LE DIRECT
Scène du "Malade imaginaire" (1673), dernière pièce de Molière, né Jean-Baptiste Poquelin.

La dictée de Rachid Santaki : extrait du "Malade imaginaire" de Molière

30 min
À retrouver dans l'émission

Parviendrez-vous à réaliser un sans faute ? Tout le monde est invité à prendre son stylo, devant son écran ou à l’écoute de la radio pour participer à cette expérience collective. Aujourd'hui, avec David Lescot, auteur, metteur en scène de théâtre et musicien.

Scène du "Malade imaginaire" (1673), dernière pièce de Molière, né Jean-Baptiste Poquelin.
Scène du "Malade imaginaire" (1673), dernière pièce de Molière, né Jean-Baptiste Poquelin. Crédits : © Culture Club / Coll. Hulton Archive - Getty

Ah ! la dictée, c'est un défi qu'on se lance à soi-même et une expérience collective mêlant compétition, plaisir de la langue française et souvenirs d'enfance. Cette semaine, la dictée est un extrait du Malade imaginaire de Molière, et c'est David Lescot, auteur, metteur en scène de théâtre et musicien qui se prête à l'exercice.

Page wikipédia de David Lescot

Lien vers la page de la Cie du Kaïros / David Lescot

Le clin d'œil de la semaine

Sketch d'Anne Roumanoff "Les devoirs, quelle corvée !", extrait du spectacle « Tout va bien ! » (Olympia, avril 2019).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Cette dictée a déjà été diffusée le 21 novembre 2020.

Le texte de la dictée

Je suis médecin passager, qui vais de ville en ville, de province en province, de royaume en royaume, pour chercher d’illustres matières à ma capacité, pour trouver des malades dignes de m’occuper, capables d’exercer les grands et beaux secrets que j’ai trouvés dans la médecine. (fin pour les écoliers) Je dédaigne de m’amuser à ce menu fatras de maladies ordinaires, à ces bagatelles de rhumatisme et de fluxions, à ces fiévrottes, à ces vapeurs et à ces migraines. Je veux des maladies d’importance, de bonnes fièvres continues avec des transports au cerveau, de bonnes fièvres pourprées, de bonnes pestes, de bonnes hydropisies formées, de bonnes pleurésies avec des inflammations de poitrine : c’est là que je me plais, c’est là que je triomphe.

Explications des principales difficultés

- chercher, trouver, occuper, exercer : pour savoir si l'on écrit "er" à la fin d'un verbe, on remplace par un verbe du 3e groupe, comme VENDRE. Si on peut remplacer par VENDU, vous serez devant un participe passé en -É (à accorder ensuite selon la règle des participes). Si on peut remplacer par VENDRE, vous serez devant un infinitif en -ER.

- que j’ai trouvés : avec l'auxiliaire 'avoir', le participe passé s'accorde normalement avec le complément d'objet direct seulement si celui-ci est placé devant le verbe. Pour retrouver le complément d'objet direct (brièvement appelé COD), il suffit de se poser la question 'qui' ou 'quoi' après l'action. Ici, il s’agit de grands et beaux secrets.

- dédaigne : refuser quelque chose avec mépris, le rejeter comme indigne de soi. Conjugaison du verbe dédaigner à la première personne du singulier au présent de l’indicatif.

- fatras : amas confus, hétéroclite de choses sans valeur.

- maladies ordinaires : on accorde au pluriel.

- rhumatisme : nom générique d'affections très diverses touchant les os et les articulations, les muscles et leurs tendons, ainsi que les nerfs sensitifs ou moteurs, et caractérisées par la douleur et la gêne fonctionnelle.

- fluxions (au pluriel) : congestion dans une partie du corps avec gonflement extérieur. 

- fiévrottes (au pluriel) : petite fièvre. 

- hydropisies (au pluriel) : Étymologie. Du latin hydropisis ou hydropicia (« hydropisie »). Le terme d'hydropisie était anciennement employé pour désigner tout épanchement de sérosité dans une cavité naturelle du corps ou entre les éléments du tissu conjonctif. Il pouvait donc être synonyme d'« œdème ».

- pleurésies (au pluriel) : Étymologie. Du latin pleurisis. Voir pleure, graphie ancienne de plèvre. La pleurésie est une inflammation de la plèvre, la membrane recouvrant les poumons. Cette inflammation de la plèvre se traduit par des douleurs aiguës et intenses au niveau du thorax et de la poitrine lors d'une respiration profonde. La douleur peut également être localisée au niveau des épaules.

La dictée de l'invité

David Lescot, auteur, metteur en scène de théâtre et musicien.

.
. Crédits : © David Lescot

Bibliographie

.

J'ai trop peurDavid LescotActes Sud (nouvelle édition), 2020

Intervenants
  • Auteur, metteur en scène de théâtre et musicien
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......