LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cannes : Only God Forgives & Grigris

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, La Dispute toujours installée à Cannes vous propose une nouvelle sélection de films en compagnie des critiques suivants :

-Jason Solomons (The Observer)

-Charlotte Garson (Cahiers du cinéma)

-Antoine Guillot (France Culture)

Les films suivants seront passés en revue :

-Only God Forgives de Nicolas Winding Refn (Compétition, sortie le 22 mai)

Only God Forgives
Only God Forgives

Le premier film à notre affiche est celui de Nicolas Winding Refn, très attendu sur la Croisette, comme sur les écrans français, car le film est sorti aujourd’hui même en salles, le jour de sa présentation officielle en compétition.Beaucoup d’attente car ce film succède, dans la filmographie du cinéaste danois à « Drive », prix de la mise en scène au Festival de Cannes en 2011, et grand succès public.Avec le même acteur principal, le très tendance Ryan Goslin, Winding Refn a, depuis cette soudaine reconnaissance, tourné ce projet, antérieur à « Drive », un film dont je ne lis pas le synopsis, tel qu’il figure dans le dossier de presse, car il révèle, déjà, quelques éléments du récit.Disons que l’on découvre au début du film deux frères, américains, qui dirigent une salle de boxe à Bangkok. Le frère aîné, Billy, viole et tue sauvagement une prostituée, avant d’être lui-même battu à mort par le père de la victime, avec l’assentiment du policier en charge de cette affaire. Le policier en question, Chang, présente bien des points d’ombre dans son comportement, tout comme Julian, le jeune frère de Billy, interprété par Ryan Gosling. Les choses vont aller en empirant avec l’arrivée de la mère de Julian, interprétée par Kristin Scott-Thomas .

Arnaud Laporte

-Grigris de Mahamat-Saleh Haroun (Compétition)

Grigris
Grigris

Mahamat Saleh Haroun est un habitué des festivals, Venise et Cannes, surtout. « Un homme qui crie », en 2010, avait très justement remporté le Prix du Jury sur la Croisette. Précédemment, un autre très beau film de Saleh-Haroun, « Daratt, une saison sèche », avait reçu le Prix Spécial du Jury à Venise.Gris Gris, c’est le surnom donné au personnage principal du film, Souleymane, un jeune homme handicapé, ayant une jambe atrophiée et paralysée, mais ayant dépassé ce handicap pour se produire comme danseur dans les boites de nuit de N’Djamena, et gagner ainsi un peu d’argent, en plus de son travail de tailleur et photographe, auprès de son beau-père, le mari de sa mère.Mais celui tombe justement malade, et Souleymane doit trouver de l’argent pour le faire soigner à l’hôpital. Et pour ce faire, il va aller solliciter du travail auprès d’un truand local, Moussa.

Arnaud Laporte

Ainsi que les coups de cœur:

-de Jason Solomons :

A Story Of Children an d Film de Mark Cousins (Cannes Classic)

A Story of Children and Film
A Story of Children and Film

- de Charlotte Garson :

Fedora de Billy Wilder (Cannes Classic)

Fedora
Fedora

-d'Arnaud Laporte :

Les Salauds de Claire Denis (Un Certain Regard, sortie le 7 août)

Les Salauds
Les Salauds

-d'Antoine Guillot :

A Strange Course of Events de Raphaël Nadjari (Quizaine des Réalisateurs)

A Strange Course of Events
A Strange Course of Events Crédits : Radio France

Sans oublier la revue de presse culturelle de Christophe Payet.

Pastille introductive: Christian MUNGIU

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......