouver dans l'émission

Nos critiques s'intéresse aujourd'hui aux nouveautés rayon littérature jeunesse, ils ont lu "Alma", le dernier roman de Timothée de Fombelle ainsi que L’Ickabog, le roman de JK Rowling,Découvrez leurs avis…

Couverture "Alma, le vent se lève", Timothée de Fombelle et "Ickabog", JK Rowlinf
Couverture "Alma, le vent se lève", Timothée de Fombelle et "Ickabog", JK Rowlinf Crédits : Gallimard Jeunesse

Chaque vendredi à l'heure du déjeuner, Lucile Commeaux et ses critiques invités, débattent des oeuvres ou des événements (films, livres, expositions, séries, bandes dessinées...) qui font l'actualité culturelle de la semaine...

Au programme de La critique cette semaine : littérature jeunesse et beaux livres.  Nous parlerons d’Alma, le dernier roman de Timothée de Fombelle, mais tout de suite, L’Ickabog, le roman de JK Rowling, qui s’émancipe de la prison dorée qu’est la saga Harry Potter.

Pour en parler aux côtés de Lucile Commeaux : Marie Sorbier, productrice de l'émission Affaires en cours et Victor Macé de Lepinay (producteur du Rayon BD sur France Culture) 

Littérature jeunesse : Alma, le vent se lève, Timothée de Fombelle

Alma, le vent se lève
Alma, le vent se lève Crédits : Gallimard jeunesse

Le premier volet d'une trilogie d'aventure sur l'esclavage et le combat de l'abolition.

1786. Le jour où son petit frère disparaît, Alma part sur ses traces, loin de sa famille et de la vallée d'Afrique qui les protégeait du reste du monde. Au même moment, dans le port de Lisbonne, Joseph Mars se glisse clandestinement à bord d'un navire de traite, La Douce Amélie. Il est à la recherche d'un immense trésor. Dans le tourbillon de l'Atlantique, entre l'Afrique, l'Europe et les Caraïbes, leurs quêtes et leurs destins les mènent irrésistiblement l'un vers l'autre.

L'avis des critiques : le temps de la lecture, le temps du voyage 

J'ai lu ça avec un enthousiasme vraiment incroyable, je l'ai immédiatement donné à ma fille. C'est très bien construit, c'est un roman choral. Il y a beaucoup de personnages, mais chacun arrive au bon moment. Timothée de Fröbel prend le temps de nous les présenter. Et puis, il y a des scènes d'action et d'aventures, de scènes avec un suspense insoutenable. Il y a tous les ingrédients de la grande aventure le capitaine cruel, les trafiquants d'esclaves, la chasse au trésor et toutes les réminiscences de l'île au Trésor, le trésor de Rackham le Rouge, de Barbe Rouge - Victor Macé de Lepinay 

C'est un gros roman, d'environ 400 pages. C'est un vrai gros roman avec un temps de lecture qui est un temps incompressible. On prend le temps avec lui, on voyage. Ce n'est pas un mot comme ça.  Là, c'est vraiment un livre où on voyage. On part de Lisbonne, on va en Afrique, on traverse l'Atlantique. L'Atlantique est quand même présent sur les trois quarts du roman. On est sur cette mer avec eux et ça fait un bien fou  - Marie Sorbier 

Littérature jeunesse : L'Ickabog, JK Rowling 

Pour L’Ickabog, J.K. Rowling a imaginé un univers inédit qui emprunte aux contes et aux folklores européens.Elle livre le récit de l’aventure de deux enfants courageux aux prises avec un despotisme de moins en moins éclairé. L’autrice aborde des  thèmes  qui  lui  sont  chers,  comme  l’amitié  et  la  famille,  et  des  questions  de  société  qui  parlent  à  tous  les  âges,  notamment celle du pouvoir politique et de ses abus, ou encore du rapport entre information et vérité.

Couverture L'Ickabog, JK Rowling
Couverture L'Ickabog, JK Rowling Crédits : Gallimard jeunesse

L'avis des critiques : dans l'ombre d'Harry Potter 

Pour moi, le plus gros défaut de ce livre, c'est son côté totalement manichéen, c'est à dire que les méchants sont très méchants, les gentils sont très gentils, les pâtisseries sont très bonnes et les marécages sentent mauvais. Ça manque cruellement de nuances et c'est ce qui m'a le plus dérangé - Marie Sorbier 

Ce qui m'a gêné c'est la construction et la langue, j'ai été surpris par des problèmes de traduction. Si on m'avait raconté l'histoire au coin du feu, j'aurais trouvé ça bien, mais écrire un livre, ce n'est pas improviser une histoire, on a l'impression qu'elle a écrit au fil de la plume. Or ici, rien n'est hiérarchisé - Victor Macé de Lepinay 

Si on veut défendre ce livre, on peut dire qu'il y a une efficacité dans la langue, il y a quelque chose de cette plume anglo-saxone - Lucile Commeaux

Intervenants
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......