LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Bande dessinée: Ardalén: vent de mémoires et Heartbreak Valley

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir la littérature occupe La Dispute en présence des critiques suivants :

  • Eric Loret (Libération)

  • Joseph Ghosn (Obsession)

  • Antoine Guillot (France Culture)

Seront abordés les bandes dessinées suivantes :

Ardalén: vent de mémoires
Ardalén: vent de mémoires

Ouvrons cette émission avec le nouvel album de Miguelanxo Prado, « Ardalen. Vent de mémoires », qui paraît en France un an à peine après sa sortie en Espagne, dans une traduction d’Andréa Beyhaut, chez Casterman.Beau et gros livre, 250 pages, pour une histoire entre fiction et réalité.Le point de départ est le suivant, qui voit une femme de 42 ans, Sabela, qui vient de se séparer de son mari, arriver dans le bar-hôtel d’un petit village de la montagne, en Galice, c’est-à-dire à l’extrémité Nord-Ouest de l’Espagne, la dernière terre avant les Amériques…En pleine crise existentielle, la jeune femme cherche des informations sur son grand-père, qu’elle n’a jamais connu, et qui serait parti, il y a très longtemps, pour Cuba.C’est animée par cette quête qu’elle va aller à la rencontre de Fidel, un vieil homme qui vit reclus dans sa maison, à l’écart du village, et dont la mémoire semble très perturbée…

Arnaud Laporte

Heartbreak Valley
Heartbreak Valley Crédits : Radio France

Roy Orbison accompagne le héros de ce récit, qui partage avec le rocker disparu le fait de porter en permanence des lunettes de soleil.Concernant Roy Orbison, c’était pour masquer son strabisme, pour Eliot Parsley, détective privé, c’est à la suite d’une maladie infantile, qui lui rend insupportable toute forte lumière.Eliot est obsédé par la recherche d’une jeune femme, Jenny Moore, et plus encore par la photo de celle-ci. Engagé par les parents de la jeune disparue, Eliot ne sait plus où chercher, quand ses pas l’amène à Heartbreak valley, petite ville prise d’assaut par des milliers de touristes, venus assister à la plus longue éclipse solaire de toute l’histoire de l’humanité ».La route d’Eliot va croiser celle d’un évadé de prison, accusé injustement d’avoir assassiné toute sa famille, et qui cherche lui le vrai coupable.Ensemble, ils vont affronter l’obscurité qui a mystérieusement englouti le monde, à l’exception de Heartbreak Valley, où le soleil a reparu.

Je m’arrête là pour le résumé de cette histoire qui elle aussi ne charrie que des clichés, mais d’une façon sans doute plus affirmée que chez Prado, puisque l’aspect graphique de l’album nous laisse à penser que Simon Roussin joue avec les codes.Lui qui avait fait éclater dans ses précédents albums les couleurs très vives de sa grande palette de feutre, a choisi ici un noir et blanc, avec pas mal de gris, pour flirter avec le polar.

Arnaud Laporte

Et les coups de coeur:

  • d'Antoine Guillot :

La coiffe de naissance d'Alan Moore et Eddie Campbell (Editions Cà et là)

La coiffe de naissance
La coiffe de naissance Crédits : Radio France
  • de Joseph Ghosn :

Brooklyn Quesadillas d'Antony Huchette (éditions Cornelius)

Brooklyn Quesadillas
Brooklyn Quesadillas Crédits : Radio France

Sans oublier l'irremplaçable revue de presse culturelle d'Antoine Guillot.

Et le coup de fil passé à Gérard Cousseau, scénographe de l'exposition "Gotlib, l'effet coccinelle" qui a lieu depuis le 29 juin et jusqu'au 27 octobre à la chapelle Saint-Sauveur à Saint-Malo.

Pastille introductive: Jean GIRAUD

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......