LE DIRECT
À gauche: « Ma vie avec John F. Donovan (© Mars Film), en haut à droite : « M » (© New Story), en bas : « Sunset » (© Ad Vitam)

Cinéma : Sunset, "une splendide coquille vide"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute cinéma: "M" de Yolande Zauberman, "Sunset" de László Nemes et "Ma vie avec John F. Donovan" de Xavier Dolan. Enfin, un coup de coeur d'Antoine Guillot.

À gauche: « Ma vie avec John F. Donovan (© Mars Film), en haut à droite : « M » (© New Story), en bas : « Sunset » (© Ad Vitam)
À gauche: « Ma vie avec John F. Donovan (© Mars Film), en haut à droite : « M » (© New Story), en bas : « Sunset » (© Ad Vitam)

"M" de Yolande Zauberman

Synopsis : «M» comme Menahem, enfant prodige à la voix d’or, abusé par des membres de sa communauté qui l’adulait. Quinze ans après il revient à la recherche des coupables, dans son quartier natal de Bnei Brak, capitale mondiale des Juifs ultra-orthodoxes. Mais c’est aussi le retour dans un monde qu’il a tant aimé, dans un chemin où la parole se libère… une réconciliation.

L'avis des critiques :

Cette déambulation nocturne rappelle un cauchemar shakespearien, avec des des tonalités néo-expressionnistes inquiétantes, une dimension magique et un érotisme totalement relié à cette communauté. Ce film m’a bousculé. Lily Bloom 

Ce film pose la question et trouve des réponses à comment sortir d’une société close. Sa grandeur est de se poser toutes les questions que François Ozon a soigneusement éviter pour « Grâce à Dieu ». Plus le film avance, plus cela se complexifie. J’ai été bouleversé par ce film. Antoine Guillot 

"Sunset" de László Nemes

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Synopsis : 1913, au cœur de l’empire austro-hongrois.
Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat.
Son rêve de travailler dans le célèbre magasin de chapeaux, autrefois tenu par ses parents, est brutalement brisé par Oszkar Brill le nouveau propriétaire.
Lorsqu’Írisz apprend qu'elle a un frère dont elle ne sait rien, elle cherche à clarifier les mystères de son passé.
A la veille de la guerre, cette quête sur ses origines familiales va entraîner Irisz dans les méandres d’un monde au bord du chaos.

L'avis des critiques :

L’ampleur romanesque du film est passionnante. Plus on avance, plus le mystère s’épaissit et plus le spectateur se met à remettre en cause la nature même des images qu’on lui propose. Au-delà de cette démonstration de force dans laquelle je me suis embarqué en perdant pied, j’ai trouvé mon compte dans sa dimension fantastique et onirique. Antoine Guillot

J’avais été bouleversée par « Le Fils de Saul » car il avait trouvé, selon moi, l’optique qui permettait de sortir cinématographiquement de la représentation de la Shoah. C’était un grand bouleversement. Ici, je suis agacée par la répétition de ce dispositif et cette espèce de dissolution absolue du récit historique. Corinne Rondeau

La méthodologie très lourde qu’il a appliquée à l’identique de son premier film, « Le Fils de Saul », s’est ici vidée de sens. En terme d’immersion, c’est un film époustouflant mais qui reste toujours mécanique dans sa vision. Cette volonté de préserver cette opacité devient hostile. Je me suis finalement retirée émotionnellement du film. Lily Bloom 

"Ma vie avec John F. Donovan" de Xavier Dolan

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Synopsis : Dix ans après la mort d’une vedette de la télévision américaine, un jeune acteur se remémore la correspondance jadis entretenue avec cet homme, de même que l’impact que ces lettres ont eu sur leurs vies respectives.

L'avis des critiques :

C’est un film-somme de tous ses défauts, recroquevillé sur ses obsessions et son narcissisme. Il y a une volonté de surligner, de sur expliquer. Il n’y a pas de respiration narrative, de confiance en le spectateur, en sa capacité d’imagination et d’émotion. Lily Bloom

Le film est dans la suture. Xavier Dolan y a condensé toute sa filmographie pour nous raconter une mise en abyme du cinéma. C’est d’une mégalomanie gigantesque. Corinne Rondeau

Xavier Dolan se raccroche à sa grammaire habituelle et à ses petits fétiches. Il reprend tous ses procédés sans aucune envie. Son absence de désir, dans la manière de filmer les personnages notamment, est très étonnante et ne donne qu’un ennui profond. Antoine Guillot

>> LE COUP DE COEUR D'ANTOINE GUILLOT

"Signes particuliers : néant" (Copyright Malavida)
"Signes particuliers : néant" (Copyright Malavida)

♪ Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
  • Critique cinéma et théâtre
  • Maître de conférences en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes et critique d'art
  • journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......