LE DIRECT
"Picasso Scultptures", "Araki"

Arts Plastiques : "Picasso sculptures" et "Araki"

58 min
À retrouver dans l'émission

Sculptures méconnues de Picasso, photographies japonaises de Nobuyoshi Araki : deux vastes sujets que critiqueront Corinne Rondeau et Jean-Max Colard ce soir.

"Picasso Scultptures", "Araki"
"Picasso Scultptures", "Araki"

L’exposition prendra la suite de la rétrospective « Picasso Sculpture » présentée au Museum of Modern Art (MoMA) de New York en collaboration avec le Musée national Picasso-Paris depuis l’automne 2015 jusque février 2016. L’ambition de l’exposition est de révéler au public un aspect peu étudié de la sculpture de Picasso : sa dimension multiple à travers la question des séries et variations, fontes, tirages et agrandissements réalisés à partir d’une sélection d’originaux sculptés.

L’exposition réunit des ensembles exceptionnels du monde entier (plus de 70 prêts) tels que la série des six Verres d’absinthe (1914) : tirages en bronze à la fois multiples et uniques par le geste de Picasso apposant sur la surface des verres peinture ou couverte de sable ; les deux versions de la Femme au jardin créée avec l’appui technique de Julio González (1929-1930), réunies pour la première fois depuis 1932 ; ou un grand ensemble de tôles peintes (1954-1962) permettant de questionner les processus créatifs à l’œuvre dans le passage des maquettes en papier aux agrandissements en tôle et en béton gravé.

Un dialogue s’instaurera également entre les sculptures de Picasso conservées au MoMA, partenaire privilégié, et les sculptures du musée Picasso, notamment au travers de quelques pièces célèbres telles que la Tête de femme (Fernande, 1909) (plâtres de fonderie et fontes en bronze), Crâne de chèvre, bouteille et bougie (deux variations en bronze peint 1951-1953), La Guenon et son petit (1951 : présentation du plâtre composite original en regard de la fonte réalisée par Valsuani).

"Picasso sculptures", jusqu'au 28 août au Musée Picasso Paris.

"Picasso Scultptures"
"Picasso Scultptures"

Figure incontournable de la photographie contemporaine japonaise, Nobuyoshi Araki est connu mondialement pour ses photographies de femmes ligotées selon les règles ancestrales du Kinbaku - l’art du bondage japonais -, pratique qui puise ses origines au XVe siècle. Cette exposition retrace cinquante années de son travail en plus de 400 photographies et compte parmi les plus importantes consacrées à Araki en France.

Un choix très important sera extrait des milliers de photographies que l’artiste a réalisées de 1965 à 2016, depuis l’une de ses séries les plus anciennes intitulée Théâtre de l’amour en 1965 jusqu’à des œuvres inédites, dont sa dernière création de 2015 réalisée spécifiquement pour le musée sous le titre Tokyo-Tombeau. Après une première découverte de la presque totalité des livres conçus par Araki suivie d’une introduction aux grandes thématiques de son oeuvre – les fleurs, la photographie comme récit autobiographique, sa relation avec son épouse Yoko, l’érotisme, le désir, mais aussi l’évocation de la mort -, l’exposition évoquera son studio, laboratoire d’idées.

Véritable journal intime d’un grand plasticien de la photographie pour qui « photographier est avant tout une façon d’exister », l’exposition se déploiera selon un parcours thématique, depuis les séries consacrées aux fleurs, la scène de Tokyo, ou encore le Voyage sentimental, illustration de son voyage de noce en 1971, suivie du Voyage en hiver en 1990, année du décès de son épouse.

"Araki", jusqu'au 5 septembre 2016 au Musée Guimet.

"Araki", au Musée Guimet
"Araki", au Musée Guimet

 La revue de presse culturelle d'Antoine Guillot :

Pour écouter la revue de presse culturelle et quotidienne d'Antoine Guillot, cliquez ici

Scène de meurtre dans le grenier

Alors que le musée Unterlinden de Colmar lance un appel pour retrouver des oeuvres d'Otto Dix possiblement oubliées chez des particuliers de la région, la découverte dans un grenier toulousain d'un possible Caravage, représentant Judith tranchant la tête d'Holopherne, embarrasse les autorités françaises : si l'attribution est avérée, le tableau est estimé à 120 millions d'euros. Comment le Louvre pourra-t-il les débourser ?

L'Invitée de la Dispute, ORLAN :

Retrouvez les choix d'Arts plastiques d'ORLAN, ici

La programmation musicale : 

« Danse espagnole op 37 » d'Enrique Granados

« Sticky rice » de Bastien Deshayes

Chroniques

21H18
6 min

Revue de presse culturelle d'Antoine Guillot

Scène de meurtre dans le grenier
21H25
6 min

L'Invité(e) de la Dispute

Les choix Arts plastiques d'ORLAN
Intervenants
  • Maître de conférences en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes et critique d'art
  • Critique d'art et commissaire d'exposition
À venir dans ... secondes ...par......