LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Arts plastiques: Les fleurs américaines et Pyramides

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, la Dispute traitera l'actualité des arts plastiques avec les critiques suivants:

  • Éric Loret (Libération)- Léa Bismuth (ArtPress)- Richard Leydier (ArtPress)sur les expositions suivantes:- Les fleurs américaines, au Plateau à Paris du 13 décembre au 17 février 2013.

Commissaires : Elodie Royer et Yoann Gourmel.

Les fleurs américaines
Les fleurs américaines

Léa Bismuth:

C’est exposition propose une pédagogie à l’envers qui nous invite à relativiser l’histoire de l’Art.

Éric Loret:

L'intérêt, c'est que ce n’est pas une exposition d’œuvre mais de commissariat.

Mais ce qui gêne, c’est le geste d’exclusion de la part de ces deux commissaires. C’est pour moi une appréhension extrêmement bourgeoise de l'art.

Richard Leydier:

Les visiteurs ne peuvent pas s’y retrouver. . On n’y comprend rien, on n’y voit rien. L’exposition est diffuse. Qu’est-ce qu’on veut nous raconter ?

Arnaud Laporte: Je ne vois pas à quel degré on doit prendre cette proposition !

  • Pyramides , Sol Lewitt à la Galerie Marian Goodman jusqu'au 19 janvier 2013.
Wall drawing n°443 Assymmetrical Pyramid with color Ink washes superimposed
Wall drawing n°443 Assymmetrical Pyramid with color Ink washes superimposed

Léa Bismuth:

Il y a un modèle musical chez Lewitt. Une beauté utopique nous est présentée. C’est une œuvre de la transmission. Elle est ouverte, musicale avec des infinis variations. C'est une expérience rétinienne pour le spectateur.

Éric Loret:

Ces pyramides, comme toutes les manipulations de Lewitt autour de la forme cube, c'est un esprit aux prises avec soi-même, une automachie qui tente de modéliser toute la peinture du monde. Et ça marche. Grosse claque !

Richard Leydier: C’est très beau et très solennel.

Arnaud Laporte: Joyeux, solaire et solennel !

Les coups de cœurs:Éric Loret: - One on one, au KW Institute for Contemporary Art à Berlin jusqu'au 20 janvier 2013.

One on one
One on one

Par-delà les œuvres présentées, c’est l’idée du parcours qui est intéressante. One on one, ça veut dire qu'il n'y a qu'une personne autorisée par salle. On se retrouve seul et on se demande ce que c'est qu'expérimenter la présence de l'œuvre.

Arnaud Laporte: - Glen Baxter, à la Galerie Martine et Thibault de la Châtre jusqu'au 12 janvier 2013.

Sans titre, 2011
Sans titre, 2011 Crédits : Glen Baxter

Glen Baxter est un prince de l’absurde. Il me réjouit à chaque fois. Cette exposition donne un effet différent de ses livres. C’est une expérience drôle, habile et délicate.

Bien sûr, la revue de presse culturelle d'Antoine Guillot

Et le coup de fil de Seham Boutata à Aude Cordonnier, conservatrice du patrimoine au LAAC (Lieu d'Art et d'Action Contemporaine) à Dunkerque, à l'occasion de l'exposition CoBra, sous le regard d'un passionné jusqu'au 3 mars 2013.

Pastille introductive: Xavier DECTOT (directeur du Louvre-Lens)

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......