LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"First Cow" de Kelly REichardt et "Serre moi fort" de Mathieu Amalric

Cinéma : « Serre moi fort » de Mathieu Amalric et « First Cow » de Kelly Reichardt

27 min
À retrouver dans l'émission

Nos critiques ont choisi deux films parmi les sorties de la semaine. Décrouvrez leurs avis...

"First Cow" de Kelly REichardt et "Serre moi fort" de Mathieu Amalric
"First Cow" de Kelly REichardt et "Serre moi fort" de Mathieu Amalric Crédits : Allyson Riggs - A24 // Charles Paulicevich

La Grande Table Critique : chaque vendredi, une poignée de critiques passionnés échangent et se disputent autour de films, de livres, d’expositions, de disques, de bande-dessinées, etc... On y parle de l’actualité culturelle avec enthousiasme et contradiction.

Au sommaire de cette émission : « Serre moi fort » de Mathieu Amalric et First Cow de Kelly Reichardt.

Pour en parler, aux côtés de Lucile Commeaux :  Thierry Chèze, rédacteur en chef du magazine Première et critique cinéma pour Ouest France, et Philippe Azoury, rédacteur en chef culture de Vanity Fair 

🎥  -  « First Cow » de Kelly Reichardt 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le film :

Dans l’Oregon à l’époque des pionniers, Cookie glane cuisine pour un groupe de trappeurs, lorsqu’il rencontre King Lu, un aventurier Chinois en quête de bonne fortune. Ils s’installent tous les deux dans une cabane en bois, et décident de profiter illégalement de la première vache importée dans la région, propriété du Facteur en chef, pour lancer une petite affaire de pâtisserie. Petite affaire qui s’avère très vite extrêmement lucrative et attire les regards et les jalousies.
Kelly Reichardt, réalisatrice américaine avait déjà abordé le genre du western dans La Dernière piste il y a quelques années, ça se passait aussi dans l’Oregon, mais un Oregon chaud et désertique. First Cow est un film d’automne, un film de forêt, filmé en quatre tiers, soit un format carré, l’inverse du format scope des grands westerns épiques. 

L’avis des critiques :

► ► ► J’ai trouvé ce film absolument sublime. Les cadres et la lumières sont incroyables. C’est presque du Renoir. C’est très intriguant de voir comment on rejoint l’imaginaire américain en passant par la peinture impressionniste. Quasiment toute la transversalité des déplacements de l’histoire de l’Amérique se joue dans ce film. Raconter l'amitié, articulée autour de cette vache, c'est vraiment reprendre ce qui a été le plus balisé par l'histoire du cinéma américain, et le faire sous la forme d'une série d'énigmes, des visages jusqu'à la façon de raconter, jusqu'au sujet, jusqu'à la vache c'est sans doute la très grande réussite du film. Philippe Azoury

► ► ► A travers ce film, Kelly Reichard revisite les codes du western, de la masculinité. Il y est question de la conquête de l'Ouest et du fondement de l'économie libérale américaine en quelque sorte, et tout ça donne l’impression d’être pris par un petit bout de la lorgnette espiègle et malicieux. Je n'ai aucune idée de la durée du film, mais j'étais prêt à passer du temps avec ces deux personnages extrêmement attachants et cette vache. Thierry Chèze

  • Plus d’informations : « First Cow » de Kelly Reichardt – Avec John Magaro, Orion Lee, Toby Jones… (En salles le 20 octobre et disponible sur Mubi )

🎥  -  « Serre moi fort » de Mathieu Amalric 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le film :

Ce nouveau film est l’adaptation d’une pièce de la dramaturge Claudine Galéa, qui parle de la séparation d’une famille. 

Pas simple de résumer ce film dont la temporalité et les espaces restent longtemps complexes et étranges: en tous cas sont séparés une mère d’une part, interprétée par Vicky Krieps, et d’autre part son compagnon et ses deux enfants: ils vivent dans la même maison au pied des Pyrénées, ils parlent les uns des autres, les uns aux autres, mais ne se rencontrent pas, le drame affleure mais ne se révèle pas vraiment, on écoute la bande annonce 

L’avis des critiques :

► ► ► Vicky Krieps est bouleversante dans ce film. Il n’y a pas une seconde où on n'a pas envie de la serrer fort, de la sauver, et en même temps, elle est admirable de ténacité, de fierté, de dureté, d'élégance, de classe, d'intelligence à tous les endroits, y compris dans sa propre folie, y compris dans l'autodestruction. C'est absolument sidérant. J’ai rarement vu cela en termes de jeu. La façon dont Mathieu Amalric réussit à faire advenir l’émotion dans ce chaos moderne ou post moderne est vraiment très impressionnante. C’est très fort. Philippe Azoury

► ► ►J’ai vraiment été emballé par ce film. J’aime beaucoup les films de Mathieu Amalric, mais celui-là atteint la perfection sur bien des points. Il arrive à nous toucher sans faire le petit malin. Vicky Krieps est l'interprète idéale puisque son visage peut à la fois tout représenter sans jamais donner l'impression de jouer. Un visage aussi magnifiquement filmé, une histoire racontée aussi puissamment, j’en ai encore des larmes aux yeux. Thierry Chèze

  • Plus d’informations : « Serre moi fort » de Mathieu Amalric – Avec  vicky Krieps, Arieh Worthalter, Anne-Sophie Bowen-Chatel… (en salles le 8 sept)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......