LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le drapeau soviétique sur le Reichstag, Berlin, 1945
Épisode 3 :

Le drapeau soviétique sur le Reichstag d’Evgueni Khaldeï : la photo comme arme politique

1h01
À retrouver dans l'émission

Formidable outil d’information, la photographie se révèle un outil de propagande puissant, et pas seulement pour les régimes totalitaires. Des débuts de la photo de propagande à l'image contrôlée de la communication politique aujourd'hui, retour sur les relations complexes entre photo et pouvoir.

Le drapeau soviétique sur le Reichstag, Berlin, 1945
Le drapeau soviétique sur le Reichstag, Berlin, 1945 Crédits : © Evgueni Khaldeï / Universal History Archive / Universal Images Group - Getty

2 mai 1945. Le drapeau soviétique flotte sur le Reichstag. L’Allemagne n’a pas encore capitulé, mais l’Armée rouge a envahi la capitale du Reich. Comme suspendu au bord de la corniche, le corps au-dessus du vide, un soldat plante sur le toit le drapeau rouge de la victoire. Un autre lui tient les pieds pour assurer sa prise. L'emblème de Moscou flotte au-dessus de Berlin incendié. 

Evgueni Khaldeï, photographe soviétique envoyé par l’agence Tass, tient son cliché. Exactement ce qu’il cherchait : répliquer l’image du photographe Joe Rosenthal dans le Pacifique sur laquelle on voit des soldats américains planter leur drapeau sur un îlot japonais, Iwo Jima.  

La photo d'Evgueni Khaldeï fera le tour du monde et deviendra l’un des clichés les plus célèbres du XXe siècle. Une parfaite mise en scène cependant, la scène n’a pas vraiment été saisie, elle a été créée. 

Comme toutes les photographies de propagande, il faut une image qui soit lisible immédiatement et compréhensible par n'importe qui. On voit qu'on est en train d'ériger un drapeau. Comme l'image est forcément publiée en noir et blanc, on voit la faucille et le marteau blancs qui se détachent très bien sur le fond sombre du drapeau. Derrière, on voit des soldats accrochés aux ruines et la ville de Berlin, un tramway à moitié calciné et des immeubles dont il ne reste plus que les façades. Alain Sayag

Trente-six pauses et une photographie envoyée à Moscou. La photo plaît au rédacteur en chef. Mais le soldat qui tient les pieds de l’autre a une montre à chaque poignet. C’est impubliable comme ça, un soldat soviétique ne s’adonne pas au détroussement des morts. C’est après la chute de l’Union soviétique qu'Evgueni Khaldeï racontera comment il a délicatement gratté un contre-type du négatif pour faire disparaître la montre du poignet droit. Il en profitera aussi pour renforcer l’aspect dramatique en accentuant les nuages de fumée sur Berlin. 

Plus tard, Evgueni Khaldeï sera victime des purges staliniennes, puis réhabilité après la mort de Staline

La légende dit que chacun des 500 000 soldats soviétiques en poste en Allemagne de l’Est jusqu’en 1994 avait sur lui, dans son portefeuille, une reproduction de cette photo. 

Les débuts de la photo de propagande 

Le grand maître en la matière, celui qui a compris très tôt la force considérable de la photographie — et l’importance de contrôler son image — c’est Adolf Hitler. Entre 1924 et 1927, juste avant d’arriver au pouvoir, le futur dictateur engage tout un travail avec son photographe Heinrich Hoffmann

Commissaire de l'exposition Un dictateur en images au Pavillon Populaire de Montpellier en 2018, Alain Sayag a regardé au plus près la production du photographe de celui qui deviendra Führer : « Hoffmann ne va présenter qu'un nombre très réduit de scènes qui se répètent toujours et dans lesquelles l'image du personnage est en quelque sorte figée ». 

Alain Sayag souligne la simplicité et la lisibilité de ses clichés : « Il n'y a plus qu'un certain nombre de postures qui sont photographiées, qui sont ressassées constamment et qui imposent l'image d'un réel totalement fictif et inventé ». Une maîtrise totale de l'outil photographique.

