LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pierre Soulages devant une de ses toiles au Musée Soulages de Rodez, en 2014

Pierre Soulages : "Celui qui regarde ma peinture est dans ma peinture"

55 min
À retrouver dans l'émission

Pour fêter le 24 décembre le 100ème anniversaire du peintre, le musée du Louvre organise une exposition-hommage. Et Arnaud Laporte est allé interroger l'artiste pour un entretien exceptionnel dans lequel il parle de son travail à l'atelier, ses recherches, et de l'invention de l'outrenoir.

Pierre Soulages devant une de ses toiles au Musée Soulages de Rodez, en 2014
Pierre Soulages devant une de ses toiles au Musée Soulages de Rodez, en 2014 Crédits : PASCAL PAVANI - AFP

Pierre Soulages, "peintre du noir et de la lumière" est une figure majeure de la peinture non figurative, reconnue comme telle depuis ses débuts, au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Pierre Soulages, qui continue de peindre aujourd’hui à un rythme soutenu, fêtera son centième anniversaire en décembre prochain. À cette occasion, le musée du Louvre lui consacre une exposition exceptionnelle dans le prestigieux Salon Carré. Cette exposition - hommage prend le parti de rendre compte du parcours chronologique de l’oeuvre de 1946 à aujourd’hui, en représentant par un choix resserré les huit décennies pendant lesquelles Soulages a développé ses recherches.

C'est pour parler de son travail, de la matière de ses toiles, que le peintre de l’outrenoir nous a reçus cet été dans sa maison, à Sète, en compagnie de son épouse Colette, avec qui il vient de fêter 77 ans de mariage ! Et c’est avec Eric de Chassey, historien de l’art, directeur de l’INHA, l’Institut National d’Histoire de l’Art, que nous l'avons interrogé le peintre.

Ma peinture est riche d'une foule de possibilités, dont une seule apparaît au moment où on la regarde, selon la place où l'on se trouve. Elle est multiple, ce qui est fondamentalement différent de ce que l'on appelle la peinture. Pierre Soulages

Extraits de l'entretien :

Pierre Soulages travaille tous les jours, avec la même curiosité, la même envie.

Ce qui m'intéresse, c'est ce qui se passe entre la surface sur laquelle je peins et les outils avec lesquels je peins, ce qui se passe avec la matière que j’emploie.

Colette et Pierre Soulages
Colette et Pierre Soulages Crédits : Anne Consigny

Et quand on l’interroge sur sa méthode de travail, les mots sont simples, mais le mystère reste entier.

Arriver à l’atelier, et attendre d’oser. Parce que, tout ce que l’on peut faire dans un atelier, c’est là : les surfaces sur lesquelles on peut travailler, les outils que l’on peut avoir. D’ailleurs, quand les outils ne sont pas là dans l’atelier, je les fabrique.

dans l'atelier de Pierre Soulages
dans l'atelier de Pierre Soulages Crédits : Anne Consigny

Sur la notion de plaisir dans son travail, Pierre Soulages répond :

Je ne fonctionne pas comme ça. Surprise, oui. D’ailleurs souvent je m'aperçois que ce que je fais dépasse de beaucoup ce que j'ai voulu faire, et dans le bon sens, dans un sens que je n’aurais peut-être pas imaginé, alors c'est peut-être une satisfaction, oui.

Colette et Pierre Soulages interviewés par Arnaud Laporte
Colette et Pierre Soulages interviewés par Arnaud Laporte Crédits : Anne Consigny

Il revient sur ce fameux jour où il a “découvert” l’outrenoir :

C’était dans les années 70. J’étais en train de peindre. J’avais une toile qui progressivement s'était couverte de noir. Je n’étais pas heureux, parce que ce qui se passait était trop loin de ce que j'espérais. Je suis allé dormir, et après une ou deux heures, je suis allé voir ce que j'avais fait, et j'ai senti, au lieu de me désoler devant ce que j’étais en train de faire, qu’il s’était passé quelque chose. Je me suis aperçu que ce que je faisais, ce n’était pas avec du noir que je le faisais, mais que c’était avec la lumière réfléchie par des états de surface d'une couleur noire. Je me suis donc rendu compte que ma peinture n’était plus comme elle était, sur une surface, ne donnant pas l’idée de la profondeur, mais que ma peinture se passait devant, et que celui qui regarde ma peinture est dans ma peinture.

Références :

  • Exposition "Soulages au Louvre" du 11 décembre au 9 mars // Salon Carré - Musée du Louvre (commissaires de l’exposition : Pierre Encrevé † & Alfred Pacquement)
  • Musée Soulages à Rodez. En 2005, Pierre Soulages et son épouse Colette font don d’une collection exceptionnelle de 250 œuvres et 250 documents à la communauté d’agglomération du Grand Rodez. Cette donation est alors la plus importante octroyée en France par un artiste vivant. Elle sera labellisée "Musée de France" et, afin de l’accueillir, le Grand Rodez engage les démarches nécessaires pour l’édification d’un nouvel équipement culturel sur le site du Foirail. Commence alors la grande aventure duMusée Soulages et de sa création.
  • pierresoulages.com : Site documentaire sur l'œuvre de Pierre Soulages

Cet entretien exceptionnel, diffusé en exclusivité dans "La Dispute" du mercredi 20 novembre à 19h sur France Culture, est à retrouver dans son intégralité sur cette page (et en podcast) et sera publié, en partenariat avec le magazine Vanity Fair, dans son numéro du 21 novembre-

Une "Dispute" sera consacrée à l'exposition, mercredi 1er janvier à 19h sur France Culture

Pierre Soulages_Peinture_222 x 314 cm_24 février 2008_Paris, Pierre Soulages
Pierre Soulages_Peinture_222 x 314 cm_24 février 2008_Paris, Pierre Soulages Crédits : Archives Soulages/ADAGP, Paris 201
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......