LE DIRECT
"Le Fils" © Nour Films, "Le jeune Ahmed" © Diaphana Film, "Sibyl" © Le Pacte

Cinéma : Le Jeune Ahmed, "un film totalement abstrait qui utilise la radicalisation comme prétexte"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute cinéma : "Sibyl" de Justine Triet, "Le Jeune Ahmed" de Jean-Pierre et Luc Dardenne et "Le Fils" d'Alexander Abaturov. Enfin, un coup de coeur de Corinne Rondeau pour "Network, main basse sur la télévision" de Sidney Lumet (en coffret DVD chez Carlotta).

"Le Fils" © Nour Films, "Le jeune Ahmed" © Diaphana Film, "Sibyl" © Le Pacte
"Le Fils" © Nour Films, "Le jeune Ahmed" © Diaphana Film, "Sibyl" © Le Pacte

"Sibyl" de Justine Triet (en salles)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Synopsis : Sibyl est une romancière reconvertie en psychanalyste. Rattrapée par le désir d'écrire, elle décide de quitter la plupart de ses patients. Alors qu'elle cherche l'inspiration, Margot, une jeune actrice en détresse, la supplie de la recevoir. En plein tournage, elle est enceinte de l'acteur principal… qui est en couple avec la réalisatrice du film. Tandis qu'elle lui expose son dilemme passionnel, Sibyl, fascinée, l’enregistre secrètement. La parole de sa patiente nourrit son roman et la replonge dans le tourbillon de son passé. Quand Margot implore Sibyl de la rejoindre à Stromboli pour la fin du tournage, tout s'accélère à une allure vertigineuse…

L'avis des critiques : 

Avec « Sibyl », Justine Triet est une cinéaste qui progresse, complexifie et densifie son cinéma. (…) J’aime l’idée que le film se cherche en permanence. Ce côté déséquilibré rend le film très vivant. Antoine Guillot 

J’aime la capacité de Justine Triet à faire des films pleins à craquer de personnages, de situations, de genres, de tons. Et rien ne s’harmonise, c’est très beau. (…) Mais ce qui me dérange est qu’elle veut construire et déconstruire, et finalement tout s’annule. Le film n’a pas assez de temps pour poser toutes ses ambitions. Murielle Joudet

Tout ce que donne Virginie Efira me paraît démesuré par rapport au scénario lui-même. (…) Je me suis ennuyée er j’ai été terriblement agacée car je ne vois pas où va ce film. Corinne Rondeau

"Le Jeune Ahmed" de Jean-Pierre et Luc Dardenne (en salles)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Synopsis : En Belgique, aujourd’hui, le destin du jeune Ahmed, 13 ans, pris entre les idéaux de pureté de son imam et les appels de la vie.

L'avis des critiques : 

Un film juste, honnête, tenu et tendu. La mise en scène tient tout le film. (…) La tension entre les procédés de mise en scène et ce personnage qui leur résiste est très belle. Cela crée une émotion purement cinématographique très rare. 

C’est un film totalement abstrait qui utilise la radicalisation comme prétexte pour en faire une sorte de manuel de morale et d’épreuve de mise en scène. Murielle Joudet

« Le jeune Ahmed » est d’une justesse inouïe. Et parce que le film est tendu, on ne pense pas en tant que spectateur. Il n’y a ni jugement ni morale. Corinne Rondeau 

"Le Fils" d'Alexander Abaturov (en salles)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Synopsis : Dima, est mort le 23 mai 2013, à l’âge de 21 ans. Enrôlé dans l’armée Russe,  il est tué d’une balle dans la tête, lors d’une mission spéciale au Daghestan. Pendant que ses parents affrontent le vide laissé par sa disparition, ceux qu’il appelait ses frères, s’entraînent toujours pour la guerre dans des conditions difficiles qui créent un lien puissant entre eux. Ces deux univers se mêlent. Ils racontent la mort et l’absence.

L'avis des critiques : 

Alexander Abaturov se fixe un programme, le réalise très bien mais il n’y a pas de mystère. Tout est lisible dans le film. Cela manque d’ombre et d’obscurité. Murielle Joudet

Le film se cherche. Il n’échappe pas à la fascination pour la mise en scène militaire. Antoine Guillot

Tout ce qui est de l’ordre du son est incroyablement prégnant dans la manière dont perçoit le film et dont on peut en être ému. C’est l'un des travaux sur le son le plus fort que j’ai eu à entendre ces derniers temps. Corinne Rondeau

LE COUP DE COEUR DE CORINNE RONDEAU : Network, main basse sur la télévision" de Sidney Lumet (en coffret DVD chez Carlotta)

"Network, main basse sur la télévision" de Sidney Lumet © Carlotta Films
"Network, main basse sur la télévision" de Sidney Lumet © Carlotta Films

"Network, main basse sur la télévision" procure un grand plaisir de dialogue et de jeu écriture. (...) Ce film de 1976 décrypte complètement le système idéologique de la communication. Corinne Rondeau

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
  • Maître de conférences en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes et critique d'art
  • journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture
  • Critique de cinéma

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......