Hitler était extrêmement myope et portait des lunettes très puissantes quand il avait à lire un texte. À tel point que les discours étaient tapés sur des machines à écrire fabriquées uniquement pour lire des caractères énormes. Il portait donc très souvent des lunettes. J'ai regardé un peu plus de 12 000 portraits d’Hitler réalisés par Heinrich Hoffmann. Je crois que j'en ai vu deux où on voit Hitler portant des lunettes. Hoffmann avait intégré ce code. Il n'était pas question de représenter le chef affublé de lunettes. Alain Sayag 

En Russie, l'image du dictateur passe à travers la peinture beaucoup plus que la photographie. Quand on regarde les journaux soviétiques, la photographie de propagande est encore déterminée par des photographes d'avant-garde, comme Rodtchenko. Ils utilisent tous les tics de la modernité, la contreplongée, les cadrages... Tout ce répertoire va marquer la photographie, mais ne la rend pas toujours lisible. Alain Sayag

Il y a deux angles dans la propagande. Tout d'abord, se montrer tel qu'on veut être présenté, en chef d'État, vainqueur, aimé des enfants. Mais la propagande s'applique aussi à faire disparaître de l'histoire tout ce qui pourrait gêner et assombrir son récit, comme Staline a effacé Trostki.

Politique et communication-marketing

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, des personnalités apparemment très ouvertes adoptent une politique de contrôle de l'image très serrée. Barack Obama, avant son élection déjà, peaufine son image grâce aux photos de Callie Shell. On peut voir le futur président des Etats-Unis les pieds sur la table, un trou dans la semelle, signe d’une campagne éreintante.  

Une fois à la Maison Blanche, Barack Obama ne laisse d’espace qu’au seul photographe officiel, Pete Souza, dont les photos très léchées feront office d’information-communication. Les autres photographes accrédités n’ont quasiment plus d’ouvertures. 

Reporter-photographe pendant quinze ans pour le journal Libération, Sébastien Calvet a couvert trois campagnes présidentielles en 2002, 2007 et 2012. Être photographe politique implique d'échapper au cadre fixé par les communicants.

Toute photographie, notamment politique, est une mise en scène. Le travail du photographe aujourd'hui est d'essayer de décrypter la mise en scène qu'on veut lui imposer et de savoir s'il accepte de jouer le jeu, ou alors s'il décide de s'en détourner. Sébastien Calvet

Un photographe a une grammaire visuelle avec laquelle il va raconter les choses. (...) Quand vous mettez Donald Trump avec sa mèche blonde en contre-jour ou sa cravate rouge qui se balade, ces éléments font partie de la grammaire visuelle pour raconter une histoire. Sébastien Calvet

Pour aller plus loin

Archives et références musicales

  • Kukushka par Kino
  • Archive d'Evgueni Khaldei dans Photographes de guerre : L'aventure photographique, Productions Ina
  • Extrait du film L’Exercice de l’Etat de Pierre Schoeller
  • Archive de Barack Obama dans l'émissions Boomerang sur France Inter le 8 février 2021
  • Archive d'Eric Baradat, rédacteur en chef photo pour l'Amérique du Nord de l’A France-Presse dans le podcast Twenty Twenty, une folle année américaine, épisode du 21 décembre 2018 : "Fragments d'Amérique -L'AFP photo dans l'intimité des présidents américains"
  • Seven Nation Army par the White Stripes 
  • Extrait d'un reportage de BFM TV diffusé le 1er octobre 2018
  • Macho Man par Village people

Cinq photos révélatrices est une série proposée par Marielle Eudes, directrice de la Photographie de l'Agence France-Presse, ex-directrice de la rédaction, spécialiste de la Russie. En 1995, elle reçoit, avec le bureau de l’AFP-Moscou, le prix Albert Londres pour la couverture de la guerre en Tchétchénie.

Merci Anne Delaveau pour les archives INA, et Karine Huyghes et la documentation d'actualité de Radio France.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......