LE DIRECT

Arts-plastiques: "Sarah Tritz Diabolo mâche un chewing-gum sous la pluie et pense au cul " & "Cosa mentale. Art et télépathie"

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir Arnaud Laporte reçoit les critiques Frédéric Bonnet et Eric Loret, ils se disputent les expositions suivantes: Sarah Tritz Diabolo mâche un chewing-gum sous la pluie et pense au cul & Cosa mentale. Art et télépathie au XXe siècle .

- Diabolo mâche un chewing-gum sous la pluie et pense au cul par Sarah Tritz à découvrir jusqu'au 9 janvier, à la Fondation d'entreprise Ricard.

"Sarah Tritz Diabolo mâche un chewing-gum sous la pluie et pense au cul"
"Sarah Tritz Diabolo mâche un chewing-gum sous la pluie et pense au cul"

Les personnages que Sarah Tritz convoque à la Fondation d’entreprise Ricard - du mélancolique Diabolo , qui donne son titre à l’exposition, au délicieux Sluggo , tout droit sorti d’un comics américain des années 30 dans lequel l’artiste est aussi allée prélever les couleurs tendres, bleu ciel, vert d’eau, qui habillent les murs de l’espace - trainent derrière eux une cohorte d’invités mystères. Parents oubliés ou illustres ainés que l’artiste repêche sur le tamis de l’histoire de l’art et qui hantent la filiation accidentée des caractères, ou characters, qui peuplent son œuvre. Picabia et sa mariée à qui Sarah Tritz confie le soin d’accueillir les spectateurs à l’entrée de l’exposition, Roy Lichtenstein qui lui inspire sa femme noyée, le peintre allemand Willi Baumeister à qui elle empreinte une fresque intitulée Afrika pour une réplique granuleuse au dos d’une cimaise et encore Max Ernst dont elle déplie un petit dessin pour découper les contours tranchants d’un Géant totémique en trois dimensions.

  • Projet élaboré en parallèle àDiabolo mâche un chewing-gum sous la pluie et pense au cul, Sarah Tritz présente Lundi, une nouvelle occasion d’investir et de manipuler l’espace de la galerie anne barrault, jusqu'au 23 janvier.

Extrait sonore: « Talking piano » Tom Kane

- Cosa mentale. Art et télépa thie au XXe siècle, vous avez jusqu'au 28 mars pour vous rendre au Centre Pompidou Metz.

fermer Susan Hiller, Homage to Marcel Duchamp: Aura (Blue Boy), 2011
fermer Susan Hiller, Homage to Marcel Duchamp: Aura (Blue Boy), 2011

Cosa mentale. Les imaginaires de la télépathie dans l'art du XXe siècle retracera l’histoire d’une utopie méconnue et pourtant majeure des avant-gardes du XXe siècle : le devenir télépathique de l’art à l’ère de la révolution immatérielle des télécommunications. Elle montrera comment ce fantasme d’une projection directe de la pensée, balayant les conventions du langage, aura un impact considérable sur la naissance des premières formes d’abstractions, mais aussi, de façon tout aussi surprenante, sur le surréalisme et son obsession pour le partage collectif de la création et la libération des automatismes.

Extrait sonore: « Conundrum » John GREAVES

Coups de coeur: Eric Loret propose Initiales n°6 - Initiales de J.C.A. (Jean-Christophe Averty), édité à École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon.

Le coup de coeur de Frédéric Bonnet est Trasparenza de Salvatore Emblema, jusqu'au 16 janvier à La galerie Bugada & Cargnel.

Concernant la revue de presse culturelle quotidienne d'Antoine Guillot, elle porte sur: Trop beau pour être un vrai, trop blond pour être un Christ

  • Dans l'expo Goya de la National Gallery, un faux s'est glissé, saurez-vous le retrouver ?

  • Le faussaire anglais Shaun Grennhalgh est-il, comme il s'en vante, l'auteur de La Belle Princesse attribuée à Léonard de Vinci ?

  • Les Christs blancs et blonds de Ricci, Perugino, Granacci et Le Tintoret exposés au Met de New York sont-ils une offense aux personnes de couleurs ? Autant de questions sur lesquelles vous disserterez demain !

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......