LE DIRECT

Cinéma : Dans un jardin je suis entré & World War Z

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, La Dispute se penche sur l’actualité cinématographique avec les critiques suivants :

  • Jean-Baptiste Thoret (Charlie Hebdo)

  • Florence Ben Sadoun (Elle)

  • Emmanuel Burdeau (Mediapart)

Les films suivants seront passés en revue :

  • Dans un jardin je suis entré, d'Avi Mograbi.
Dans un jardin je suis entré
Dans un jardin je suis entré

Intéressons-nous à présent à un film qui sort demain dans les salles françaises, « Dans un jardin je suis entré », d’Avi Mograbi, réalisateur israélien et anti-sioniste convaincu, qui refusera de participer à la guerre contre le Liban, et qui soutiendra plus tard d’autres jeunes gens refusant de faire leur service militaire.Ses films traitent bien sûr de son engagement, et de sa croyance en une coexistence pacifique entre juifs et arabes israéliens.Nous avions parlé sur cette antenne, Antoine Guillot, de « Z32 », un film documentaire au procédé très particulier, pour ne pas que le protagoniste principal, un soldat israélien voulant témoigner des représailles sanglantes de Tsahal dans un village palestinien, ne soit pas reconnu.Ici, les visages sont à nue. Ce sont ceux d’Avi Mograbi lui-même, et de son ami, Ali Al-Azhari, qui est aussi son professeur d’arabe.C’est à cet ami, citoyen de seconde zone de l’Etat d’Israël, un de ces présent-absent du système parfois ubuesque de l’état hébreu, à savoir que palestinien, il a été contraint, avec sa famille, de quitter son village natal, berceau de sa famille. Leurs biens ont été confisqués, et Ali a grandi comme un réfugié dans son propre pays, à quelques kilomètres de son lieu de naissance.Avi a proposé à Ali d’écrire, jouer et monter le film avec lui, à égalité de responsabilité et de droit, pour tenter un voyage dans le temps, et revenir à une période, réelle ou fantasmée, où juifs et arabes cohabitaient en paix.

Arnaud Laporte

-World War Z, de Marc Foster.

World War Z
World War Z

« World War Z », un Z qui veut dire Zombie, ce que j’ignorais lorsque j’ai été voir ce film signé Marc Foster, mais qui ne reste un mystère que quelques minutes.De toutes façons, à l’heure qu’il est, vu le raz de marée réellement mondial du film, peu de nos auditeurs doivent ignorer que ce film, adapté d’une trilogie best-seller de Max Brooks, fils de Mel Brooks et Ann Bancroft, belle lignée, voit donc notre belle planète ravagée par une épidémie de zombiite aigüe.Gerry Lane, ancien enquêteur pour le compte des Nations Unies, qui a raccroché pour devenir un père au foyer exemplaire, doit reprendre du service, même s’il n’a pas envie, mais en échange du job, sa femme et ses enfants seront tenus au loin de l’épidémie, à bord d’un porte-avion.Comme dans toute histoire de contagion, il faudrait trouver le patient zéro, celui dont est parti l’épidémie, pour peut-être espérer l’enrayer. Gerry doit donc escorter un brillant virologue en Corée du Sud, première piste de sa longue enquête… Arnaud Laporte

Ainsi que les coups de cœur :

-d'Emmanuel Burdeau : The Ladies Man de Jerry Lewis (ressortie le 10 juillet)

The Ladies Man (Le tombeur de ces dames)
The Ladies Man (Le tombeur de ces dames)

-de Jean-Baptiste Thoret : Colorado, de Sergio Sollima, un DVD World Side.

Colorado
Colorado Crédits : Radio France

Sans oublier l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot.

Et le coup de fil passé à Claude Bossion, directeur artistique de l'association "Cinémémoire" depuis la cinémathèque régionale en région PACA au sujet des difficultés financières rencontrées par l'association.

Pastille introductive: Roman POLANSKI

À venir dans ... secondes ...par......