LE DIRECT

Cinéma: Main dans la main et 4h44, dernier jour sur terre

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, la Dispute aborde l'actualité cinématographique avec les critiques suivants:

  • Corinne Rondeau (France Culture)- Alain Spira (Paris-Match)- Jean-Baptiste Thoret (Charlie-Hebdo)sur les films suivants:- Main dans la main , Valérie Donzelli, 1h25
Main dans la main
Main dans la main

Jean-Baptiste Thoret:

Le pitch emprisonne le film lui-même.

On ne sait pas ce qu’il raconte et c’est peut-être ça le problème du film.

Corinne Rondeau:

Je me suis ennuyée assez vite. Le film tourne en rond.

  • Sa seule qualité, c'est d'être un film post-adolescent. *

Alain Spira: J’y allais à reculons mais Donzelli a une qualité : elle insuffle un ton particulier. De plus, elle a une vraie identité artistique. Les acteurs sont attachants ainsi que le film. C’est simplement un conte amoureux avec une bonne part de poésie.

Antoine Guillot: On atteint la limite du système Donzelli, auquel je n'ai pas été insensible dans ses deux premiers films, mais qui touche maintenant au procédé. Pour réussir un film reposant sur un aussi mince présupposé, il faut beaucoup de rigueur et un grand talent, ce n'est pas le cas ici...

  • 4h44, dernier jour sur terre , d'Abel Ferrara, 1h22
4h44, dernier jour sur terre
4h44, dernier jour sur terre

Jean-Baptiste Thoret: Ce n’est pas un film sur la fin du monde car il représente la vie d'un monde déjà mort. C’est un grand metteur en scène. Il filme l'ordinaire de façon extraordinaire.

Corinne Rondeau:

C’est un film anti-climax. Il prend son sujet à contrepied. Mis à part cela, j’ai été dans l’ennui profond.

Alain Spira: La proposition de Ferrara me va bien. C’est anti-spectaculaire et intimiste sans « bondieuserie ». La densité m’a saisi ainsi que Willem Dafoe, un acteur aussi fascinant qu'un Klaus Kinski.

Antoine Guillot : Un film apaisant, dont la douceur provient pour beaucoup de sa mise en scène caressante et de son montage tout en fondus enchaînés. Sous prétexte de parler de la fin du monde, une célébration de la vie.

Arnaud Laporte:

Ferrara signe un film simple, le moins sensationnel qui puisse être. Il déjoue la montée dramatique, et ménage des plages de vide avec une sobriété inattendue.

Les coups de coeurs:Corinne Rondeau: - Anna Halprin, le souffle de la danse , Ruedi Gerber, documentaire, 1h20

Ce film est un coup d’eau de vie. Ruedi Gerber rencontre la pionnière de la danse contemporaine.

Il y a une énergie folle dans ce documentaire. J’ai été stupéfaite par ce souffle de vie.

Arnaud Laporte:

  • Twixt , Francis Ford Coppola (DVD chez Pathé)
Affiche de Twixt
Affiche de Twixt

Se référer au texte de Corinne Rondeau paru dans le numéro 83 de la revue Trafic :

Twixt, la fiction et la 3D.

Bien sûr, la revue de presse culturelle d'Antoine Guillot

Et le coup de fil de Seham Boutata passé à Nicola Mazzanti , conservateur à la Cinémathèque de Bruxelles, dans le cadre du Cycle Muet érotique du 1er novembre au 31 décembre.

Pastille introductive: Paul VECCHIALI (Producteur)

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......