LE DIRECT
A gauche : Affiche de l'exposition "Chris Marker, les 7 vies d'un cinéaste". A droite de haut en bas : "Les rives du destin" et "Une année polaire" ©Ad Vitam

Cinéma : "Il donne au réel les moyens du grand cinéma"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de La Dispute ce soir : deux films sortis ce mercredi au cinéma "Une année polaire" de Samuel Collardey et "Les rives du destin" d'Abdolreza Kahani. Mais aussi la grande exposition consacrée à Chris Marker intitulée "Les 7 vies d'un cinéaste" à la Cinémathèque Française.

A gauche : Affiche de l'exposition "Chris Marker, les 7 vies d'un cinéaste". A droite de haut en bas : "Les rives du destin" et "Une année polaire" ©Ad Vitam
A gauche : Affiche de l'exposition "Chris Marker, les 7 vies d'un cinéaste". A droite de haut en bas : "Les rives du destin" et "Une année polaire" ©Ad Vitam

Exposition "Chris Marker - Les 7 vies d'un cinéaste" jusqu'au 29 juillet à la Cinémathèque Française

Présentation officielle : L'exposition Chris Marker est un voyage. Un voyage dans l'espace et le temps, un voyage qui accompagne, de la Deuxième Guerre mondiale et la Résistance jusqu'à sa mort en 2012, le parcours exceptionnel d'un cinéaste et d'un homme hors du commun. Ce voyage est à la fois la chronique d'une existence longue et très remplie, et une libre circulation dans les différentes couches du temps aux côtés d'un explorateur inventif de possibles déplacements entre présent, passé et avenir, déplacements dont La Jetée a offert le modèle le plus connu. Cette exposition est en même temps un voyage dans l'espace, à la surface de la planète, aux côtés d'un infatigable globe-trotter, curieux du monde et de ses habitants : la Californie, l'Islande, la Corée, la Guinée-Bissau, la Sibérie, la Chine, l'Amérique latine de Mexico à Valparaíso en passant par La Havane, jalonnent ces trajets où l'amour du Japon occupe une place singulière. Les parcours de Chris Marker, à l'occasion, l'auront même mené sur Mars ou sur la planète virtuelle de Second Life...

L'avis des critiques : 

C’est un voyage Historique et un vagabondage vraiment formidable. Chris Marker était toujours à l'affût des nouvelles technologies, tout cela est revigorant ! La pause parfaite : revoir « La jetée » quelle beauté. Thierry Chèze

C’est une exposition passionnante qui se sent un peu à l’étroit mais qui se prévoit des espaces. Cette exposition se fait un peu contre Chris Marker, car cela nous raconte des choses mais n’en dévoile pas trop et finalement, entretient le mythe. Antoine Guillot

Je n’ai pas retrouvé Chris Marker dans cette exposition. Ce n’est pas 7 vies qu’il a eu c’est tellement plus ! Et le spectateur qui ne connait pas Chris Marker passe à côté du choc de la rencontre avec ce magnifique cinéaste. Corinne Rondeau

"Une année polaire" de Samuel Collardey, en salle le 30 mai

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Synopsis :
Pour son premier poste d’instituteur, Anders choisit l’aventure et les grands espaces: il part enseigner au Groenland, à Tiniteqilaaq, un hameau inuit de 80 habitants. Dans ce village isolé du reste du monde, la vie est rude, plus rude que ce qu’Anders imaginait. Pour s’intégrer, loin des repères de son Danemark natal, il va devoir apprendre à connaître cette communauté et ses coutumes.

L'avis des critiques : 

Ce que j’aime dans le travail de Samuel Collardey c’est qu’il prend le temps, il nous raconte vraiment. Il y a un mélange d’ambition et de modestie. Ce film m’a convaincu ! Thierry Chèze

Ce film est de la fiction documentée, dans la veine du travail de Samuel Collardey. Mais le film est déséquilibré et tourné vers le spectateur occidental, son intérêt principal se trouve dans toutes les problématiques liées au langage et à la transmission. Corinne Rondeau

Il donne au réel les moyens du grand cinéma. La faiblesse du film est cette fiction que nous connaissons déjà, mais elle est transpercée par des éclats documentaires si simples et très beaux. Je suis très touché par ce film. Antoine Guillot 

C’est un peu « Outback » dans la glace ! Le faux dans le vrai et le vrai dans le faux fonctionnent moins bien que dans ses précédents films. Arnaud Laporte

"Les rives du destin" d'Abdolreza Kahani, en salle le 30 mai

Synopsis : Samira, jeune mère à peine divorcée, quitte sa province avec sa fille pour revenir s’installer à Téhéran. Déterminée à se construire une vie de femme indépendante, elle cherche un travail et un logement décent pour sortir de la précarité. Ce choix de vie l’oppose à son ex-mari violent, à son entourage divisé et aux mentalités iraniennes conservatrices. Coûte que coûte, Samira tente de surmonter les divers obstacles rencontrés sur son chemin.

L'avis des critiques : 

C’est un drôle de film, il montre des choses jamais vues dans le cinéma iranien. L’aspect le plus intéressant du film est ce Téhéran de la marge. Cependant tout semble forcé, les scènes de disputes sont artificielles, l’image est pâteuse et terne. Antoine Guillot

Ce film est inattendu. Ce réalisateur qui a été tant de fois censuré, nous donne une autre pâte sur le cinéma iranien. Il y a un côté assez burlesque et le montage est vif. J’ai vraiment apprécié. Corinne Rondeau

L’avantage c’est qu’il y a mille films en un. Cette manière de tisser l’histoire, parfois maladroitement, m’a tenu tout le long du film. Thierry Chèze

J’ai trouvé la photographie très belle, avec quelques rares, mais très beaux, travellings. Sur le récit, c’est un film qui va très vite, qui avance, il y a une forme de réel étonnant. Arnaud Laporte

Vos commentaires :

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
  • Maître de conférences en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes et critique d'art
  • journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture
  • Journaliste, critique de cinéma et animateur de télévision et de radio

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......