LE DIRECT
Comment les livres changent le monde
Épisode 12 :

1973 : Alexandre Soljenitsyne, "L'Archipel du Goulag"

1h
À retrouver dans l'émission

Un ouvrage qui fait l'effet d'une bombe, soulevant le sujet de la proximité de l'univers concentrationnaire et du stalinisme.

 Aleksandr Solzhenitsyn
Aleksandr Solzhenitsyn Crédits : Wojtek Laski - Getty

L'Archipel du Goulag d'Alexandre Soljenitsyne est une somme de mémoires collectives, dont le premier tome paraît en 1973, puis en 1974 en français, quelques mois après que l'auteur a été expulsé de son pays. Au cœur de ce livre, une question écrasante : l'univers concentrationnaire peut-il être séparé du socialisme ? 

Cette fresque participe à l'écroulement du mur de Berlin et met à mal la légende du stalinisme, dans la lignée de Victor Serge par exemple. L'écrivain se demande si le Goulag est la vérité de la révolution soviétique, une manière de couper dans le vif du système socialiste par la lame de la perspective critique, informée par un regard historique. 

L'auteur russe a toujours refusé d'être un homme politique et se positionne comme écrivain. Prix Nobel de littérature en 1970, certains le placent dans la lignée de grands écrivains russes comme Fiodor Dostoïevski

Alors qu'il est sorti du Goulag en 1958, Alexandre Soljenitsyne recherche des témoignages, c'est ce qui fait la différence de ce livre, qui est complètement polyphonique, il donne voix à des gens qui sont réels. À partir de là, il écrit en se cachant, sur des petites feuilles, puisqu'il est poursuivi par le KGB. Jean-François Colosimo

L'enjeu de diffusion par la publication, notamment en France, de l'édition et de la traduction du livre est alors central ; c'est une manière de mettre en lumière la part d'ombre d'un régime. 

Il y a une histoire très française de la parution de ce livre. Alban Cerisier

Alexandre Soljenitsyne pense qu'il a fallu plusieurs décennies pour que cette voix soit entendue en Occident, il "donne la parole à tous ceux dont la vie a manqué pour raconter", d'après ses propres mots. On passe de l'idée selon laquelle la Révolution serait sortie de ses rails à une vision où celle-ci serait elle-même porteuse du Goulag... 

La polyphonie de témoignages est aussi le berceau de la restauration de la langue russe, abîmée par le communisme. L'écriture est entrelacée d'une enquête sur l'Union soviétique, puisqu'elle relate aussi tous les textes officiels qui mènent à la mort, manière pour l'écrivain de peindre ce qu'il appelle "la nation des bagnards". Mais la description de l'auteur mène aussi à poser un regard sur les démocraties d'aujourd'hui : 

Je crois que l'idée d'un changement radical est importante, elle est au cœur du projet socialiste et se frotte au problème du socialisme libéral. Slavoj Žižek

Il est le prophète de l'auto-limitation par rapport au radical, une question qui est en résonance avec l'actualité. Il fonde la démocratie sur l'idée que c'est l'histoire d'un peuple qui détermine la manière dont on peut éviter le pire. Jean-François Colosimo

Pour Régis Debray, le capitalisme a en partie été détruit par Alexandre Soljenitsyne, ouvrant de cette manière une très vaste question, non pas celle du totalitarisme, mais plutôt de ce qu'il se passe après. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......