LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Thelonious Monk et Roisin Murphy (Adrian Samson)

Musique : Thelonious Monk et Róisín Murphy, exhumation d'un inédit et résurgence house

33 min
À retrouver dans l'émission

L'enregistrement inouï d'un concert du jazzman Thelonious Monk et le nouvel album de la pop star irlandaise Róisín Murphy sont au sommaire de La Critique musique cette semaine.

Thelonious Monk et Roisin Murphy (Adrian Samson)
Thelonious Monk et Roisin Murphy (Adrian Samson)

La Critique : commentaire expert et subjectif de l’actualité culturelle. Chaque semaine, des critiques invités par Lucile Commeaux se rencontrent autour de deux disciplines dans l’amour de l’art et de la dispute.

Au sommaire de La Critique cette semaine : Monk : Palo Alto, enregistrement inédit du concert donné par le quartet de Thelonious Monk en octobre 1968 dans un lycée de Palo Alto, en Californie (Impulse), et Róisín Machine, le nouvel album de Róisín Murphy, ex-membre du groupe Moloko (Skint Records).

Jazz en milieu scolaire et musique de club sont au menu du débat du jour tenu en compagnie de Philippe Azoury (rédacteur chef culture à Vanity Fair) et Olivier Lamm (journaliste et critique à Libération). 

"Monk : Palo Alto" de Thelonious Monk (Impulse)

En 1968, le grand Thelonious Monk n’est plus très jeune, plus si productif non plus. Depuis quelques temps, il donne moins de concerts et a tendance à se reposer sur ses succès des années 50. En octobre 1968, Dany Scher, un lycéen californien fou de jazz tente un coup : il l’invite à venir jouer dans son lycée à Palo Alto, alors que les tensions politiques et raciales secouent la ville et notamment le quartier afro-américain, East Palo Alto. Thelonious Monk accepte et investit l’auditorium du lycée avec son quartet pour donner un concert de quarante-sept minutes que le concierge de l'établissement enregistrera. Cette captation est aujourd'hui disponible sur disque grâce au label Impulse. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'avis de nos critiques : 

Ce qui est fabuleux dans ce disque, c’est que Thelonious Monk donne à entendre une partie de son histoire et une liberté.
Il y a un plaisir immense a écouté ce disque notamment parce que Monk pousse chacun de ses trois alliés et lui-même dans des zones de vulnérabilité qui procurent, à l’écoute, un plaisir assez extraordinaire. Philippe Azoury

_C’est un disque de jazz, de Bebop révolutionnaire_, au sens le plus propre du terme. Quand on l'écoute, au bout de deux secondes, ce n'est plus du jazz qu'on entend grâce à la prééminence de l'improvisation. (…) Monk est un peu plus révolutionnaire que les autres parce qu’il a contribué à façonner ce qui allait devenir le Jazz de l'âge d'or, mais aussi parce qu’ il a toujours privilégie, par ses compositions, ce qui est à côté. Sa virtuosité est toujours vraiment retorse. On ne sait jamais s'il joue bien ou mal. C'est ça qui est absolument génial. Ça se vérifie évidemment dans ce live. Olivier Laam

"Róisín Machine" de Róisín Murphy (Skint Records)

Sur la pochette rouge de l'album Róisín Machine, Roisin Murphy, chanteuse irlandaise connue d’abord comme membre du groupe Moloko et qui depuis a signé plusieurs disques solo, s’affiche tête en bas, cheveux permanentés, yeux de chat marqués au khol et vêtue légèrement de résille noire. L'album est à l’avenant de ce visuel tout droit sorti des années 80 : des pistes longues qui nous plongent ou replongent, c’est selon, dans l’âge d’or des discothèques.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'avis de nos critiques : 

Les disques de Dance contiennent toujours en eux-mêmes une sorte de mélancolie qui est l'impossibilité d'aller en profiter. Ce disque se reçoit effectivement avec frustration, mais aussi avec bonheur. Parce que ce n'est pas seulement un disque de disco (…) Il n'y a pas de temps mort, il n’y'a pas de ballades. Ce sont plûtôt des morceaux de house qui s'étirent avec Rosin Murphy, qui vient se poser là, un peu comme une espèce de diva géniale, très théâtralisée. Mais c'est quand même un disque de chansons très pensées, composées pour accompagner la forme qu'elles prennent dans un discours sur la réalité et la représentation de soi-même. _C'est un disque de chanteuse et Rosin Murphy est une très grande chanteuse_. Olivier Laam

Dans ce disque, Róisín Murphy cherche à confondre sa vie ou sa trajectoire avec l'histoire de la musique, l'histoire de la disco. Même si je le trouve trop plein, trop long, et que par moments ça n’est pas ma came, cet album m’a ému . (…)
La première référence qui m'est venue à l'esprit c'est ce que « Moroder » faisait avec Donna Summer, pas simplement les très longs morceaux, mais les albums « Love Trilogie », « Once Upon A Time », des albums concept. L'un s'appelait « I Remember  Yesterday » et, pour moi, c'est son « I Remember Yesterday », mais en beaucoup plus réussi. Philippe Azoury

Le ♥ coup de coeur ♥ d'Olivier Lamm...

... pour la réédition en édition super deluxe de l'album Sign O' the Times de Prince (1987) (Estate / Warner, disponible sous plusieurs formats, coffrets ou CD) 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C’est un album absolument majeur de l'époque majeure de Prince. (…) C'est ahurissant de voir à quel point cet artiste qu’on comparait à Michael Jackson était en vérité le Stockhausen de son époque. C'est un disque indispensable. Olivier Laam

Ecoutez la première partie de La Critique du 20 octobre 2020 :

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......