LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Arts plastiques: Cibles et Albrecht Dürer et son temps

56 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, la Dispute se porte sur l'actualité des arts plastiques avec les critiques suivants:

  • Richard Leydier (ArtPress)- Jean-Max Colard (Les Inrockuptibles)- Éric Loret (Libération)sur les expositions suivantes:

  • Cibles , au Musée de la Chasse et de la Nature jusqu'au 31 mars 2013 (dans le cadre du Festival Croatie La Voici)

Richard Leydier:

Cette exposition se déploie dans une salle et ensuite, les œuvres sont disséminées dans le musée. C’est assez amusant de devoir traquer ces œuvres.

La thématique coquine est drôle et celles sur le regard prédateur et du corps cible sont intéressante.

Les jeux vidéo sont étrangement absents de l’exposition.

Jean-Max Colard:

C’est un moment agréable et une vraie curiosité au sens plein du terme.

Cela nous renvoie à l’idée d’une peinture qui avait un usage, à un autre âge de l’histoire de l’art, un régime différent.

Cependant, la part contemporaine de l’exposition est complètement anecdotique.

Éric Loret:

Ce musée est un cabinet de curiosités, tout comme cette exposition. Ce ne sont pas des chefs-d’œuvre mais de petits dessins avec des « petits trous ». Par delà la thématique de l'appropriation comme destruction, il y a des œuvres drôles ou émouvantes.

(L'exposition sera présentée à Stuttgart et Sacramento)

Les Ivrognes
Les Ivrognes Crédits : Anonyme

Richard Leydier:

Il faut courir à cette exposition. Elle montre que Dürer domine son temps. Il y a de belles découvertes.

Jean-Max Colard:

Il y a une flopée de dessins magnifiques parfaitement conservés. L’exposition est bien agencée et incite un regard rapproché sur les images et sur les cartels qui ne sont pas toujours facile à voir lorsqu’il y a une foule.

L’exposition a un grand intérêt: celui d’être extensible. C’est un ensemble exceptionnel. Dürer est un artiste en circulation, d’images et de voyages et des idées.

Éric Loret:

Très agréable surprise pour une exposition peu médiatisée!

Ce qui est questionnant pour le visiteur moderne, c'est que les cartels nous renvoient à la copie, la source, la variation, alors que nous cherchons l'originalité dans ces dessins.

Les coups de cœurs: Éric Loret: - Bugarach , Huang Yong Ping à la Galerie Kamel Mennour jusqu'au 26 janvier 2013.

Installation: Mixed Medias, 2012
Installation: Mixed Medias, 2012

Du monumental assez kitsch, avec des animaux semi-taxidermisés à tête coupée qui interroge le visiteur, une montagne qui sort du sol de la galerie. On se dit qu'il n'y a de monuments qu'aux mort en voyant cette œuvre.

Richard Leydier: - Ouvrage collectif: Neapolis, A Poetic Look at the World through a Prism of Skateboarding , Editions ILL STUDIO.

Visuel de l'ouvrage
Visuel de l'ouvrage

Ce livre est un regard posé sur la création, vue à travers le prisme du skateboard qu’il s’agisse d’arts plastiques, d’architecture ou de danse.

On trouve des artistes très éloignés de cette culture, mais à travers ce prisme, on regarde les œuvres différemment.

Bien sûr, la revue de presse culturelle d'Antoine Guillot

Et le coup de fil de Seham Boutata passé à Éric de Chassey , Directeur de la Villa Médicis et co-commissaire de l'exposition Soulages XXIème siècle au Musée des Beaux-Arts de Lyon jusqu'au 28 janvier 2013.

( Elle sera transférée à la Villa Médicis à partir du 2 mars jusqu'au 16 juin)

Pastille introductive: Monique FRYDMAN .

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......