LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un entraîneur de football exhorte son équipe à jouer juste

Un extrait de "Jouer juste" de François Bégaudeau

29 min
À retrouver dans l'émission

Parviendrez-vous à réaliser un sans faute ? Tout le monde est invité à prendre son stylo pour participer à cette expérience collective. Aujourd'hui, c'est Timothée Adolphe, athlète paralympique, qui se prête à l'exercice

Un entraîneur de football exhorte son équipe à jouer juste
Un entraîneur de football exhorte son équipe à jouer juste Crédits : John Giustina - Getty

Ah ! La dictée, c'est un défi qu'on se lance à soi-même et une expérience collective mêlant compétition, plaisir de la langue française et souvenirs d'enfance. Une dictée à deux niveaux, pour les écoliers et les plus confirmés, comme les deux étages d'une fusée. Une dictée à faire seul ou en famille, muni d'une feuille et d'un crayon. 

Cette semaine, la dictée est un extrait du premier roman de François Bégaudeau, Jouer juste (fiction sportive), et c'est Timothée Adolphe, athlète paralympique, vice champion paralympique du 100 mètres, médaille d'argent aux Jeux paralympiques de Tokyo, champion du monde du 400 mètres, qui se prête au jeu.

Texte de la dictée 

Nous serons champions d’Europe dans dix-neuf minutes et ce sera mérité, dix-neuf minutes c’est-à-dire trois œufs à la coque et demi, trois poussières et demie avant le sacre, parasites tout cela je vous le dis, parasites en vos crânes [fin de de la dictée pour les écoliers], brouillage des justes ondes, estompage des lignes, dilution du jeu, oubli de l’herbe, tête en l’air, ne regarde pas où met les pieds, tombe dans le puits, non qu’il faille s’interdire de penser, mon dieu non, c’est par défaut de réflexion au contraire qu’ont péché vos pieds, chevilles aphasiques, orteils séparatistes, hémiplégie des jambes, passes dans le vide, appels de balle en caoutchouc, chacun des onze en autarcie sur sa chaîne de radio intérieure, la vérité est que vous avez cessé de jouer juste. Editions Gallimard 2005, Folio, p10.

Explications des principales difficultés 

- dix-neuf : selon le Robert : le trait d'union n'est utilisé qu'entre les nombres qui sont inférieurs à cent, quand ils ne sont pas déjà liés par la conjonction « et ».

- ce : si le mot est devant un verbe, changez-le par cela. Si cela est possible, vous écrivez ce. Sinon, c'est se que vous devez utiliser. Si le mot n'est pas devant un verbe, vous devez écrire ce.

- c’est-à-dire : avec des traits d'union. Ne pas écrire : ["c'est à dire"] sauf si vous désirez signifier "ce n'est pas à cacher".

- demi : placé après le mot auquel il se rapporte, « demi » prend la marque du féminin mais jamais celle du pluriel.

- : on écrit "où" avec un accent pour parler d'un lieu ou une situation géographique et Ou" s’écrit quand on exprime une alternative.

- puits : nom masculin. Excavation pratiquée dans le sol ou le sous-sol pour l'exploitation d'un gisement. Puits s’écrit toujours avec un s. L'explication de l'orthographe de « puits » serait à chercher dans ses évolutions orthographiques successives. « puits » s'écrit d'abord puz ou puiz

(XIIe siècle), et on trouve la forme puis du XIe au XVIIe siècle. À cette époque, on prononçait à l'oral le -s final et cette prononciation aurait mené à garder le -s à l'écrit, avant qu'on n'arrête de le prononcer.

- penser : pour savoir si l'on écrit "er" à la fin d'un verbe, on remplace par un verbe du 3e groupe, comme VENDRE. Si on peut remplacer par VENDU, vous serez devant un participe passé en -É (à accorder ensuite selon la règle des participes). Si on peut remplacer par VENDRE, vous serez devant un infinitif en -ER.

- péché : il s’agit du verbe pécher (commettre le péché).

- aphasiques : L'aphasie est un trouble du langage dont l'origine est une pathologie du système nerveux central. Le mot « aphasie » vient du grec a- (préfixe privatif) « phasis » (parole) et signifie « sans parole ». Ce terme a été créé en 1864 par Armand Trousseau et était utilisé pour décrire une aphasie spécifique.

- hémiplégie : nom féminin. Paralysie frappant une moitié du corps. ÉTYMOLOGIE 1573; du grec ancien hemiplêgês « à moitié frappé ».

- caoutchouc : nom masculin. Substance élastique, imperméable, provenant du latex de certaines plantes ou fabriquée artificiellement. Étymologie de « caoutchouc ». (1736) De l'espagnol caucho ; première attestation sous la plume de Charles Marie de La Condamine (Lettre à l'Académie des Sciences). Cahuchu, nom indien de cette substance.

- autarcie : nom féminin. Situation d'un pays qui tend volontairement à se suffire à lui-même sur le plan économique. (Elle peut résulter de la volonté d'un État de modifier la structure sociale et économique à l'abri des influences étrangères ou, en vue de la préparation à la guerre, du refus de toute dépendance économique à l'égard de l'étranger.) Étymologie de « autarcie ». Du grec ancien αυτάρκεια, autarkeia (« qui se gouverne soi-même »), formé de deux mots, autos qui signifie « soi-même » et du grec ancien αρκειν, arkein (« suffire »).

- chaîne : nom féminin. Objet (concret ou abstrait) composé d'éléments successifs solidement liés. D'un point de vue étymologique, chaîne est à rapprocher de cadenas dans lequel on retrouve le a. Les Rectifications de l'orthographe de 1990 admettent la suppression de l'accent circonflexe quand il porte sur un i ; on acceptera donc la graphie : chaine.

Musique

Dans ce second volet d'Olympe, le vice-champion paralympiques du 100m, Timothée Adolphe nous raconte en chanson son aventure pleine de rebondissements lors des Jeux Paralympiques de Tokyo 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

*Vous pouvez suivre Timothée Adolphe sur ses réseaux sociaux, Instagram Facebook 

Et écouter l'intégralité de l'émission en cliquant ICI dès samedi à 17:00, et sur l'antenne de France-Culture ou sur l'application Radio-France

Timothée Adolphe, Rachid Santaki, Olivia Gesbert, le chien Japlou (La Dictée Géante, France-Culture, 30 sept. 2021)
Timothée Adolphe, Rachid Santaki, Olivia Gesbert, le chien Japlou (La Dictée Géante, France-Culture, 30 sept. 2021) Crédits : Corinne Amar
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......