LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Wang Wei, "Orange Smoke", 2014 © Wang Wei Wang Wei; Adel Abdessemed, "Exit", 1996-2009 Y ©Adel Abdessemed; Kusama, "Infinity Mirror Room Fireflies on the water" © Yayoi Kusama / Cnap / André Morin

Arts plastiques : La déesse verte, une exposition "rafraîchissante et intelligente" ou "ratée et infantilisante ?"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute arts plastiques : le Festival "Eldorado" abordé à travers plusieurs expositions: "Eldorama" au Tripostal et "La déesse verte" à la gare Saint-Sauveur et les coups de coeur des critiques.

Wang Wei, "Orange Smoke", 2014 © Wang Wei Wang Wei; Adel Abdessemed, "Exit", 1996-2009 Y ©Adel Abdessemed; Kusama, "Infinity Mirror Room Fireflies on the water" © Yayoi Kusama / Cnap / André Morin
Wang Wei, "Orange Smoke", 2014 © Wang Wei Wang Wei; Adel Abdessemed, "Exit", 1996-2009 Y ©Adel Abdessemed; Kusama, "Infinity Mirror Room Fireflies on the water" © Yayoi Kusama / Cnap / André Morin

“Eldorama”, jusqu’au 1er septembre au Tripostal 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Commissariat : Jérôme Sans, Jean-Max Colard, avec la collaboration de Isabelle Bernini

Présentation officielle : Le Tripostal déroule le grand récit de l’Eldorado à travers une myriade d’œuvres d’art contemporain empruntées aux quatre coins du monde. En trois chapitres, correspondant aux trois étages du bâtiment : 1. Les Mondes rêvés, 2. La Ruée, 3. Un eldorado sans fin, l’exposition met en scène l’aventure universelle de tous les eldorados qui font se déplacer et se mouvoir des individus et des peuples.

C’était une exposition assez riche, intéressante dans la variété des formes et des problématiques qu’elle induit. Cette variété n’est pas évidente dans une exposition comme celle-ci à très fort contenu politique, social et sociétal. (…) J’ai trouvé que l’accrochage était assez bien tenu même si l’on s’y perd parfois un petit peu. Mais l’exposition a le mérite de la clarté. Frédéric Bonnet 

C’est une vision assez sombre. Le ton des oeuvres est très sérieux. C’est une exposition qui n’est pas alarmiste ou dramatique, mais qui se veut réaliste. Sandra Adam-Couralet

L’exposition aborde des migrations qui peinent parfois à gagner en mobilité et c’est aussi la question de la globalisation aujourd’hui. Cette impossibilité-là est très bien évoquée. Florian Gaité 

Artistes : Martine Aballéa, Adel Abdessemed, Abdelkader Benchamma, Francis Alÿs, Korakrit Arunanondchai, Babi Badalov, Jules de Balincourt, Gilles Barbier, Romain Bernini, Hicham Berrada, Stefan Brüggemann, ....

“La déesse verte” jusqu’au 3 novembre à la Gare Saint Sauveur

"La déeese verte" © Lille3000
"La déeese verte" © Lille3000

Commissariat : Dorothée Dupuis.

Présentation officielle : Établissant un parallèle entre les formes de l’art et les formes de la nature, l’exposition prendra la forme ludique d’une vaste serre dans laquelle les artistes créeront de nombreux paysages, jardins, représentations mythiques, imaginaires et/ou historiques de la nature, en lien avec l’art, les cosmogonies indigènes, la technologie ou la science-fiction.

C'est une exposition rafraîchissante, colorée, parfois foutraque, et plutôt très intelligente. Sandra Adam-Couralet

C’est une exposition assez confuse, pas inintéressante dans le sujet et dans les artistes. (…) Les oeuvres s’enchaînent de manière naturelle et organique ce qui donne l’impression d’un tout même si les propositions sont très différentes. Frédéric Bonnet 

C’est une exposition ratée et infantilisante. (…) L’exposition prend vraiment ses distances avec la responsabilité écologique que peut avoir aujourd’hui l’art avec un parti pris esthétisant qui affaiblit vraiment considérablement, sur certaines pièces, le contenu discursif. Florian Gaité 

Artistes : Gwladys Alonzo, María José Argenzio, Mariana Castillo-Deball, Carolina Caycedo, Chelsea Culprit, Dewar & Gicquel, Naomi Fisher, Galerie Rezeda, David Gumbs, Cristóbal Gracia, Cynthia Gutiérrez, Renaud Jerez, Lake Verea, Lucile Littot, Engel Leonardo, Caroline Mesquita, Miguel Penha, Calixto Ramírez Correa, Clémence Seilles, María Sosa, Fabiola Torres-Alzaga.

LE COUP DE COEUR DE SANDRA ADAM-COURALET: "Les enfants du Paradis" jusqu'au 26 août au MuBA de Tourcoing 

© Till Gerhard, The Path unfolds, 2017, huile sur toile, © VG Bild-Kunst, Bonn 2019
© Till Gerhard, The Path unfolds, 2017, huile sur toile, © VG Bild-Kunst, Bonn 2019

Ce que j’ai trouvé intéressant dans cette exposition est ce qui ressort de cette pratique de la peinture. On dirait toujours que la réalité lui échappe. (…) Cette peinture serait finalement une tentative d’élaboration d’une nouvelle mythologie du monde contemporain. Sandra Adam-Couralet

LE COUP DE COEUR DE FLORIAN GAITÉ : “Jungle et sentiments" de Julien Salaud jusqu'au 18 août au Colysée

Crédits : Lille3000
Crédits : Lille3000

J’ai compris avec cette exposition beaucoup mieux le travail de Julien Salaud. Le parcours, le parti pris, et quelques pièces m’ont vraiment intéressé (…) Il arrive à raconter des mythes, des contes. Il se met lui-même en scène dans ces histoires-là. Il arrive dépasser l’ornementalisme de surface de son oeuvre pour attiser notre curiosité. Florian Gaité 

LE COUP DE COEUR DE FRÉDÉRIC BONNET: "Le ciel et l’enfer simultanément" de Mircea Cantor et "Estelas" d'Olga de Amaral dans l'exposition "Golden Room" jusqu'au 2 septembre au Palais des Beaux-Arts de Lille 

« Le ciel et l’enfer simultanément », Micea Cantor, 2015 © Courtesy de l’artiste et de la galerie Dvir; « Estelas », Olga de Amaral, 2007-2013, © Diego Amaral / Courtesy Galerie Agnès Monplaisir
« Le ciel et l’enfer simultanément », Micea Cantor, 2015 © Courtesy de l’artiste et de la galerie Dvir; « Estelas », Olga de Amaral, 2007-2013, © Diego Amaral / Courtesy Galerie Agnès Monplaisir

Ce que je retrouve en commun dans les deux oeuvres est un questionnement de la valeur des choses et de la confusion possible que j’ai trouvé assez intéressant. Frédéric Bonnet 

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......