LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Arts plastiques : she dances on Jackson & Go Mo Ni Ma Da

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, les arts plastiques sont au cœur de la Dispute avec les critiques suivants :

  • Corinne Rondeau (France Culture)

  • Yasmine Youssi (Télérama)

  • Éric Loret (Libération)

Seront abordées les expositions suivantes :

-she dances on Jackson , Vanessa Winship à la Fondation henri Cartier Bresson du 15 mai au 28 juillet.

she dances on Jackson
she dances on Jackson

Ouvrons cette émission avec l'exposition que la Fondation Henri Cartier Bresson consacre à la lauréate 2011 du Prix HCB, un prix décerné tous les deux ans par un jury international, et qui est un prix d'aide à la création dont l'objectif est, je cite, de permettre à un photographe de réaliser un projet qu'il ne pourrait mener à bien sans cette aide.

Précision : ce prix est destiné à un ou une photographe au tournant de sa carrière, ayant déjà accompli un travail significatif dans une sensibilité proche du documentaire.Le candidat doit être présenté par une institution : galerie, musée, éditeur...

Cette précision décrit bien où en était Vanessa Winship avant l'obtention de ce prix, qu'elle a donc reçu pour son projet intitulé « Là-bas : une odyssée américaine ».C'est la galerie Vu qui avait présenté sa candidature.

Vanessa Winship a suivi des études en cinéma et photographie à la Westminster University, puis a enseigné la photographie, et travaillé pour le National Science Museum de Londres. Elle est ensuite devenue photographe indépendante, et a notamment mené un travail au long cours sur les Balkans au début des années 2000. A l'automne 2011, grâce au prix HCB, elle part donc aux Etats Unis, qu'elle sillonera pendant un an, à la recherche de la persistance du rêve américain. Projet immense, poétique, potentiellement voué à l'échec, pour lequel elle fait le choix du noir et blanc.Aujourd'hui, avec cette exposition et un très beau livre qui l'accompagne, publié aux éditions MACK, Vanessa Winship dit que son travail est un chapitre, une citation d'Amérique à un moment précis de son histoire et aussi de la sienne ».

Arnaud Laporte

-Go Mo Ni Ma Da, Danh Vo au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris du 24 mai au 18 août.

Go Mo Ni Ma Da
Go Mo Ni Ma Da

Parlons à présent d'un des nouveaux chouchous de l'art contemporain.Il s'appelle Danh Vo. Il est né au Vietnam en 1975, pays que ses parents quittent lorsqu'ils a cinq ans. Il va donc grandir au Danemark, et son histoire va bien sûr imprimer sa marque sur son travail, qui traite beaucoup de la question de l'exil et de la liberté, mais sous des formes, dans des modalités très variées.C'est ce que l'on peut constater en ce moment avec les œuvres présentées au MAMVP, mais aussi à la Biennalle de Venise et au Guggenheim de New York. Cette riche actualité pour l'artiste montre bien combien il a le vent en poupe.

« Go Mo Ni Ma Da », c'est le titre apparemment en forme d'onomatopées de l'exposition de Danh Vo au MAMVP, mais c'est en fait la transcription disons phonétique d'une journaliste américaine en voyage au vietnam, les habitants la saluant en fait d'un « Good Morning madame ! ».

Dans cette exposition, plusieurs séquences, plusieurs types d'oeuvres, comme je l'ai dit.Le mieux est sans doute que chacun, autour de cette table, puisse décrire une partie du parcours à nos auditeurs, de « We the people », œuvre au long cour, aux trois lustres de la salle de bal de l'Hôtel Majestic, réunis ici pour la première fois, en passant par l'évocation de Théophane Vénard, prêtre missionnaire décapité au Vietnam en 1861 pour prosélytisme... Arnaud Laporte

Ainsi que les coups de cœur :

-de Yasmine Youssi et Eric Loret : Retours sur la Biennale de Venise.

Sans oublier, l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot

Et le coup de fil passé à Natacha Carron commissaire associée de l'exposition "Dadamaino" au Consortium de Dijon qui se déroule du 3 mai au 29 septembre.

Pastille introductive: George CONDO

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......