LE DIRECT

Arts-plastiques: Boran Saracevic et Fabrice Hyber

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, la Dispute portera sur l'actualité des arts-plastiques en compagnie des critiques suivants:

  • Corinne Rondeau (France Culture)- Eric Loret (Libération)- Jean-Max Colard (Les Inrockuptibles)

sur les expositions suivantes:

Corinne Rondeau:

On est entre la géométrie et l’informel dès le début de la visite. Cet artiste a une grande honnêteté. Il tourne autour des choses. Il nous propose un art constructiviste avec une grande dimension mélancolique.

La question, c’est : comment on regard un coin du temps quand l’héritage artistique pèse sur un jeune artiste.

Jean-Max Colard: C’est une grande exposition assez remarquable qui présente beaucoup de travaux de Saracevic avec de nombreuses pièces différentes. On est au bord de la rétrospective mais elliptique. Je trouve très beau la simplicité et l’élégance formelle. C’est un jeu de sculpture proche de la poésie.

- Matières premières, Fabrice Hyber, au Palais de Tokyo du 28 septembre au 7 janvier 2013.

Vue de l'exposition monographique de Fabrice Hyber dans le cadre de la saison Imaginez l'imaginaire/ trans parent, 2012
Vue de l'exposition monographique de Fabrice Hyber dans le cadre de la saison Imaginez l'imaginaire/ trans parent, 2012

Corinne Rondeau:

Fabrice Hyber est à contre-courant de toutes les formes de discours hermétiques de l’art contemporain actuel. J’ai aimé la vitalité et l’urgence qui se dégage de ses œuvres.

L’idée de l’exposition, c’est comment on fait circuler les choses.

Jean-Max Colard:

Fabrice Hyber organise très bien son espace ainsi que son parcours. C’est clair et léger. On retrouve agréablement cet artiste.

J’ai été sensible aux paysages « pas finis ». J’ai été frappé par la pertinence d’ensemble de son travail malgré la faiblesse de quelques pièces.

** - Prototypes d'Objet en Fonctionnement , Fabrice Hyber au MAC VAL du 20 octobre au 20 janvier* - [Essentiel (peintures homéopathiques)* , Fondation Maeght](http://www.fondation-maeght.com/index.php/fr/expositions) du 24 octobre au 6 janvier.

Les coups de coeurs:

Jean-Max Colard :

Photo anonyme du XIXe siècle
Photo anonyme du XIXe siècle

C’est un lieu dépaysant. La question de cette exposition, c’est la « mère cachée ». Un roman-exposition est distribuée aux visiteurs. C’est la pièce maîtresse de l’exposition.

Eric Loret:

- Mondes parallèles , Eija Liisa Ahtila, au Carré d'Art de Nîmes, du 12 octobre au 6 janvier 2013.

La Maison, 2002
La Maison, 2002

C’est une artiste qui devient de plus en plus cinéaste. Il y a de la grâce Bressonienne chez Eija Liisa Ahtila.

Bien sûr, la revue de presse culturelle d'Antoine Guillot: l'héritage maudit de Marcel Duchamp

Et le coup de fil de Seham Boutata au Conservateur du Mamac Nice pour l'exposition Klain-Byars-Kapoor du 30 juin au 16 décembre 2012.

Rebecca dite la grande porteuse d'eau
Rebecca dite la grande porteuse d'eau Crédits : Ossip Zadkine

Pastille introductive: Aimé MAEGHT

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......