LE DIRECT
En haut : John Coltrane (Photo: © Jim Marshall Photography LLC) En bas les pochettes de : "Childqueen" et "Bashung Live 1985 - 2009"

Musique : "C’est une capsule éloignée de toutes formes d’influences extérieures"

55 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir dans la Dispute musicale, il sera question du coffret de 10 CDs réunissant l'intégral des concerts d'Alain Bashung, de l'album inédit enregistré en 1963 par John Coltrane et de "Childqueen" le deuxième album de la Californienne Kadhja Bonet.

En haut : John Coltrane (Photo: © Jim Marshall Photography LLC) En bas les pochettes de : "Childqueen" et "Bashung Live 1985 - 2009"
En haut : John Coltrane (Photo: © Jim Marshall Photography LLC) En bas les pochettes de : "Childqueen" et "Bashung Live 1985 - 2009"

"Intégral Live 1985 - 2009" d'Alain Bashung (Universal)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation officielle : Un concert d’Alain Bashung était toujours un moment intense. A chaque tournée, les chansons prenaient une nouvelle dimension, elles étaient réarrangées et se présentaient sous un nouveau jour. L’artiste se remettait en question et n’avait qu’un seul but : partager avec son public une nouvelle émotion. Voici le coffret intégrale Live d’Alain Bashung, avec pour la première fois, les versions complètes des concerts de 1985 et de 1992. Live Tour 85 a été complètement remixé, avec de nouvelles versions des chansons, et Tour Novice 92 a été enrichi de 12 titres bonus.

L'avis des critiques : 

Esthétiquement ce coffret n’est ni fait ni à faire ! En revanche le travail de remastérisation est présent. La fin est encore plus belle que le début mais ce qui est frappant c’est que de 85 à 2009 : c’est le meilleur groupe de France ! Joseph Ghosn

Je déteste les disques de live ! Mais la "tournée des grands espaces" à laquelle j’avais assisté était hallucinante : il y avait quelque chose de très puissant et on le retrouve sur le disque. En revanche ce côté folk et country m’intéresse moins. Christophe Conte

J’ai vu Bashung plusieurs fois en concert depuis 80 et cette voix a pris une telle ampleur au fil des années… Elle remplissait la salle d’une émotion absolue. C’est un interprète exceptionnel ! Mathilde Serrell

"Both Directions at Once: The Lost Album" de John Coltrane (Impulse!)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extrait du communiqué de presse : Le 6 mars 1963, John Coltrane entre en studio chez Rudy Van Gelder avec son 'Classic Quartet' — McCoy Tyner, Jimmy Garrison, Elvin Jones — et ensemble ils enregistrent un album complet. Cette musique, avec des compositions originales jamais entendues jusqu'à présent, aura mis plus de cinq décennies avant de voir le jour. L'album, en quelque sorte, est le Saint Graal de l'univers jazz.

L'avis des critiques : 

C’est étrange de parler de John Coltrane avec un disque inédit, c’est d’autant plus étrange que c’est un disque très beau mais retenu, on sent qu’il cherche mais n’est pas complètement convaincu. Il est absolument nécessaire de le replacer dans son contexte. Joseph Ghosn

Effectivement on sent que c’est un album qui n’a pas été écarté pour de mauvaises raisons : à l’époque le Quartet de John Coltrane était un atelier. Ce qui est étonnant est de voir qu’il en ressort aujourd’hui des morceaux qui se tiennent. Christophe Conte

"Childqueen" de Kadhja Bonet (Fat Possum / OBE / Differ-Ant)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extrait du communiqué de presse : Enregistré durant ces deux dernières années dans des studios aux quatre coins de l’Europe (Paris, Berlin, Amsterdam, Londres, Copenhague) et des chambres d’hôtel (Barcelone, Bruxelles), le deuxième album de la Californienne Kadhja Bonet, Childqueen, s’apparente à la quête d’une héroïne.
À l’instar de ses débuts discographiques (The Visitor en 2016), les chansons de Childqueen n’ont rien de superficielles. Bien au contraire, elles nous invitent dans un univers imaginaire, un présent parallèle où se rencontrent passé et futur. La voix de velours de Kadhja nous transporte dans une esthétique ambiant. Preuves en sont les titres « Delphine » et « Nostalgia », dont la pureté des mélodies vocales et la finesse des contours instrumentaux semblent émaner de corps célestes. La multi-instrumentiste affiche son goût pour l’orchestration cinématographique et classique, qu’elle mêle à une approche synthétique. Sur des morceaux comme « Thoughts Around Tea » ou « Another Time Love », flûtes, violons, guitares et cloches partagent la scène avec des phrasés acousmatiques - souffles et lignes mélodiques se superposant respectivement. Kadhja parvient à créer un paysage sonore atemporel et inclassable en terme de genre.

L'avis des critiques : 

Un énorme coup de cœur pour cet album de Kadhja Bonet ! Le premier mini-album était déjà un prodigieux et ici, étalé sous un plus long format, on se rend compte que c’est quelqu’un qui a en elle le syndrome de Stevie Wonder : elle sait tout faire ! Christophe Conte

Ce que fabrique Kadhja Bonet est d’une intelligence extrêmement fine, elle combine les grandes envolées folk des années 70 et une infinité de références, qui ne sont jamais appuyées mais qui soulignent sa douceur. Elle est à voir absolument en concert. Mathilde Serrell

Ce disque s’écoute comme une vraie petite odyssée, il se situe dans la rencontre entre la saoul et le rock psychédélique. C’est un disque très beau et assez salutaire. Joseph Ghosn

Vos commentaires :

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records)

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......