LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Biennale de Lyon "Là ou les eaux se mêlent"

Arts Plastiques : Spéciale Biennale de Lyon "Là ou les eaux se mêlent"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute, un évènement : Biennale de Lyon dont le sous titre cette années est "Là ou les eaux se mêlent" et trois lieux : L'Usine Fagor, L'IAC de Villeurbanne et le Mac Lyon. Sans oublier les coups de coeur de nos trois critiques.

Biennale de Lyon "Là ou les eaux se mêlent"
Biennale de Lyon "Là ou les eaux se mêlent"

15e Biennale d’art contemporain de Lyon "Là où les eaux se mêlent" 

Nina Chanel Hobson, Pamela Rosenkranz, Yona Lee, Sam Keogh
Nina Chanel Hobson, Pamela Rosenkranz, Yona Lee, Sam Keogh

Présentation : La 15e Biennale d'art contemporain de Lyon avec 55 artistes sélectionnés par l'équipe curatoriale du Palais de Tokyo. Cette Biennale est conçue comme un écosystème, à la jonction de paysages biologiques, économiques et cosmogoniques. Elle se fait ainsi le témoin des relations mouvantes entre les êtres humains, les autres espèces du vivant, le règne minéral, les artefacts technologiques et des histoires qui les unissent. En écho à la géographie même de Lyon, Là où les eaux se mêlent est le titre, emprunté à un poème de Raymond Carver, de la 15e Biennale d’art contemporain. Elle investit pour la première fois, outre le MacLyon et de nombreux

L'usine Fagor : "L'exposition internationale"

Pannaphan-Yodmanee-singapore-biennale-2016-BD
Pannaphan-Yodmanee-singapore-biennale-2016-BD Crédits : Pannaphan-Yodmanee-singapore-biennale-2016-BD

L'avis des critiques : 

Une biennale qui ne tient pas ses promesses mais qui présente tout de même quelques belles pièces et de belles découvertes. Sarah Ilher Meyer

La difficulté de cette biennale réside dans l’énoncé car la notion de paysage ne fonctionne pas. La première halle est très difficile au niveau du dialogue entre les œuvres et les installations, en revanche les 2ème et 3ème halles présentent quelques surprises vraiment intéressantes. Christophe Rioux

Le visiteur va être totalement perdu dans les 29 000 m2 de l’usine. Les cartels sont mal disposés, il y a un manque de travail total sur la pédagogie et la signalétique, on se perd dans un foisonnement. Les sept curateurs sont très compétents individuellement, mais il manque un décideur qui affirmerait une esthétique, il n’y a personne qui pense, qui réfléchit, qui choisit. Parfois le chaos peut entraîner des choses exceptionnelles, parfois pas. Fabrice Bousteau

Le coup de coeur ♥ : 

L’installation de la thaïlandaise Pannaphan Yodmanee est d'une très grande beauté. On y découvre des peintures, qui reprennent les thèmes bouddhiques, peintes à la feuille d’or, absolument merveilleuses. La relation entre la nature, la spiritualité et la destruction est très fine.  On est face à une très grande artiste. En tant que commissaire d’exposition, j’aurais tout de suite envie de faire appel à elle. Fabrice Bousteau

L'Institut d'Art Contemporain de Villeurbane (IAC) : "Jeune création internationale"

Randolpho Lamonier, Uma promessa [A promise], 2018 Vue de l'exposition Mitomotim, à la Galerie Galpão VB
Randolpho Lamonier, Uma promessa [A promise], 2018 Vue de l'exposition Mitomotim, à la Galerie Galpão VB Crédits : Associação Cultural Videobrasil Photo : Pedro Napolitano Prata

Pour cette édition, les commissaires de la 15e Biennale d’art contemporain de Lyon sont invités à proposer cinq jeunes artistes internationaux en complément des cinq artistes résidant en Région Auvergne-Rhône-Alpes choisis par les institutions co-organisatrices : la Biennale de Lyon, l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes et le macLYON. Croisements de territoires, mise en commun de réseaux, ouverture aux différents publics, cette complémentarité institutionnelle est exceptionnelle en France et à l’international et donne aux jeunes artistes, dont l’œuvre est encore peu connue, une visibilité accrue.

L'avis des critiques : 

L’exposition propose un vrai parcours avec des œuvres parlantes. Le point de départ de l’exposition est l’anthropocène, ce fil est suivi tout au long du parcours.

"La grande variété des médiums utilisés est intéressante." Christophe Rioux 

Les cartels sont tenus, la lumière est travaillée. On y voit dix individualités avec de bons et de moins bons artistes. Fabrice Bousteau

♥ Les coups de cœur ♥ : l’œuvre de Zzofia Keresztes, le film d’animation de Zhan Zhang Xu et l’installation très surprenante de Randolpho Lamonier.

Le Mac Lyon : "Exposition internationale"

Les artistes : Nina Chanel Abney, Gaëlle Choisne, Daniel Dewar & Grégory Gicquel, Jenny Feal, Karim Kal, Renée Levi, Josèfa Ntjam et Aguirre Schwarz.

♥ Les coups de coeur ♥ : le street artiste Aguirre Schwarz. Au 1er niveau on peut découvrir le travail d’une artiste fabuleuse, Renée Levi, l'une des meilleure proposition de la biennale. On peut apercevoir quelques belles oeuvres de Daniel Dewar & Grégory Gicquel, un peu noyées dans la masse. A voir également, les oeuvres de  Gaëlle Choisne et de Jenny Feal.

Les autres ♥ coups de coeur ♥ des critiques : 

- Antoine Orphée au musée des Beaux arts de Lyon

- Morgan courtois (Usine Fagor)

- Marie Reinert, "qui présente la pièce la plus immatérielle mais aussi probablement la plus subtile, une sorte de polyphonie harmonieuse".

- Mark Geffriaud (Urdla Villeurbanne)

Intervenants
  • Auteur, universitaire, journaliste culturel (Le Quotidien de l'Art/Groupe Beaux Arts, Magazine LIRE), critique d'art (Revue Études) et chroniqueur pour La Dispute sur France Culture
  • Critique d'art et commissaire d'exposition indépendante
  • Directeur de Beaux-Arts magazine
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......