LE DIRECT
Bandeau de La Dispute du 18 janvier

Arts plastiques : "Stéphane Duroy" et "Gloria Friedmann"

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, "Stéphane Duroy" au Bal (Paris 18e), jusqu'au 9 avril et "Gloria Friedmann" au musée de la Chasse et de la Nature (Paris 3e) jusqu’au 12 février avec Elisabeth Franck Dumas, Yasmine Youssi, Arnaud Laporte et Lucile Commeaux

Bandeau de La Dispute du 18 janvier
Bandeau de La Dispute du 18 janvier

Stéphane Duroy : Again and Again au Bal (Paris 18e), jusqu'au 9 avril

Affiche exposition "Again and again" au Bal
Affiche exposition "Again and again" au Bal

Prolongation à l'espace photographique Leica (Paris 8e) jusqu'au 8 avril

Pour la première fois sont présentées en un même lieu l’ensemble des vidéos documentant les performances réalisées par l’artiste tout au long des années 1990. Quelques installations, dont certaines inédites, viennent compléter ce travail engagé.

Et si l’œuvre de Stéphane Duroy était un exil ? Après quarante années d’un périple obsessif sur les traces de la vieille Europe jusqu’aux Etats-Unis, Stéphane Duroy semble aujourd’hui poussé par un vent de renouveau, vers une pratique photographique emmenée toujours plus loin d'elle-même.

Progressivement et inexorablement, le regard de Stéphane Duroy se déporte. Sur les traces des exilés européens, il se tourne vers leur terre d’accueil, les États-Unis, réceptacle d’une mémoire collective fuyant les stigmates de son passé. De New York au Montana, il marche alors sur les pas d’immigrés arrivés en Terre promise en quête de nouveaux départs. Confronté à une version désenchantée du « rêve américain », il rapporte des images d’une grande mélancolie et d’une extrême sobriété, et publie en 2007 le livre Unknown. Dans ce va-et-vient permanent entre une Amérique qu’il ne cesse d’ausculter et l’Allemagne, cœur de ses obsessions, Stéphane Duroy construit son imaginaire.

Fannie Escoulen, commissaire de l'exposition Again and again

Gloria Friedmann : Tableaux vivants au musée de la Chasse et de la Nature (Paris 3e) jusqu’au 12.02

Photographie Gloria Friedman
Photographie Gloria Friedman

Parallèlement à l’exposition Scènes de chasse en Allemagne, Rayski / Baselitz, le musée de la Chasse et de la nature s’intéresse au rapport de l’homme à la nature à travers ce qu’il inspire à l'artiste allemande Gloria Friedman . Née en Allemagne où elle a vécu jusqu’à son installation en France en 1977, Gloria Friedmann recourt à divers modes d’expression artistique – performances, installations, peinture ou sculpture – pour mettre en évidence la manière dont nous percevons et vivons dans notre écosystème. Comment sommes nous en relation avec cette Nature, comment agit-on avec elle ou contre elle? Dans ses tableaux vivants comme dans ses sculptures, Gloria Friedmann met en cause cette apparente discontinuité qui caractérise la pensée moderne. En rapprochant des éléments du quotidien à priori incompatibles – éléments naturels, animaux vivants apposés à des produits de l’industrie humaine – elle nous pousse à nous interroger sur nos modes de vie.

Coups de cœur/griffe

Grand Theory Hotel : Annika Von Hausswolff à l’Institut suédois (Paris 3e) jusqu'au 19 mars (Par Elisabeth Franck Dumas)

Cher(e)s Ami(e)s : Hommage aux donateurs des collections contemporaines, jusqu'au 27 mars 2017 Centre Pompidou, (Paris 4e) (Par Yasmine Youssi)

Programmation musicale

♫ "Such a quiet place" de Jean-François Morin

♫ "LePrintemps" de Laurent Dury

Le Petit salon de Lucile Commeaux

Tous les jours aux alentours de 21h20 les critiques de la Dispute passent au Petit Salon pour discuter d’un sujet de l’actualité culturelle – nouvelles têtes, polémiques, querelles esthétiques. À retrouver ici.

Chroniques

21H25
11 min

Le Petit Salon

La Maison Rouge ferme ses portes
Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......