LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Arts plastiques : Un instant de rêve & Le corps d'un jardin

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, les arts plastiques sont au cœur de la Dispute avec les critiques suivants :

  • Jean-Max Colard (Les Inrocks)

  • Corinne Rondeau (France Culture)

  • Yasmine Youssi (Télérama)

Seront abordées les expositions suivantes :

-Le corps d'un jardin de Giuseppe Penone à la Galerie Marian Goodman du 25 mai au 22 juin.

La galerie Marian Goodman, à Paris, consacre une exposition personnelle à Giuseppe Penone, après une exposition aux mêmes dates, l’année passée, dans l’antenne new-yorkaise de la galeriste.

« Le corps d’un jardin », titre de l’exposition, regroupe un ensemble d’œuvres réalisées depuis 1984. Laurent Busine, directeur du Musée des Arts contemporains au Grand Hornu, en est le commissaire, et il explique qu’il a retenu trois axes de présentation : mariage, étreinte et cortège.Cette exposition, par ailleurs, permettra aux auditeurs qui connaissent mal le travail de Penone de découvrir celui-ci avant de pouvoir le contempler dans son format XXL au Château de Versailles, à partir du 11 juin, et jusqu’à l’automne.S’il s’incrit dans le champ de l’arte povera, le travail de Penone manifeste depuis l’origine un intérêt très grand pour la nature, l’œuvre de l’artiste dialoguant avec la nature. On attend donc avec impatience son inscription dans les jardins versaillais.

Arnaud Laporte

Retrouvez également "Giueseppe Penone à Versailles" à partir du 11 juin jusqu'au 30 octobre dans le cadre de l'année Le Nôtre.

-Un instant de rêve de Claude Lévêque à la Maison Européenne de la Photographie du 17 avril au 16 juin.

Un instant de rêve
Un instant de rêve

L’exposition de Claude Lévêque à la MEP, Maison Européenne de la Photographie, à Paris, montre une part du travail de l’artiste que celui-ci considère ne pas faire partie de son œuvre. Une exposition intitulée « Un instant de rêve ».

« Je ne suis pas photographe », déclarait-il récemment dans "Next". « Ces clichés ne sont pour moi que de simples repérages d’espaces, une manière de comprendre les endroits où je vais, de noter des petits récits. Puis de les réinjecter dans mon travail. ».Une centaine de photos, choisies parmi plusieurs milliers par l’artiste et par Michel Nuridsany, commissaire de cette exposition, où les photographies ne sont pas tirées et accrochées, mais projetées en diaporama, à la taille d’une fenêtre, selon le vœu de Claude Lévêque, afin, je cite encore l’artiste de ne « pas de sacraliser ces notes visuelles, mais justement de mettre en scène leurs statuts de simples “observations”, leur fugacité »

Arnaud Laporte

Ainsi que les coups de cœur :

-de Corinne Rondeau : In situ 1966-79 d'après le commissariat de Laurent Montaron à l'IAC de Villeurbanne/Rhônes Alpes du 24 mai au 11 août.

In situ 1966-79
In situ 1966-79

Sans oublier, l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot

Et le coup de fil passé à l'artiste Gloria Friedmann à qui la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence consacre l'exposition monographique "Play Back d'Eden" jusqu'au 16 juin.

Pastille introductive: Valérie FABRE

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......