LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cinéma : Prometheus , Le grand soir, mélodie pour un tueur

1h
À retrouver dans l'émission

Ce soir sur France Culture, La Dispute portera sur l’actualité cinématographique avec les critiques :

-Antoine Guillot

-Alain Spira de Paris Match

-Corinne Rondeau

A propos des films :

Prometheus - de Ridley Scott (sorti le 30 juin)

Prometheus
Prometheus Crédits : Radio France

Antoine Guillot : "J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de choses mais que rien n'était vraiment utilisé. J'ai eu le même sentiment en voyant ce film que lorsqu'on lit le roman 2001 après avoir vu le film. Quand on vous explique tout, cela perd beaucoup de charme et de mystère."

Arnaud Laporte : "J'ai complètement marché ! Ce film est très punk, d'un nihilisme absolu. C'est la réponse de Scott à Cameron."

Alain Spira : "C'est un produit industriel, de la sidérurgie lourde. Visuellement, on ne reste pas sur sa faim, mais quand on réfléchit au scénario, on se demande vraiment si Ridley Scott ne se fiche pas de nous."

Corinne Rondeau : "Ridley Scott a été très malin car il a repris exactement le même développement que celui d'Alien, mais il a trouvé tous les moyens pour dynamiser le film."

Le grand soir - de Gustave Kervern et Benoît Delépine

Le Grand Soir
Le Grand Soir

Antoine Guillot : "Le film s'appelle "Le Grand Soir" presque par antiphrase et parce que ça rime avec désespoir. Le Grand Soir n'est plus possible, la révolte est une action individuelle et presque une éthique. Kevern et Delépine ont réussi à trouver leur forme. Un film qui recèle de très beaux moments de cinéma."

Arnaud Laporte : "Il y a beaucoup de tendresse dans ce film. Il y a l'idée selon laquelle on ne peut pas faire grand chose contre la société telle qu'elle va. Le personnage de Benoît Poelvoorde a une forme de noblesse, de flamboyance à mener cette existence là. C'est un clochard céleste contemporain."

Alain Spira : "C'est le seul film qui m'a fait pleurer de rire pendant le Festival. Je trouve que Delépine et Kevern apportent vraiment quelque chose de nouveau au cinéma. Ils maîtrisent de mieux en mieux leur sujet. Ici, l'écriture paraît beaucoup plus rigoureuse."

Corinne Rondeau : "J'ai trouvé que le film était assez décousu bien que quelques moments soient vraiment drôles, il ne faut pas négliger le côté burlesque de ces réalisateurs. Je trouve le film d'une lenteur et d'une mollesse folle."

Mélodie pour un tueur - de James Toback (ressortie)

Mélodie pour un tueur
Mélodie pour un tueur

Antoine Guillot : "J'ai vraiment été pris par l'aspect exagéré et grotesque de ce film. C'est un film sur la virilité impossible, sur la peur de ne pas être à la hauteur."

Arnaud Laporte : "J'ai été complètement catastrophé par ce film de James Toback - et dieu sait que je porte le nouvel Hollywood dans mon coeur. J'ai rarement vu un nanar pareil, je n'y ai vu aucune idée de mise en scène."

Alain Spira : "J'ai trouvé ce film assez extraordinaire, assez subversif. Quand je pense au remake français de Jacques Audiard, j'ai l'impression d'avoir vu un produit light, à côté de ce film que j'ai trouvé explosif."

Corinne Rondeau : "J'ai trouvé que l'entrée du film était très belle car elle est justement à la jonction d'un monde et d'un autre."

Bien sûr la revue de presse cinéma du jour, par Antoine Guillot .

Et le coup de fil à Noëlle Pujol , à propos de La fabrique des films , une exposition à l'initiative de pointligneplan à Nogent sur Marne, du 6 juin au 22 juillet. Le travail de Noëlle Pujol est par ailleurs visible à la galerie du Dourven à Trédrez-Loquémeau (22) jusqu'au 8 novembre 2012.

Coups de cœur :

Antoine Guillot vous recommande le cycle Sur un air de Révolution du 6 au 10 juin au cinéma le Latina à Paris.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......