LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Bande-dessinée: L'enfance d'Alan et I love Alice

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, la Dispute traitera de l'actualité de la bande-dessinée avec les critiques suivants:

  • Antoine Guillot (France Culture)- Joseph Ghosn (Obsession)- Éric Loret (Libération)sur les bandes-dessinées suivantes:- L'enfance d'Alan, d'Emmanuel Guibert (L'Association)

Antoine Guillot: Ce qui frappe avant tout, c'est la maestria d'Emmanuel Guibert, tant dans le dessin que dans la narration, dans le jeu, parfois disjoint, entre le texte et l'image. On est au-delà de l'expérimentation : dans une pratique et une maîtrise impressionnantes de son art. Grâce auxquelles on est souvent ému par ce qu'il transmet de ces histoires, toutes petites, mais infiniment touchantes.

Jospeh Ghosn:

Éric Loret:

C’est une bande dessinée conçue en tableaux. Emmanuel Guibert porte la voix des sans-voix. Il rend compte de l’aliénation du petit peuple. C'est ce qui me séduit le plus.

Arnaud Laporte: Le livre est magnifiquement conçu sur la forme et inintéressant sur le fond. S’il n’y avait pas cette beauté du trait, cette intelligence de la composition des planches, ce sens visuel de la narration, une inventivité de chaque page, j’avoue que je n’aurais pas dépassé cinquante pages…

  • I love Alice , Nino Antico (Les Requins Marteaux; collection BD Cul)

Antoine Guillot:

Nine Antico s'était déjà interrogée sur la pornographie et sa représentation avec Coney Island Baby , dont I Love Alice Quatre filles - Journaux croisés (1890-1960) , chez Albin Michel Jeunesse. est le versant lumineux. Avec ce trait évanescent, imprimé à l'encre violette, qui rappelle les années 70, elle livre un réjouissant exercice de pornographie, tout en évacuant paradoxalement la dimension érotique des actes représentés. De la même Nine Antico, à signaler également, pour jeune public cette fois : le très beau

Jospeh Ghosn:

Éric Loret:

Il y a autant de femmes que d’hommes convoqués dans la collection BD Cul et ne serait-ce que pour cela, on peut applaudir les Requins Marteaux. Je suis toujours curieux de l’érotisme féminin. Ici, on ne voit pas grand-chose : des jambes, des bains mais la pulsion scopique est forte. Attirance et gêne se mêlent dans une sorte d’infrasexualité.

Arnaud Laporte: Je pense que tout cela manque de travail, qu’en faisant une BD de cul, Nine Antico a laissé au repos toute ambition, et que cela donne un rendez-vous manqué. Pourtant il y avait une matière narrative intéressante, mais qui n'a pas été exploitée.

  • Quatre filles, journaux croisés: 1890-1960 , Nine Antico (Albin Michel)

Les coups de cœurs: Antoine Guillot: - La Vie des jeunes, Tome 3 , Riad Sattouf (L'Association)

On a déjà beaucoup dit sur cette série de Riad Sattouf : son talent à saisir les phrasés d'aujourd'hui, à mettre en scène ces petites saynètes souvent très drôles. Ce qui se dégage cependant de ce troisième tome, et finalement de la série en général, peut-être aussi parce qu'il y a inclu quelques épisodes de son enfance syrienne, c'est son obsession pour la violence, physique comme verbale, exercée contre les enfants, et comment elle se transmet jusqu'à contaminer toute la société. Riad Sattouf fait oeuvre de moraliste, c'est le Saint-Simon des fast-foods et de la ligne 9 du métro parisien.

Éric Loret: - Vie de Mizuki par Mizuki (édition Cornélius)

Mizuki, c'est le manga intimiste et autobiographique. Il raconte ici son enfance. Mizuki se montre comme un souffre-douleur, dans sa famille, à l'école, à l'armée.

C'est aussi l'histoire d'une transmission, avec le personnage de NonNonBâ qui lui donne le goût des canulars yokaï.

Joseph Ghosn:

  • Krazy Kat , George Herriman (Editions les rêveurs)

  • Une vie dans les marges , Yoshihiro Tatsumi (Editions Cornélius)

Bien sûr, la revue de presse culturelle d'Antoine Guillot: Amours et désamours

Et le coup de fil de Seham Boutata à l'écrivain Patrick Deville , président du Festival Meeting à Saint-Nazaire du 16 au 18 novembre.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......