LE DIRECT
Expositions : Mobilier d'Architectes, Nous les arbres, Orsay vu par Tracy Emin

Arts plastiques : Hommage à Peter Lindbergh, "Nous les arbres", "Mobilier d'architectes 1960-2020", "La peur d'aimer. Orsay vu par Tracey Emin" et "Etienne au carré"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute arts plastiques, 4 expositions : "Nous les arbres" à la Fondation Cartier, "Mobilier d'architectes 1960-2020" à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine, "La peur d'aimer. Orsay vu par Tracey Emin" et le coup de coeur de Stéphane Corréard pour...

Expositions : Mobilier d'Architectes, Nous les arbres, Orsay vu par Tracy Emin
Expositions : Mobilier d'Architectes, Nous les arbres, Orsay vu par Tracy Emin Crédits : Cité de l'Architecture et du Patrimoine, Fondation Cartier, Musée d'Orsay

Hommage :: "Peter Lindbergh : l’invention des années 90 en images"

Portrait of German Photographer Peter Lindbergh,
Portrait of German Photographer Peter Lindbergh, Crédits : Stefan Rappo (New York, 2016)

Nous ouvrons cette émission avec un hommage que nous voulions consacrer à Peter Lindbergh, dont on a appris aujourd’hui la mort, à l’âge de 74 ans.  Le photographe allemand avait étudié à l’Académie des beaux-arts de Berlin, et avait ensuite été embauché par le magazine Stern, où il pouvait croiser, à cette époque, Helmut Newton ou Guy Bourdin, qui y collaboraient de temps à autre.
Lindbergh s’est installé à Paris à la fin des années 70, soit à l’épicentre du monde de la mode, et c’est dans ce monde qu’il va se démarquer, prenant le temps de construire l’image de la génération dorée des tops-models : Naomi Campbell, Cindy Crawford, Claudia Schiffer ou Kate Moss.

Peter Lindbergh n’était pas un photographe commercial, il passait du temps avec ses modèles. Il photographiait en noir et blanc, sans retouche. Il ne photographiait pas des vêtements mais des femmes libres, il était très proche de l’art contemporain et du cinéma. Stéphane Corréard

"Nous les arbres", une exposition sur la nature sensible des arbres

Nous poursuivons avec l’exposition "Nous les arbres à la Fondation Cartier, ainsi présentée : “Réunissant une communauté d’artistes, de botanistes et de philosophes, la Fondation Cartier pour l’art contemporain se fait l’écho des plus récentes recherches scientifiques qui portent sur les arbres un regard renouvelé”. 

Dessins, peintures, photographies, films et installations d’artistes peuplent le bâtiment du boulevard Raspail.

Parmi les invités de cette exposition, le botaniste et biologiste Francis Hallé, que l’on peut retrouver dans une web-série sur le site internet de la Fondation Cartier." 

L'avis des critiques : 

«J’ai beaucoup aimé cette exposition. C’est une belle promenade, poétique et mélancolique. La relation entre l’homme et le végétal est mise en crise. On saisit parfaitement la nature sensible des arbres. » Stéphane Corréard

« Nous les arbres » est conçue comme un écosystème, de formes et de discours, dans lequel le jugement critique peut peiner à trouver sa place. L’exposition évite cependant un discours écolo-culpabilisateur en renforçant notre lien avec la nature. C’est une promenade dans une forêt immersive qui ne place pas l’arbre en arrière-plan mais qui nous pousse à nous intéresser à cette nature » Florian Gaité

"L'exposition cherche à penser une altérité radicale en prenant le parti des arbres."  Ingrid Luquet Gad

  • Plus d'informations : "Nous les arbres" jusqu'au 10 novembre // Fondation Cartier pour l'art contemporain

Exposition : "Mobilier d'architectes 1960-2020" 

Mobilier d'architecte - Cité de l'Architecture et du patrimoine
Mobilier d'architecte - Cité de l'Architecture et du patrimoine Crédits : Aïssatou N'Doye

Suite de cette Dispute, avec l’exposition “Le Mobilier d'architectes. On sait que nombre de grands architectes ont voulu faire oeuvre totale en signant aussi le mobilier et les luminaires de leurs projets. Si on connaît bien cette dimension créative des artistes de la Sécession Viennoise ou du Bauhaus, la période plus récente a été encore peu étudiée. Cette exposition y remédie, avec près de 300 pièces, de plus de 125 architectes.     

L'avis des critiques : 

« Une belle manière de voir l’ensemble des collections du musée. » Ingrid Luquet Gad

« Une exposition confuse avec une scénographie laborieuse où l’on arrive mal à distinguer les œuvres, qui sont tout de même très belles. » Florian Gaité

« L’exposition passe à côté de son sujet. On peine à trouver la spécificité des architectes par apport aux designers avec une topologie hasardeuse qui classe les créateurs par familles, sous des adjectifs aux arguments un peu courts. Malgré tout, les objets exposés sont de haute qualité. » Stéphane Corréard

Exposition : La peur d'aimer. Orsay vu par Tracy Emin. " Les petites confessions au crayon d’une ado torturée" 

Suffocating - Tracey Amin
Suffocating - Tracey Amin Crédits : ADAGP, paris 19

La dernière exposition à notre sommaire ce soir est d’un genre particulier puisque l’artiste britannique Tracey Emin a été invité par Donation Grau à choisir des dessins dans la collection du Musée d’Orsay pour les mettre en dialogue avec ses propres pièces.
L’ancienne Young British Artist, qui à ses débuts a défrayé la chronique, est en effet depuis 2011 la très respectable titulaire de la chaire de dessin à la Royal Academy of Arts, à Londres, le dessin étant l’un de ses medium de prédilection.
Notons que c’est la première exposition de l’artiste dans une grande exposition française. Il était temps !       

L'avis des critiques :

« Une entrée discrète et biaisée dans le travail de Tracey Emin : on n’y voit les petites confessions au crayon d’une ado torturée. » Florian Gaité

« Le dialogue ne s’enclenche pas entre les œuvres de Tracey Emin et celles du musée d’Orsay.» Ingrid Luquet Gad

« Un dialogue de sourd. Une exposition temporaire à partir des collections permanentes qui ne fonctionne pas, malgré un certain charme qui s’en émane. » Stéphane Corréard

♥ Le coup de coeur ♥ de Stéphane Corréard pour l'exposition "Etienne au Carré" (Etienne Robial) jusqu'au au 15 décembre à la MABA à Nogent-sur-Marne

Collection Futuropolis nouvelles, avec François Guérif 1983-1986
Collection Futuropolis nouvelles, avec François Guérif 1983-1986 Crédits : Etienne de Robial

Présentation : Etienne Robial est graphiste autant qu’il est éditeur, collectionneur, enseignant, directeur artistique, ex libraire, cofondateur du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême… Plus d'informations ici 

« Une exposition très intelligente, exhaustive, avec peu de bavardage où les œuvres ont la place centrale. » Stéphane Corréard

Intervenants
  • Critique d'art, directeur du salon Galeristes, participe à La Dispute sur France Culture, signataire de la Tribune “Non au «cadeau» de Jeff Koons” dans Libération
  • Critique d'art (les inrocks...)
  • Docteur en philosophie, enseignant à l'Université Paris 1

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......