LE DIRECT
Crédits :  Twentieth Century Fox France, Mars Films, Diaphana Distribution

Cinéma : "L'outrance kitsch du film est jouissive !"

56 min
À retrouver dans l'émission

Nos critiques ont usé leur fauteuil dans les salles de cinéma, ils vous disent ce soir s'ils regrettent : "Detroit" de Kathryn Bigelow, "L'Atelier" de Laurent Cantet, "Kingsman : le cercle d'or" de Matthew Vaughn.

Crédits :  Twentieth Century Fox France, Mars Films, Diaphana Distribution
Crédits : Twentieth Century Fox France, Mars Films, Diaphana Distribution

Detroit, de Kathryn Bigelow

Présentation : Été 1967. Les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. La guerre du Vietnam, vécue comme une intervention néocoloniale, et la ségrégation raciale nourrissent la contestation.

À Detroit, alors que le climat est insurrectionnel depuis deux jours, des coups de feu sont entendus en pleine nuit à proximité d’une base de la Garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations. Bafouant toute procédure, les policiers soumettent une poignée de clients de l’hôtel à un interrogatoire sadique pour extorquer leurs aveux. Le bilan sera très lourd : trois hommes, non-armés, seront abattus à bout portant, et plusieurs autres blessés…

Murielle Joudet :

Dans ce film, les Noirs ne sont individualisés que dans la souffrance, quand le "snuff movie" commence...

Antoine Guillot :

Son propos est limité : le film qui voulait dénoncer les violences raciales devient un film d'horreur !

Jean-Christophe Brianchon :

Montrer le réel, la condition afro-américaine ne suffit pas ! Je n'ai pas vu de geste d'auteur...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'Atelier, de Laurent Cantet

Présentation : La Ciotat, été 2016. Antoine a accepté de suivre un atelier d’écriture où quelques jeunes en insertion doivent écrire un roman noir avec l’aide d’Olivia, une romancière connue. Le travail d’écriture va faire resurgir le passé ouvrier de la ville, son chantier naval fermé depuis 25 ans, toute une nostalgie qui n'intéresse pas Antoine. Davantage connecté à l'anxiété du monde actuel, il va s’opposer rapidement au groupe et à Olivia, que la violence du jeune homme va alarmer autant que séduire.

Arnaud Laporte :

Laurent Cantet n'est pas très bien vu mais il suit un chemin courageux.

Antoine Guillot :

Le film est une mise en abyme des procédés du cinéaste.

Jean-Christophe Brianchon :

J'étais fasciné par la beauté de sa forme, le foisonnement de son fond.

Murielle Joudet :

C'est un film mi-ennuyeux mi-captivant : une heure et demie de rétention de la violence. Mais quand tout explose, le film semble embarrassé de lui-même.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Kingsman : le cercle d'or, de Matthew Vaughn

Présentation : Kingsman, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux Etats-Unis.

Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice.

Jean-Christophe Brianchon :

L'outrance kitsch du film est jouissive !

Le spectateur est à cheval entre plusieurs genres ; c'est un mélange très moderne.

Murielle Joudet :

Le seul plaisir qu'a pu me procurer ce film c'est cette bouillie pop...

Antoine Guillot :

C'est un film cynique qui s'appuie sur la nouveauté du premier opus sans rien proposer.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Vos commentaires

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de La Dispute.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......